Mois : septembre 2002

Rohff : Rohff

Rohff
Rohff
Rohff
Album CD – 2002

Liste des titres

:
Jeu 2 ‘la Mort
Ssem
5, 9, I
Le Meme Quartier
Parfois… Des Fois…
Creuset 2 Voyous
Qui Est L’exemple?
Rap Info
Miroir, Miroir
Sensation Brave
Tds
R.o.h.f.f.
L’ Introhff
Le Bitume Chante
Darwah

David Bowie : Never Let Me Down

David Bowie Never Let Me Down
Never Let Me Down

David Bowie

Album CD – 1987 – EMI

Liste des titres

:

Day-In Day-Out
Time Will Crawl
Beat Of Your Drum
Never Let Me Down
Zeroes
Glass Spider
Shining Star (Makin’ My Love)
New York’s In Love
’87 And Cry
Too Dizzy
Bang Bang

David Bowie : Tin Machine Live : Oy Vey Baby

David Bowie  Tin Machine Live Oy Vey Baby
Tin Machine Live : Oy Vey Baby

David Bowie

Album CD – 1992 – Victory

Liste des titres

:

If There Is Something
Amazing
I Can’t Read
Stateside
Under The God
Goodbye Mr. Ed
Heaven’s In Here
You Belong In Rock ‘N’ Roll

David Bowie : Tin Machine II

David Bowie  Tin Machine II
Tin Machine II

David Bowie

Album CD – 1991 – Victory

Liste des titres

:

Baby Universal
One Shot
You Belong In Rock ‘N’ Roll
If There Is Something
Amlapura
Betty Wrong
You Can’t Talk
Stateside
Shopping For Girls
A Big Hurt
Sorry
Goodbye Mr. Ed

David Bowie : Ziggy Stardust – The Motion Picture


Ziggy Stardust – The Motion Picture

David Bowie

Album CD – 1983 – RCA

Liste des titres

:

Hang On To Yourself
Ziggy Stardust
Watch That Man
Wild Eyed Boy From Freecloud
All The Young Dudes
Oh! You Pretty Things
Moonage Daydream
Space Oddity
My Death
Cracked Actor
Time
The Width Of A Circle
Changes
Let’s Spend The Night Together
Suffragette City
White Light-White Heat
Rock ‘N’ Roll Suicide

David Bowie : David Bowie


David Bowie

David Bowie

Album CD – 1967 – Deram

Liste des titres

:

Uncle Arthur
Sell Me A Coat
Rubber Band
Love You Till Tuesday
There Is A Happy Land
We Are Hungry Men
When I Live My Dream
Little Bombardier
Silly Boy Blue
Come And Buy My Toys
Join The Gang
She’s Got Medals
Maid Of Bond Street
Please Mr. Gravedigger

David Bowie : David Live


David Live

David Bowie

Album CD – 1974 – RCA

Liste des titres

:

1984
Rebel Rebel
Moonage Daydream
Sweet Thing
Changes
Suffragette City
Aladdin Sane
All The Young Dudes
Cracked Actor
Rock ‘N’ Roll With Me
Watch That Man
Knock On Wood
Diamond Dogs
Big Brother
The Width Of A Circle
The Jean Genie
Rock ‘N’ Roll Suicide

David Bowie : Stage


Stage

David Bowie

Album CD – 1978 – RCA

Liste des titres

:

Hang On To Yourself
Ziggy Stardust
Five Years
Soul Love
Star
Station To Station
Fame
TVC 15
Warszawa
Speed Of Life
Art Decade
Sense Of Doubt
Breaking Glass
Heroes
What In The World
Blackout
Beauty And The Beast

David Bowie : Bowie at the Beep


Bowie at the Beep

David Bowie

Triple album CD – 2000 – EMI

Liste des titres

:

In the Heat of the Morning (Bowie)
London Bye Ta Ta (Bowie)
Karma Man (Bowie)
Silly Boy Blue (Bowie)
Let Me Sleep Beside You (Bowie)
Janine (Bowie)
Amsterdam (Brel/Schuman)
God Knows I’m Good (Bowie)
Width of a Circle (Bowie)
Unwashed and Somewhat Slightly Dazed (Bowie)
Cygnet Committee (Bowie)
Memory of a Free Festival (Bowie)
Wild Eyed Boy from Freecloud (Bowie)
Bombers (Bowie)
Looking for a Friend (Bowie)
Almost Grown (Berry)
Kooks (Bowie)
It Ain’t Easy (Davies)
The Supermen (Bowie)
Eight Line Poem (Bowie)
Hang onto Yourself (Bowie)
Ziggy Stardust (Bowie)
Queen Bitch (Bowie)
Waiting for the Man (Reed)
Five Years (Bowie)
White Light White Heat (Reed)
Moonage Daydream (Bowie)
Hang onto Yourself (Bowie)
Suffragette City (Bowie)
Ziggy Stardust (Bowie)
Starman (Bowie)
Space Oddity (Bowie)
Changes (Bowie)
Oh! You Pretty Things (Bowie)
Andy Warhol (Bowie)
Lady Stardust (Bowie)
Rock ‘n Roll Suicide (Bowie)
Wild Is the Wind (Tiomkin/Washington)
Ashes to Ashes (Bowie)
Seven (Bowie/Gabrels)
This Is Not America (Bowie/May/Metheny)
Absolute Beginners (Bowie)
Always Crashing in the Same Car (Bowie)
Survive (Bowie/Gabrels)
Little Wonder (Bowie/Gabrels/Plati)
The Man Who Sold the World (Bowie)
Fame (Bowie/Alomar/Lennon)
Stay (Bowie)
Hallo Spaceboy (Bowie/Eno)
Cracked Actor (Bowie)
I’m Afraid of Americans (Bowie/Eno)
Let’s Dance (Bowie)

David Bowie : Santa Monica ’72


Santa Monica ’72

David Bowie

Album CD – 1994 – Golden Years

Liste des titres

:

Hang On To Yourself
Ziggy Stardust
Changes
The Supermen
Life On Mars
Five Years
Space Oddity
Andy Warhol
My Death
The Width Of A Circle
Queen Bitch
Moonage Daydream
John I’m Only Dancing
Waiting For The Man
The Jean Genie
Suffragette City
Rock ‘N’ Roll Suicide

Bon Jovi : Bon Jovi (album)








Bon Jovi
Bon Jovi
Album CD – 1984 – Lance Quinn-Tony Bongiovi / Jambco

Liste des titres

:
Runaway
Roulette
She Don’t Know Me
Shot Through The Heart
Love Lies
Breakout
Burning For Love
Come Back
Get Ready

Coldplay : Brothers and Sisters







Coldplay_-_Brothers_And_Sisters_EP
Brothers and Sisters
Coldplay
Single – 1999 – Autoproduit

Liste des titres

:
Brothers & Sisters
Easy to Please
Only Superstition

Coldplay : Shiver







200px-Shiver_cover_art
Shiver
Coldplay
Single – 2000 – Autoproduit

Liste des titres

:
Shiver
For You
Careful Where You Stand

Coldplay : Safety







coldplay_safety
Safety
Coldplay
EP – 1998 – Autoproduit

Liste des titres

:
Bigger Stronger
No More Keeping My Feet On The Ground
Such A Rush

Coldplay : The Blue Room







Coldplay The Blue Room
The Blue Room
Coldplay
Album CD – 1999 – Autoproduit

Liste des titres

:
Bigger Stronger
Such A Rush
Don’t Panic
See You Soon
High Speed

Bernard Lavilliers : Olympia (Live 1984)








Olympia (Live 1984)
Bernard Lavilliers
Album CD – 1984 – Barclay

Liste des titres

:
Entrée des artistes
Pigalle la blanche
Ô Gringo
Betty
Je voudrais pas crever
San Salvador
N.Y. juillet
L’amour et la mort (Las Estrellas)
A suivre…
Le bal

Aerosmith : Get A Grip








Get A Grip
Aerosmith
Album CD – 1993 – Geffen

Liste des titres

:
Intro
Eat the Rich
Get a Grip
Fever
Livin’ on the Edge
Flesh
Walk on Down
Shut Up and Dance
Cryin’
Gotta Love It
Crazy
Line Up
Amazing
Boogieman

Aerosmith : Done With Mirrors








Done With Mirrors
Aerosmith
Album CD – 1985 – Columbia

Liste des titres

:
Let The Music Do The Talking
My Fist Your Face
Shame On You
The Reason A Dog
Shela
She’s On Fire
The Hop
Darkness

Aerosmith : Permanent Vacation








Permanent Vacation
Aerosmith
Album CD – 1987 – Geffen

Liste des titres

:
Heart’s Done Time
Magic Touch
Rag Doll
Simoriah
Dude (Looks Like A Lady)
St. John
Hangman Jury
Girl Keeps Coming Apart
Angel
Pernmanent Vacation
I’m Down
The Movie

New Order : International








International
New Order
Album CD – 2002

Liste des titres

:
60 Miles An Hour
Crystal
Regret
Round And Round
Touched By The Hand Of God (original 12″)
True Faith
Bizarre Love Triangle (extended Dance Mix)
Shellshock
Lets Go
Round And Round (kevin Sanderson 12″ Mix)
Fine Time (steve ‘silk’ Hurley Remix)
Lonesome Tonight
Temptation
Here To Stay (radio Edit)

New Order : Retro








Retro
New Order
Album CD – 2002

Liste des titres

:
Fine Time
Temptation
True Faith
The Perfect Kiss
Ceremony
Regret
Crystal
Bizarre Love Triangle
Confusion
Round and Round
Blue Monday
Brutal
Slow Jam
Everyone Everywhere
Elegia
In A Lonely Place
Procession
Your Silent Face
Sunrise
Let’s Go
Broken Promise
Dreams Never End
Cries and Whispers
All Day Long
Sooner Than You Think
Leave Me Alone
Lonesome Tonight
Every Little Counts
Run Wild
Confusion
Paradise
Regret
Bizarre Love Triangle
Shell Shock
Fine Time
?1963′
Touched by The Hand Of God
Everything’s Gone Green
Blue Monday
World In Motion
Here To Stay
Crystal
Ceremony
Procession
Everything’s Gone Green
In a Lonely Place
Age of Consent
Elegia
The Perfect Kiss
Fine Time
World

Calogero

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


Biographie de Calogero

calogero1

Reconnu en tant qu’artiste solo depuis le début des années 2000, Calogero promène sa superbe voix depuis bien plus longtemps dans les hit-parades de l’Hexagone. Longtemps à la tête du groupe Les Charts, il décide en 1998 de voler de ses propres ailes et de se faire un nom.

Pari réussi puisque seul son prénom suffit désormais à déplacer les foules et que ce jeune Grenoblois d’origine italienne prête son talent de compositeur aux plus grands artistes actuels: de Zazie à Florent Pagny. Un chanteur à la voix unique et au style original, subtil mélange de pop, de new-wave, et de rock à la française.

De quel côté des Alpes ?

D’origine sicilienne, la famille Maurici s’installe de l’autre côté des Alpes, à Échirolles, près de Grenoble. C’est là que naissent les deux enfants du couple: Calogero (le 30 juillet 1971) et Giaochino (le 11 novembre 1968).

L’apprentissage musical de Calogero se fait en famille. Très tôt, les deux frères apprennent ensemble à jouer de l’orgue, de la basse, du piano et de la guitare. Naturellement, c’est ensemble qu’ils fonderont leur premier groupe, avec un ami commun, Francis.

Les Charts naissent de cette amitié fraternelle en 1986. Avec l’audace de leur jeune âge, ils frappent à toutes les portes avec quelques titres en tête, et c’est en 1988, alors que Calogero n’a pas encore 17 ans, que Paris les découvre.

L’aventure des Charts

Ils ont en fait la chance de rencontrer Philippe Gaillard qui leur accorde entière confiance: il s’engage auprès d’eux à devenir leur producteur-auteur-manager exclusif. Dans un premier temps, les trois garçons travaillent d’arrache-pied pour sortir leur premier album, L’océan sans fond, qui obtient un succès d’estime en 1989.

Mais c’est avec Notre monde à nous, en 1991, que Charly (nom de scène de Calogero), Jacky (Giaochino) et Francis rentrent dans la légende. 200.000 exemplaires vendus pour cet album portés par le titre Aime-moi encore. Le groupe va soulever l’enthousiasme du public pendant quelques années encore, révélant un véritable talent scénique et soufflant sur la pop française un vent de jeunesse et de fraîcheur.

