Сommentaires (9)

  1. bombrun says:

    cheyenne autumn 1989 grand amour avec la mère de mon fils elle adorait jean louis murat et nous l écoutions dans sa seat ibiza aujourd hui mon fils a 22 ans sa mère s est séparée de moi en écoutant cheyenne autumn j ai les larmes aux yeux j aimerai revenir en 1989

  2. Jules4 says:

    “Le cours ordinaire des choses”, le nouvel album, enregistré à Nashville cet hiver, sortira le 21 septembre chez V2/Universal.

    En attendant la sortie de l’album, l’artiste publie toutes les nouveautés, des inédits, des photos, et des extraits vidéo du film “Falling in love again” réalisé par Laetitia Masson, qui a accompagné l’artiste à Nashville, sur différents réseaux sociaux.

  3. FARID68 says:

    Salut Jean-Louis, à quand un deuxième duo avec Mylène Farmer ? Merci pour le duo “Regrets”. Bises.

  4. anna says:

    tes mots, la tessiture parfaite de ta voix, me touchent au plus profond tu es mon alter ego mon double au masculin je t’aime

  5. polka13 says:

    Je suis fan depuis que j’ai 15 ans et j’adorerais faire une longue balade en Auvergne avec lui, seulement l’écouter… quel plaisir immense. Rendez-vous à Paris en octobre ! Florence

  6. PN says:

    J’adore Murat même si je préférais le Murat d’autrefois. Je n’adhère plus avec beaucoup de titres récents. (Caillou, mashpotatoes, etc, m’ont déçue) Mais je trouve encore des perles au milieu.

  7. Sylvie says:

    J’ai découvert Jean-Louis avec Taormina et depuis sa belle voix m’ensorcèle, j’en suis addict. Quel beau troubadour des temps modernes, il me fait réver et tant pis pour ceux qui ne l’aiment pas. Quels sots, il ne savent pas reconnaître un talent rare, si rare et précieux. Jean-Louis encore merci pour tes jolies balades et quel joyau tu nous offres avec Tristan. Vive le sentiment amoureux !

  8. magnétique says:

    Merci, pour tous ces mots magnifiques, au chant céleste.

  9. Crevasse nue says:

    Il écrit des chansons comme on purge des vipères, il met à nu notre âme d’enfant, à nous arracher des sanglots, à nous mettre à genoux devant le mystère du monde, à nous faire côtoyer -enfin- la voûte étoilée… subjuguée toujours par celui qui a le talent inoui et la générosité insensée de nous accueillir au coeur du monde… Comment se tenir éloigné du plus grand ? Vivement Tristan. Merci M. murat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *