Mois : décembre 2000

Dany Brillant

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »193″]



Biographie de Dany Brillant


Dany a 14 ans quand son grand-père lui offre une guitare, ce qui lui donne à jamais le goût de la musique.

En 1986, il se lance dans la comédie en s’inscrivant au cours Florent. Pour financer ces études, il chante sur les trottoirs du boulevard Saint-Germain. Jacques Boni, le patron du cabaret « Les Trois Maillets », le repère puis l’engage pour cinq ans !

Dany est véritablement exalté par le contact du public et comprend que dorénavant son monde est la scène. C’est à cette époque qu’il choisit le pseudo de Dany Brillant car Jacques Boni lui soufflait chaque soir avant de monter sur scène: « Sois brillant ! ».

Suzette

La même année, Francis Huster tourne un film intitulé « On a volé Charlie Spencer ». Il l’engage pour une figuration et veut lui faire interpréter une chanson. Dany saute sur l’occasion et compose au plus vite le tube qui le lancera: Suzette. Francis Huster approuve l’idée mais Dany découvrira plus tard que la chanson et le petit rôle qui lui avaient été confiés ont été éliminés du montage final ! Qu’à cela ne tienne, il continue sa progression: en 1990, il signe chez Warner.

Pour son premier enregistrement, il recrée l’ambiance des cabarets de jazz. Il compose lui-même les dix titres de l’album. Dany Brillant ne se veut pas un chanteur engagé mais bien un troubadour qui cherche à adoucir le quotidien des gens.

C’est ça qui est bon

Lorsque Suzette sort en 1991, Dany Brillant tient enfin son grand succès. L’engouement est immédiat: son premier album intitulé C’est ça qui est bon arrive dans les bacs en 1992 et dépasse les 350.000 exemplaires vendus. Les singles suivants: Y’a qu’les filles qui m’intéressent et Viens à Saint-Germain confirment ce succès.

En 1994, Dany Brillant prépare son deuxième album. Le disque intitulé C’est toi est à nouveau une invitation à la fête et à la danse. Dany entame sa première grande tournée en France. Sur scène, il s’accompagne de dix musiciens et arbore des couleurs éclatantes. Il hypnotise chaque soir son public par son professionnalisme et son aisance. Parallèlement, C’est toi devient double disque d’or.

Havana

C’est vers Cuba qu’il se tourne en 1996 pour composer et enregistrer son troisième album intitulé Havana. L’opus, composé de rythmes endiablés, est un hymne à la culture cubaine. Il devient disque de platine en quelques semaines et le single Quand je vois tes yeux fait danser la France entière. Dany reprend le chemin de la scène…

En 1999, pour son quatrième opus, Dany Brillant choisit Londres. Avec Nouveau Jour, il réalise l’album le plus abouti de sa carrière. Cela se manifeste dans la qualité et la richesse des variations musicales mais aussi dans le ton des les textes. Toi et Moi, premier extrait de Nouveau Jour, est un titre entraînant et énergique. Suivront, dans des thèmes musicaux différents, Quand je s’rai beau, Dieu ou encore Garde la danse…

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Dany Brillant

Albums
2020 Dany Brillant chante Aznavour: La Bohème
2018 Rock and Swing
2014 Le Dernier Romantique
2009 puerto rico
2007 histoire d’un amour
2005 casino
2004 Jazz…à la Nouvelle Orléans
2001 dolce vita
2000 nouveau jour
1996 havana
1993 c’est toi
1991 c’est ça qui est bon




[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Paul McCartney : A Garland For Linda


A Garland For Linda

Paul Mc Cartney

Album – 2000

Liste des titres

Silence And Music
Prayer For The Healing Of The Sick
Water Lilies
Musica Dei Dominum
The Doorway Of The Dawn
Nova
I Dream’D
Farewell
The Flight Of The Swan
A Good-Night

Anggun: Chrysalis








Chrysalis
Anggun
Album CD-2000

Liste des titres

:
Still reminds me
Rain
Breathing
Chrysalis
Tears of sorrow
Want you to want me
How the wordl
A prayer
Non angelical
Look into yourself
Forbidden love
Signs of destiny
Comme un privilège
Broken dream

Anggun: Désirs contraire








Désirs contraire
Anggun
Album CD-2000

Liste des titres

:
Derrière la porte
Champs de peine
Geste d’amour
Monde à l’endroit
Chaque jour sans fierve
Femme
Tu nages
Mes désirs contraires
Marcher sur la mer
Tu mens
Brume
Tout peut arriver
Mon privilège
Broken dream

Art of Noise : Reduction








Reduction
Art of Noise
Double Album CD – 2000

Liste des titres

Volume 1
Il pleure at the turn
Born on a sunday
dreaming in colour
On being blue
Continued in colour
Rapt : in the evening air
Metaforce
The holy egoism of genius
La flute de pan
Metaphor on the floor
Approximate mood swing
Pause
Out of this world

Volume 2
Identity crisis
Motive
New York London Paris
Saluting the point of no
Man and boy
Information
Dreaming : maroon
And I place my fingers

Red Hot Chili Peppers

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]
[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »194″]

Biographie de Red Hot Chili Peppers

Fin des années 70, Anthony Kiedis et Michael « Flea » Balzary, deux lycéens, forment avec Hillel Slovak et Jack Irons le groupe Anthym. En 1980, ils se produisent dans les clubs d’Hollywood. Sous l’influence de Flea, le groupe mélange funk et metal. Ils rebaptisent successivement leur groupe « What is This ? » et The Red Hot Chili Peppers.

Out in L.A.

En 1983, ils se rendent compte que leurs concerts ont du succès. En effet, ils se font remarquer en jouant parfois complètement nus avec juste une chaussette sur le sexe ! Ils décident d’envoyer quelques démos aux maisons de disques en incluant des titres comme Out in L.A. ou Green Heaven.

Quelques mois plus tard, les Red Hot signent un contrat portant sur sept albums avec EMI. Quelques problèmes empêchent Hillel et Jack de les rejoindre pour l’enregistrement de leur premier album The Red Hot Chili Peppers. Anthony et Flea recrutent alors un guitariste, Jack Sherman, et un batteur, Cliff Martinez. Mais l’alchimie n’est plus tout à fait la même. Le disque sort en août 84 et passe inaperçu. Deux mois plus tard, Jack Sherman quitte le groupe.

Freaky Styley

Hillel finit par rejoindre Anthony et Flea. En 1985, ils enregistrent leur second album Freaky Styley alliant punk-rock et funk. Début 1986, Cliff Martinez décide d’abandonner le groupe. Un départ finalement de bon augure puisqu’il est remplacé par Jack Irons, le batteur originel du groupe. Les Peppers retrouvent ainsi leur formation d’origine.

En 87, ils réalisent leur troisième album The Uplift Mofo Party Plan. C’est un flop commercial. En réalité, ils ont du mal à se détacher de l’image de groupe de club. Kiedis et Slovak sont à l’époque pris dans la tourmente de l’héroïne.

Overdose

En 1988, l’album atteint la 143e place des charts. Une bien maigre victoire. Le 27 juin, le guitariste est retrouvé mort d’une overdose. Il avait 26 ans. Jack fait une dépression nerveuse et quitte le groupe pour de bon. Anthony et Flea se retrouvent à nouveau seuls. Rapidement, ils enrôlent Duane « Blackbyrd » Mc Knight et Darren Peligro. Cela ne durera pas: ils quittent le groupe au bout de quelques semaines seulement. Anthony et Flea se trouvent un nouveau guitariste, John Frusciante, et un nouveau batteur, Chad Smith.

Higher Ground

Mother’s Milk sort en 89 et est dédié à Hillel Slovak. Le tube qui cartonne est Higher Ground, reprise d’un morceau de Stevie Wonder. L’année suivante, Mother’s Milk est certifié disque d’or. Les Red Hot décident de rompre le contrat qui les lie à EMI. Ils signent alors chez Warner pour trois albums.

Under The Bridge

Blood Sugar Sex Magik paraît fin 91, dans lequel figure le hit mondial Under The Bridge. Mai 92, les ventes de l’album atteignent le million. En pleine tournée mondiale, John Frusciante quitte le groupe. Arik Marshall se joint au groupe pour finir la tournée. Au bout d’un an à peine, Dave Navarro le remplace. Leur sixième opus One Hot Minute sort en 95. Le style y est plus sombre, moins funk que dans leurs oeuvres précédentes.

En 1999, Californication envahit les bacs des disquaires. Le single Otherside est un succès. Ils sont nominés trois fois aux Grammy Awards: meilleure performance rock, chanson rock et album rock. Les ventes dépassent allègrement le million d’exemplaires…
Le 15 décembre 2019, les RHCP annoncent le retour de John Frusciante pour remplacer Josh Klinghoffer.

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Red Hot Chili Peppers

Albums
2016 The Getaway
2006 Stadium Arcadium
2004 Live in Hyde Park
2002 By The Way
1999 Californication
1995 One Hot Minute
1994 Out in L.A.
1992 What Hits ?
1991 Blood Sugar Sex Magik
1989 Mother’s Milk
1987 The Uplift Mofo Party Plan
1985 Freaky Styley
1984 The Red Hot Chili Peppers

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Alice in Chains : Live








Live
Alice in Chains
Album CD – 2000

Liste des titres

:
A Little Bitter
Bleed The Freak
Dam That River
Dirt
Queen Of The Rodeo
Man In The Box
God Am
Rooster
Again
Them Bones
Angry Chair
Love, Hate, Love
Junkhead
Would?

Étienne Daho

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


Biographie de Etienne Daho

etienne-daho1Étienne Daho est né le 14 janvier 1956 à Oran, en Algérie, où il vit jusqu’à l’âge de 6 ans. Au début des années 60, sa famille s’installe à Rennes. A 19 ans, il commence à fréquenter le milieu rock et compose quelques titres. Après son bac, il prépare une licence d’anglais à la faculté de Rennes puis laisse tomber au profit de sa passion pour la musique.

Le 14 juin 1979, en dépit d’une timidité maladive, il découvre la scène lors des Transmusicales avec son groupe « Entre les deux fils dénudés de la dynamo ». En juin 80, sous le nom d’Étienne Daho Junior, lors des deuxièmes Transmusicales de Rennes, il interprète cinq chansons avec le hoquet !

Mythomane

Suit un tout premier 45 tours Cow-boy sous le petit label CBH. Repéré par Virgin, label anglais en plein développement à cette époque en France, il signe un contrat sous le nom définitif d’Étienne Daho. Premier album français pour Virgin et premier album pour Étienne.

Mythomane sort en décembre 1981. La presse s’enflamme mais les ventes restent confidentielles. Un public peu nombreux mais fidèle et passionné commence à se former. En 1982, Le grand sommeil, son nouveau single, passe fréquemment à la radio et s’exporte dans une compilation « Made In France » aux États-Unis.

Deux ans plus tard, son deuxième album La notte la notte est un succès immédiat. Étienne Daho devient une véritable vedette. Son public séduit s’embarque pour un Week-end à Rome en septembre.

Tombé pour la France

Daho nous revient en 1985 avec le single Tombé pour la France, clippé par Jean-Pierre Jeunet. Il connaît un énorme succès. Le 18 mars, Daho triomphe à l’Olympia. A star is born. Il est nominé dans la catégorie « Espoir de l’année » aux Victoires de la Musique.