Une jeunesse qui rime cependant avec professionnalisme et expérience. Les trois amis maîtrisent parfaitement leur art et leur créativité, sans toutefois renier leurs influences diverses (ils sont des enfants des années 80): Depeche Mode, The Cure, The Who, … qu’ils reprennent sur leur double album live Acte I en 1995.

L’après Les Charts…

Changer, dernier album au titre prémonitoire, sort en 1997 et marque la fin de l’aventure Les Charts. Le groupe se sépare. Pour Charly-Calogero, tout repart à zéro, mais avec la richesse des rencontres faites durant les dernières années.

Parmi ces rencontres, Pascal Obispo, qui lui conseille de tenter sa chance en solo. Exit Charly, le jeune chanteur s’appelle désormais Calogero, de son vrai prénom. Retour aux sources pour le chanteur qui s’entoure rapidement des grands noms de la chanson contemporaine: Zazie, Obispo, Pagny, Segara, Golemanas, Jaconelli, …

Et la recette ne tarde pas à prendre. Dès 1998, Calogero accompagnera sur scène Zazie (durant sa tournée des Anges), Obispo ou Pagny (pour lequel il écrit également) et sort en avril 1999 son premier album solo: Au milieu des autres.

Le nom de Calogero circule rapidement, comme si l’on découvrait un nouveau talent. Mais le public ignore généralement d’où vient ce jeune chanteur talentueux, et qu’il a derrière lui dix ans d’expérience !

La consécration

En 2001, ses associations font recette et le Grenoblois prépare son deuxième album solo, qui sortira au début de l’année 2002. Intitulé sobrement Calogero, ce deuxième opus est une oeuvre très personnelle et de grande qualité. Les deux premiers extraits (En apesanteur et Aussi libre que moi) cartonnent dans tous les hit-parades.

A l’écoute de ce disque, on est rapidement surpris par la solidité et la technique musicale de son auteur. Ballades, rock endiablé, morceaux plus pop, toujours accompagnés d’une voix assurée, dans une gamme étendue: Calogero n’a plus rien à prouver.

Depuis plus de dix ans, seul ou avec son groupe Les Charts, le jeune chanteur s’est constitué un riche répertoire musical. Compositeur sensible, dont le talent est aujourd’hui très prisé, Calogero promet une longue carrière faite de succès.

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Calogero

Albums
2020 Centre Ville
2017 Liberté chérie
2015 Live 2015
2014 les feux d’artifice
2010 Best of
2009 L’Embellie
2007 Pomme C
2005 Live 1.0
2004 Calog3ro
2002 Calogero
2000 Au milieu des autres

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Bernard Lavilliers

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


Biographie de Bernard Lavilliers

lavillierMarchant seul sur le chemin de la chanson francophone, Bernard Lavilliers sort les armes à chacune de ses chansons. Pour lui, assurément, « l’art mineur » est un art de révolutionnaire, et vaut les fusils d’assaut.

Boucles d’oreilles, muscles saillants et tatouages collent aux titres populaires et exotiques du chanteur: des trottoirs de Pigalle à ceux de Manille, en passant par la Révolution au Mexique ou les Favelas du Brésil, Lavilliers est l’ardent défenseur des minorités et des laissés-pour-compte. Une façon sensible et altruiste d’utiliser son talent et sa notoriété, quand d’autres se contentent trop souvent de scruter leur propre nombril…

Saint-Étienne, bassin ouvrier

Né le 7 octobre 1946 d’un père ouvrier et d’une mère institutrice, Bernard Ouillon vit une enfance difficile. Temps difficiles tout d’abord, que ces temps d’après-guerre dans une région minière où le ciel est bas et gris.

Entre l’usine et le bistrot, l’avenir de Bernard est tout tracé. En plus de ce destin sombre, le jeune enfant doit lutter contre la maladie qui l’affaiblit et le détruit (il est victime d’une congestion pulmonaire). Il trouve plusieurs moyens de se mettre en marge, d’exprimer sa révolte et sa rancoeur.

Le meilleur, c’est celui des mots et de la musique, que sa mère institutrice lui inculquera et qui feront de lui un poète rebelle, à la manière d’un Léo Ferré qu’il admire tant. Le pire, c’est la violence, qui est le lot quotidien d’un gamin de cité HLM, et qui le conduira quelques mois en maison de redressement. Cela lui donnera le goût de la boxe, de la bagarre et de la lutte.

Enfin assagi à presque vingt ans, il accepte un métier de tourneur sur métaux. Mais la révolte est là, qui gronde au fond de lui: c’est le premier exil. Brésil, Amazonie, Amérique Centrale…

Un éternel voyageur

Dès lors, la vie de Bernard ne sera que voyages, errances et recherches de soi. Le voyage à la façon d’un Gérard Manset, pour s’oublier, pour se chercher, pour chercher l’Homme. Son altruisme naît du voyage. Il voit tellement de misère, d’enfants sales et malheureux, de trafiquants en tout genre, de pays où la pauvreté règne dans l’indifférence générale.

De retour en France, nourri par les rythmes latins, il se lance dans les cabarets, mettant à profit son expérience pour créer. Deux 45 tours paraissent ainsi en 1967. Commencent quelques années de galère, qu’une première paternité rend difficiles.

Dès 1971, sa nouvelle maison de disques lui permet d’enregistrer régulièrement. Lavilliers enchaînent disques et concerts. Sa musique fait parler d’elle car elle est unique, un savant mélange de salsa et de poésie. Elle a l’accent du blues, la musique des esclaves et des malheureux, sous de faux-airs de gaieté.

La reconnaissance

Le public s’intéresse à cet artiste étrange qui chante les favelas et les ghettos, et vient le voir de plus en plus nombreux dans de plus en plus grandes salles. La recette Lavilliers est simple: des rythmes latinos, des textes évocateurs et politiques, et la rage de l’expression scénique pour illustrer le tout.

De chacun de ses voyages (toujours dans l’hémisphère Sud), il rapporte de nouvelles sources d’inspiration et un nouvel album. Son voyage au Brésil de 1979 lui inspire ses plus grands succès: Stand the Ghetto et La salsa. Lavilliers est désormais un artiste très populaire, même s’il ne voit pas forcément cette notoriété d’un bon oeil, lui qui prône la solidarité, la révolte contre notre société mercantile et égoïste.

Ainsi tiraillé entre sa philosophie et le succès, le chanteur vit des périodes sombres, que vient troubler sa vie sentimentale mouvementée (il est père de quatre enfants et essuie de nombreux revers avec les femmes).

Autres continents, mêmes préoccupations…

S’il cherche, dans les années 80, d’autres sources d’inspiration en traversant le continent africain, il n’en reste pas moins obsédé par les mêmes préoccupations: l’égalité, le racisme, la misère, le chômage, … Lorsqu’il ne voyage pas, Lavilliers nous fait voyager et prendre conscience de notre époque, de notre condition de vie et de notre pouvoir de changer les choses.

Les années passent, et le chanteur stéphanois ne perd en rien de sa rage et de son franc-parler. Sa musique est plus que jamais militante, et il n’est pas rare de le voir sur la scène de la Fête de l’Huma ou prenant part à des concerts de soutiens.

En 1995, son duo avec Jimmy Cliff, pape du reggae, rappelle que Lavilliers est aussi un grand seigneur de la World Music et un chanteur populaire: Melody Tempo Harmony cartonne sur toutes les radios.

Un monument de la chanson

Fidèle à ses opinions, ne cédant jamais à la tentation facile de l’argent et de la stabilité, Lavilliers aborde le nouveau millénaire avec un nouvel album, son seizième. Arrêt sur image traite encore et toujours, mais sans jamais se répéter, des thèmes du chômage, de la pauvreté et de la violence. Comme si le chanteur engagé cherchait à se débarrasser à jamais de ses souffrances, celles qu’il a vécues dans son enfance, et celles, toujours présentes, de ses compatriotes.

Homme volontaire et rebelle, Bernard Lavilliers traversent les années comme les frontières: sans que rien ne l’altère ni ne l’arrête. Son but: lutter sans cesse, à sa manière, contre les injustices.

Sa voix chaude et sensuelle, sa musique dansante et sa poésie sont déjà, après un quart de siècle de carrière, et de nombreux succès (Pigalle la Blanche, Stand the Ghetto, Idées noires, Noir et Blanc, O Gringo, …), la récompense des gens honnêtes. Il soulage les douleurs de l’âme, rend un peu plus regardable un monde tant malmené.