En 1986, son nouvel opus, Pop Satori, est disque d’or en septembre. Epaule Tattoo et Duel au soleil deviennent des hits. On voit se développer une véritable « Dahomania » autour de l’artiste qui constitue désormais le chef de file de la mouvance pop française des années 80.

Enregistré à Londres en 1988, l’album très attendu Pour nos vies martiennes est certifié disque d’or le jour de sa sortie ! Le titre Des heures hindoues est désormais un classique.

Paris Ailleurs

En 1991, Daho se fend d’un nouvel album, Paris Ailleurs, déclaré disque d’or avant même sa sortie grâce aux pré-commandes. Cet opus marque un véritable tournant dans sa carrière. Il est salué comme étant l’album de la maturité et reçoit de la part du public et des médias un accueil très chaleureux. Dans l’année qui suit, les cinq premiers titres sont tous des tubes à commencer par Saudade.

Eden, magnifique synthèse entre groove, jungle, pop et bossa nova, voit le jour en 1996. Dès sa sortie, il est certifié album d’or et nominé dans la catégorie « Album de l’année » aux Victoires de la Musique.

En 2000, Étienne Daho agrémente sa discographie d’une nouvelle oeuvre, Corps et armes. Le chanteur présente ce CD comme plus proche de lui, plus sobre, allant vers l’essentiel.

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Etienne Daho


Albums
2013 Les Chansons de l’innocence retrouvée
2009 Daho Pleyel Paris
2007 L’invitation
2005 Sortir ce soir
2003 Réévolution
2000 Corps et armes
1998 Best of singles
1996 Eden
1995 Réserection
1993 Daholympia
1991 Paris ailleurs
1988 Pour nos vies martiennes
1986 Pop satori
1984 La notte La notte
1981 Mythomane





[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Entretien »]




Étienne DahoQue voulez-vous ? Quand on a la grâce et la formule pour la faire perdurer pendant 2 décennies, on ne peut être que sous le charme d’une rencontre avec Etienne Daho. Daho et son « Invitation » à parcourir son dernier album et sa carrière.

Zicactu: Avant de parler de votre invitation, je voulais vous demander si vous aviez eu le temps d’écouter « Tomber pour Daho » un album de reprises de vos chansons ?

Étienne Daho: Bien sûr… ça m’a beaucoup touché. Évidemment, j’étais surpris mais c’est le propre même des reprises: c’est qu’elles sont kidnappées, réinterprétées par la personnalité des gens qui les ont reprises. Bizarrement je trouve qu’il y a une espèce de cohérence alors que ce sont des productions différentes, des univers différents. Ce sont d’abord des artistes que j’aime beaucoup et que je respecte. Je suis très flatté et fier en tout cas.

Je me permettrai de dire que je préfère l’original tout de même…

C’est différent. J’aime beaucoup « Promesse » par Daniel Darc, le duo Biolay-Eli Meideros. Normalement, ce genre de chose arrive lorsque l’on est mort (rires). C’est hyper agréable de sentir que l’on a laissé une place et marqué de sa griffe quelque part la culture musicale.

Pour revenir à vous, j’ai l’impression que lorsque vous produisez les autres, vous offrez votre griffe en cadeau, attendez-vous la même chose des producteurs qui viennent sur vos disques ?

Sur ce dernier en tout cas, je voulais retravailler avec Edith Fambuena car nous avions travaillé ensemble une fois sur « Paris Ailleurs » dans les années 90, elle était toute jeune… même pas productrice mais j’avais confiance en elle au grand dam de ma maison de disque qui ne comprenait pas mon choix et prenait ça d’un très mauvais oeil. Entre-temps, elle a beaucoup travaillé, elle dit d’ailleurs qu’Étienne Daho, c’est l’école la plus dure. C’était bien de se retrouver avec sa maturité d’aujourd’hui et mon envie. On a fait l’album à deux. On est très confortable ensemble. Il n’y a jamais de conflits d’égo et c’est très important pour moi. Le conflit de pouvoir sur un disque, cela m’est arrivé une fois, pour une production que j’ai faite et c’est une désolation. Je tenais donc à ce qu’elle m’accompagne dans une vision très précise de ce que je voulais faire pour ce disque.

L’album a été enregistré entre Londres, Paris, Barcelone et Ibiza qui sont un peu vos résidences préférées ?

En fait, ce sont mes maisons. Ca parait prétentieux de dire ça mais c’est la vérité. Je pense que les micros captent vraiment ce qui se passe dans une maison ou dans un studio. Là j’ai vraiment donné une intimité extraordinaire vu que la batterie était dans mon salon. Ca a capté toutes les énergies qui séjournent chez moi. C’est une maison tout en bois, avec beaucoup d’espace qui sonne très bien. Ce qui est une chance car nous avons fait toutes les batteries, les basses, les cuivres, les choeurs, les guitares. L’acoustique était excellente et cela nous permettait de rester longtemps. Par exemple pour la batterie cela a pris 5 semaines. Car nous avons commencé par les batteries voix. Ce qui est difficile à faire car lorsque l’on est chanteur, on a besoin d’une harmonie pour chanter. Alors que là, j’avais le minimum. Mais cela nous a permis de faire un album avec 2 axes: l’axe de la voix, des mots et donc de l’émotion et l’axe de la batterie qui est le battement de coeur, qui est la vie.

Je pense d’ailleurs que c’est votre album le plus rythmé par la batterie ?

Oui, c’est Philippe Entressangle, qui va aussi m’accompagner sur scène, qui a fait toutes les sessions de batterie. C’est quelqu’un que j’adore comme artiste et comme homme, il est tout bonnement extraordinaire. Il y a un deuxième musicien qui est sur l’album et pour qui j’ai autant d’affection, c’est Marcello Giuliani… J’ai un groupe extraordinaire… Sincèrement, c’est formidable de bosser avec eux.

Vous semblez enfin, non pas accepter, mais affirmer d’être à la fois un artiste du soleil et de l’ombre ?

On me l’a dit et souvent à cause de la pochette. Souvent on fait des choses de manière inconsciente. Mais je n’ai pas beaucoup de zone d’ombres vous savez, je suis beaucoup plus bon vivant, épicurien et amoureux de la vie que l’image que les gens ont de moi.

La contradiction est pratiquement perpétuellement au coeur de vos albums ?

Comme tous les êtres humains. C’est la contradiction qui fait une personnalité et une unité. Je peux être extrêmement extraverti et à la fois très réservé.

Les gens qualifient votre disque d’apaisé mais moi je trouve qu’il est au moins aussi dur qu’Eden ?

« Eden » n’était pas un disque dur. Il parlait de la vie, de la fascination de la vie. « L’invitation » est sur le même mode. Avec une chose en plus: l’invitation à bouffer la vie, à se lâcher, la vie est trop courte, il est indispensable de foncer… L’invitation, c’est aussi de se sentir convié à la vie parce qu’on vous tend une main bienveillante. Ce banquet, c’est la vie. C’est très épicurien. C’est un disque lucide, poétique, mais qui est un encouragement à faire ce que l’on veut. Il est peut-être moins frivole…

Vous semblez plus monter une montagne que la descendre ?

On est certainement sur le versant ascendant. Vous avez entièrement raison.

Je voulais savoir si je pouvais vous comparer à Dieu dans « L’adorer » au vu du langage lexical très biblique ?

La spiritualité a une place très importante. Pas avec un objet de culte, je ne parle pas de religion. Je me suis toujours senti relié à quelque chose de différent. C’est aussi pour ça que j’écris. L’écriture est toujours un moment d’hypnose. Le son et la musique sont par contre très précis dans ma tête. Je ne me pose jamais de questions sur ce sujet: je parle là d’arrangement, je sais exactement ce que je dois faire, je trouve les notes tout de suite. La manière dont je gère ma vie et ma carrière est basée sur l’intuition quasi animale. Mais faire un album chez moi, c’est quelque chose qui met longtemps à venir très vite (rires).