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Bernard Lavilliers


Albums
2017 5 minutes au paradis
2014 Acoustique
2013 Baron samedi
2010 Causes perdues et musiques tropicales
2008 Samedi soir à Beyrouth
2004 Carnets de bord
2001 Arrêt sur image
2000 Histoires en scène
1997 Clair Obscur
1995 Champs du possible
1991 Solo
1989 Lavilliers Live – On The Road Again
1988 If
1987 Gentilshommes de fortune – Rêves et voyages
1986 Voleur de feu
1984 Olympia (Live 1984)
1984 Tout est permis, rien n’est possible
1983 Etat d’urgence
1981 Nuit d’amour
1980 O Gringo
1979 Pouvoirs
1978 T’es vivant ?
1977 15e round
1976 Les barbares
1974 Le Stéphanois
1972 Les poètes
1968 Premier pas

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Entretien »]

Je vois pas mal d’artistes qui sont pragmatiques. C’est le contraire de la poésie et du rêve.
Ils comptabilisent leurs disques: j’en ai vendu 300.000, il faut que j’en vende 500.000 …

Lavilliers chante FerréLavilliers chante Ferré est le titre du DVD du concert hommage à Léo Ferré que Bernard Lavilliers a enregistré le 24 octobre 2006 à l’auditorium Maurice Ravel de Lyon.

Dans les dernières années de la vie du libertaire Léo, Lavilliers et Ferré étaient devenu amis. Normal donc que le premier s’essaye à rendre, en passant de l’essentiel au moins connu de son répertoire, le souffle furieux de l’hirsute poète.

Zicactu: Pour commencer, n’est-ce pas de grosses nuits d’angoisse de vouloir chanter Ferré devant un public?

Bernard Lavilliers: Je l’avais déjà fait par petits bouts. De temps en temps, je le faisais dans mes concerts, puis des hommages avec d’autres artistes,mais c’est vrai que faire tout un spectacle, c’est différent.
Enchaîner quelques chansons un peu cabaret puis poursuivre avec 4 musiciens de mon groupe pour la période psychédélique de Ferré et après s’envoyer 90 musiciens pour vous pousser,
cela file le trac en général.En plus les textes que j’ai choisi étaient compliqués.
Ce n’était pas le trac de me planter ou de l’imiter car il y a longtemps que je ne chante pas du tout comme Léo.
Ma manière d’interpréter est plus sobre, il traînait les notes longtemps, c’était sa manière de chanter.
Je sais pas mais je pense que s’il avait vu ce spectacle, cela lui aurait fait plaisir.
Le trac venait de mon rapport avec les musiciens dit classiques qui peuvent être chaleureux ou très distants.

Zicactu: C’est franchement très plaisant à regarder et écouter.

Bernard Lavilliers: Merci mais vous savez, il y avait pourtant pleins de trucs qui s’opposaient au concert.
J’avais mes parents dans la salle, mon ingénieur du son qui avait mis un remplaçant car il devait se rendre sur Paris
et je vous assure que c’est le concert live le plus live que je connaisse.
Il n’y a pas eu 2 prises. Vous l’avez de A jusqu’à Z, en entier, exactement comme si vous étiez dans la salle ce soir là.
Il n’y a aucune retouche.

Zicactu: C’est d’ailleurs plaisant de vous entendre donner les clefs pour certaines chansons.

Bernard Lavilliers: Les seconds degrés de Ferré ne sont pas toujours compris et je tenais à mettre les choses dans leurs contextes.
Il y avait des textes qui dataient et pourtant semblent très moderne. C’était un challenge ce projet.
J’y ai travaillé 6 mois pour 12 concerts. J’étais à Beyrouth quand les mecs m’ont dit qu’ils avaient trouvé l’argent pour le faire.
Il faut savoir qu’il y avait un boulot considérable: entre l’orchestre, le chef d’orchestre, l’orchestration classique.
Il fallait travailler avec mon pianiste, mon groupe de rock et eux pour en faire quelque chose de cohérent.
C’est assez ambitieux en définitive: l’intimité du piano, puis passer à la période plus populaire de Ferré passant dans les boites avec C’est extra en 68
(le slow le plus costaud au niveau du texte que j’ai pu entendre) et après se dire on va enchaîner avec Préface un texte sans musique
et l’orchestre qui arrive sans transition sur La Mémoire et la mer.