Le temps a beaucoup joué donc ?

Oui. Il est arrivé au bon moment. « Réévolution » était un moment de beaucoup de perturbations dans ma vie dans le sens positif de la chose. Je n’aime pas dire « faire du ménage » mais j’ai modifié des choses et changé des énergies.

Est-ce que « La vie continuera » est l’intrus du disque ?

Au niveau du texte, il est à sa place. Maintenant c’est un titre dont les arrangements sont volontairement très sixties. C’est un système avec une guitare qui tourne. C’est une chanson paradoxale: un texte sombre et dur avec une musique très légère. La sensation qui arrive est très particulière. C’est pratiquement un twist sous Lexomyl. J’aime bien qu’on attende plusieurs écoutes avant que l’on rentre dans mon disque ou dans mes chansons.

Appartient-on a l’endroit qui nous a vu naître ?

C’est très possible. Je le pense de plus en plus. Une amie psychologue à la lecture et à l’écoute de mon disque m’a parlé d’une chose importante à quoi je n’avais jamais pensé: c’était la sensation de l’exil. Je n’y avais jamais pensé car je passe mon temps à courir et à changer d’endroits. Dans mon album, il y avait nettement la sensation d’exil. En même temps, j’ai l’impression que tout ce dont j’ai besoin est en moi. Je suis une sorte de valise avec les gens que j’aime, les endroits que j’aime. J’ai beaucoup de mal avec l’engagement et être statique ce serait peut-être trop dur à vivre. Pourtant la musique est un engagement total. Je peux faire passer la musique avant tout le reste… c’est difficile de faire passer la musique au second plan. C’est comme un truc monacal.

Pouvez-vous me parler de ce « Be My Guest Tonight » ?

C’était un projet de pleins de reprises éclectiques qui allait de Billie Holiday aux Libertines. J’ai travaillé avec mon guitariste de la dernière tournée. Finalement c’est un album que j’ai laissé de côté mais il reste un bout de ce disque avec cet EP. Une sélection de chansons que j’avais répétées et enregistrées. Et ce « bonus » accompagne très bien l’album. Ce sont des compléments à ce que je dis. J’ai toujours aimé transmettre et partager. Quand je fais une reprise, c’est comme lorsque je faisais des cassettes ado pour mes amis. Par contre, je ne suis pas psychopathe car je ne suis pas collectionneur de disques (rires).

Vous vous êtes mis au MP3 ?

J’achète très peu de disques. Il n’y a pas des millions de disques qui accompagnent votre vie, au mieux il y en a… hum… 150 (rires). Dans pleins de genres différents, il y a des disques qui m’ont construit, qui m’ont ouvert l’esprit. J’aime beaucoup les avoir en vinyle. J’utilise le format MP3 pour son côté pratique mais je n’aime pas le son. Quand vous aimez la peinture, vous exercez votre oeil en regardant des tableaux et leurs couleurs; quand vous êtes musicien, vous écoutez la musique avec le meilleur son possible. Ecouter un MP3, c’est comme écouter une photocopie. C’est frustrant.

Je vais faire mon méchant de service mais pourquoi ressortir un album quelques mois après avec des bonus ?

C’est tout simple. Ce ne sont pas des bonus. Au départ, j’aurais naturellement préféré que tout sorte en même temps et qu’on puisse choisir. Maintenant, il y a des impondérables de temps, de dates. Alors l’album va sortir, après une guerre sans merci avec la maison de disque en double vinyle. Il y a une version Ultimate qui va sortir avec le Daho-Show en plus que j’ai enregistré pour la télévision après la 1ère sortie de l’album. Il y aura une galette son et une galette image avec tout l’album, « Be My Guest Tonight », les duos du show avec notamment Air, Bashung, Charlotte Gainsbourg. Malheureusement pour le sortir, il fallait attendre la date de la première diffusion à la télé. En même temps, cela permet de sortir un bel objet avec tout. C’est un objet de luxe véritablement. Et le DVD du Daho Show sort à part si les gens ne veulent pas se racheter la totale alors qu’ils en ont déjà la moitié.