Zicactu: On a l’impression que c’est La Mémoire et la mer qui vous a permis d’oser ce challenge plus que vos autres reprises antérieures,
comme si les clefs de cette chanson vous avaient ouvert des portes?

Bernard Lavilliers: Il y a quelque chose de métaphysique avec ce titre.
J’avais essayé de la comprendre en la chantant, c’est extrêmement métaphorique. Je me suis rendu compte qu’outre sa maison, il y avait une comparaison avec la scène.
Parce qu’il y a toujours ce maquillage, cette lumière pour se rendre compte que finalement, il considère le public comme la mer.
Quelque chose à voir avec la nature, la puissance des souvenirs sans cesse renouvelée, et la puissance de la mer poétique.
Il y a quelque chose de théâtral dans ce texte. La mettre au début de la partie symphonique qui est à peu près à la moitié du spectacle, est voulu.

Zicactu: Vous avez pris le risque aussi de proposer un tour de chant audacieux?

Bernard Lavilliers: Les gens dans la salle étaient des amateurs de Léo Ferré essentiellement,
alors la seule crainte que je pouvais avoir, c’était qu’ils pensent que j’imitais ou que je dénaturais l’oeuvre.
Je sens bien que le public attendait des chansons qu’ils connaissaient comme Avec le Temps mais j’ai justement proposé plus et de manière différente.

Zicactu: Pour moi Ferré est un aboyeur de douceur, Est-ce que c’est cet orchestre symphonique qui vous a obligé à adapter votre voix,
qui est très sensuelle sur ce répertoire?

Bernard Lavilliers: Je l’ai adapté dès le départ de cette manière, sans forcer.
Léo était un ténor d’opéra: il forçait sa voix car il avait une admiration pour la musique symphonique.
Mais nous, avec mes musiciens et le chef d’orchestre, nous avons beaucoup travaillé pour épurer les chansons,
surtout celles des années 60-70, où il y avait des arrangements assez copieux.
Je voulais aller plutôt vers le côté Debussy et Ravel, qui sont des références pour Ferré mais en les rendant moins tragiques.
Les originaux de ses chansons, c’était Wagner et Beethoven à la fois (rire) avec beaucoup de cours et de cuivres.
On a essayé de trouver un équilibre pour détourner des mélodies qui sur la distance se ressemblent, sur 40 ans d’écriture.
Dans Les poètes qui se trouve au début, on retrouve L’étrangère, une autre chanson majeure.
On voulait prendre chaque chanson comme une pièce en elle-même et ne pas la faire ressembler à la suivante.

Zicactu: Pourquoi avoir attendu presque 3 ans pour proposer ce répertoire?

Bernard Lavilliers: En tant que producteur je n’avais plus un rond (rire) alors j’ai demandé à Universal d’assumer l’enregistrement de ce DVD.
Je n’ai pu le faire qu’une fois d’ailleurs. Après j’ai sorti Samedi soir à Beyrouth et je ne voulais pas que tout se mélange.
De toute manière, c’est eux qui décident la date pour sortir les albums. Soit on sortait ce DVD aussitôt après, soit il fallait attendre.
De toute manière, l’important c’est de le sortir. Cela donne une idée exacte de ces 3 concerts symphoniques: celui de Paris, de Toulouse et le dernier de Lyon.
Vous êtes dans une sorte de reportage intemporel.

Zicactu: Ce qui m’a impressionné, c’est la qualité poétique de Ferré que vous soulignez bien?

Bernard Lavilliers: C’est un énorme travail de mémoire. Des textes complexes comme ceux de Rimbaud.
J’ai fait un dosage entre Ferré, auteur compositeur, et le Ferré qui se penchait sur des poètes pour les mettre en musique.

Zicactu: Pensez vous que notre société ait perdu 3 choses essentielles: la poésie, le rêve et l’insoumission et que ces 3 caractéristiques étaient tout Léo?

Bernard Lavilliers: Complètement ! D’ailleurs ce DVD aurait pu s’appeler ainsi.