Pour terminer, quelle est l’invitation que vous ne pourriez refuser ?

Invitation à faire la fête toujours ! À chanter avec un artiste que j’aime, à produire un artiste que j’aime… une invitation à dîner. Je refuse finalement peu de choses.

Et celle à laquelle vous échapperiez toujours ?

Celles qui nous achètent à coup de téléphone portable en cadeau (rires).

Propos recueillis par Pierre Derensy

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]
[/cherry_col]

[/cherry_row]

Savage Garden


Savage Garden se compose du chanteur/compositeur Darren Hayes né à Brisbane (Australie) en 1972 et du mélodiste-instrumentiste Daniel Jones né à Essex (Angleterre) en 1973.

Darren et Daniel se rencontrent en janvier 1993 grâce à une publicité insérée par Daniel dans un magazine musical local de Brisbane « Time off ». Il cherche en effet un chanteur pour son groupe Red Edge. Le courant passe tout de suite entre eux et, peu de temps après, ils se lancent à deux dans une carrière musicale, laissant le groupe derrière eux.

Ils passent environ un an à écrire et à enregistrer dans un studio et envoient près de 150 démos à travers le monde jusqu’à ce que le manager John Woodruff tombe sur leur cassette. L’attente n’est pas vaine car ils décrochent un contrat auprès de Warner Music. Savage Garden est né.

Truly, madly, deeply

Quand leur premier album éponyme voit le jour en mars 1997, il grimpe directement à la première place et reste 13 semaines au sommet des hit-parades australiens.

Leur premier single I Want You se classe dès sa sortie deuxième derrière la Macarena! Il devient rapidement disque de platine avec 70.000 exemplaires vendus. Mais les singles suivants, To The Moon And Back et Truly, Madly, Deeply, atteignent eux les sommets. Ce dernier pulvérise d’ailleurs tous les records en Australie en restant 8 semaines numéro un, 32 semaines dans le Top 50 Singles et 42 semaines dans le Top 100 Singles !

L’album, sans doute grâce à ses textes aux connotations les plus positives, s’écoule finalement à plus de 11 millions d’exemplaires et leur vaut 10 ARIA Awards australiens.

Très vite, Columbia Records leur propose de conquérir le marché international. Leur rêve se matérialise enfin… Peu de temps après, ils s’installent dans un studio d’enregistrement et planchent durant 8 mois sur leur second album, Affirmation, enregistré à San Francisco et à New York, et produit par l’homme aux Grammy Awards, Walter Afanasieff (producteur de Ricky Martin, Mariah Carey et Céline Dion). Quant à Darren et Daniel, ils écrivent et co-produisent toutes les chansons de ce nouvel album.

En plus de paroles plus personnelles et d’une meilleure instrumentalisation, Affirmation clarifie aussi les rôles respectifs de Darren et Daniel. « J’ai toujours voulu être plutôt le Dave Stewart que l’Annie Lennox du groupe », explique Daniel Jones. « Je préfère le côté musicien. Je n’ai jamais aimé la célébrité, alors nous avons décidé que Darren serait le porte-parole du groupe. »

Bien que n’étant resté que 8 semaines dans les classements, Affirmation décroche la quatrième meilleure vente de l’année 1999. En janvier 2000, le single I Knew I Loved You leur vaut une première place dans les hits aux States. Et un album live sur leur Affirmation World Tour est annoncé pour novembre 2000.

EN 2001 Hayes annonça la dissolution du groupe. Jones et lui étaient tombés d’accord pour se séparer après avoir complété la tournée de leur deuxième album.

zicactu.com