Zicactu: Selon moi, Ferré en 2009 n’aurait pas eu la possibilité de se faire entendre, avez-vous trouvé des descendants qui vous font penser quelque part à lui?

Bernard Lavilliers: Ferré était à la fois un chansonnier, car il pouvait faire des trucs très drôles sur la société comme La Mafia,
mais aussi être quelque chose comme un prophète de la société qui faisait swinguer ses rimes. Alors vous voyez, il n’y a pas grand monde aujourd’hui.
Maintenant au bout d’un album, les artistes ont déjà 2 hommes d’affaires, un avocat, ils ont déjà signé avec Carrefour et cela n’a rien à voir avec ma génération et surtout celle de Léo.
Ce n’était pas des générations préoccupées par le bizness.

Zicactu: Vous connaissez Serge Rezvani, qui est dans le même univers que Ferré?

Bernard Lavilliers: Oui, ils devaient se connaître je pense. Il y a une similitude.
C’était des artistes complets qui n’en avaient pas grand-chose à foutre du succès. Il fallait qu’ils en aient mais cela ne les guidait pas.
Je vois pas mal d’artistes qui sont pragmatiques. C’est le contraire de la poésie et du rêve.
Ils comptabilisent leurs disques: j’en ai vendu 300.000, il faut que j’en vende 500.000 sur le suivant ou alors maintenant, ils pensent au web.
Ils pensent chiffres et images. Pareil à des hommes politiques.

Zicactu: Votre dernier album à vous, a très bien marché. Le soin particulier que vous avez mis sur cet album est-il la clef du succès?

Bernard Lavilliers: C’était un bel objet cartonné ayant de la gueule.
Maintenant, on croit qu’il suffit de vous refiler une clef USB qui ressemble à un briquet pour triompher.
Au niveau esthétique, on n’est pas dans la même dimension.

Zicactu: En regardant les compléments au DVD, je fus surpris d’apprendre que vous avez découvert Ferré à la limite de l’enfance et de l’adolescence,
ce qui est assez rare finalement?

Bernard Lavilliers: Vous savez dans mon public j’ai des enfants assez jeunes également.
Ils ne comprennent pas tout, ils ne peuvent pas analyser, ni parler des détails d’une chanson mais ils peuvent aimer dans ce choix du C’est bien ou merdique.
Pour moi, Léo Ferré et par exemple Thank You Satan était obscure avec son histoire personnelle chez les jésuites mais je pouvais apprécier la chose dans son ensemble.

Zicactu: Ferré était quant à lui plein de paradoxes?

Bernard Lavilliers: Il n’a jamais caché ceci. Dans les années 70, quand on lui reprochait de gagner de l’argent avec ses disques
il disait « Monsieur Fiat ou Monsieur Ford envoient leurs ouvriers dans les usines et font du pognon avec et moi j’envoie mes idées dans la rue et je fais du pognon avec ».
C’est une formule mais en même temps, il n’exploite personne. Personne n’était obligé d’acheter ses disques.
Il n’a finalement acheté qu’un mas en Toscane avec des vignes autour pour 40 ans d’écriture de chansons.
Ce ne sont pas les propriétés de Mickael Jackson.

Zicactu: Imaginons qu’un jour, un artiste chante Lavilliers pour un album hommage,
qu’aimeriez-vous qu’il dise de vous et comment voudriez-vous qu’il aborde votre univers?

Bernard Lavilliers: J’aimerais qu’il n’oublie pas la rage de mes chansons, le voyage aussi.
Il y a aussi l’humour. On a tellement d’images de moi depuis Les Barbares que j’aimerais qu’ils fouillent sur ce côté 3ème degré.
C’est ce qu’on fait les Fatal Picards, qui se sont foutu de ma gueule.
Moi cela m’a fait rire et c’est pour ça que j’ai joué dans leur clip.
Et le goût pour les musiques latines aussi. C’est quelque chose que je défends.
La plupart des artistes d’aujourd’hui sont encore sur des vieilles histoires anglo-saxonnes qu’on traîne comme des complexes.
Alors que l’on est latin et qu’on a toute la musique latine comme champ d’action. C’est énorme.

Propos recueillis par Pierre Derensy.

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]
[/cherry_col]

[/cherry_row]