Mois : octobre 2002

Hubert-Félix Thiéfaine

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »170″]

Biographie de Hubert Felix Thiefaine


Chanteur et poète, inventeur de mots, créateur de sons, Hubert-Félix Thiéfaine véhicule l’image du troubadour moderne. Il sillonne le paysage musical francophone loin des médias et traîne avec lui une réputation d’esthète et de guerrier provocateur.

Depuis vingt-cinq ans, sa prose habille intelligemment un rock original, entre loufoquerie et romantisme noir. De Comme un chien dans un cimetière à Défloration 13, Thiéfaine rentre peu à peu dans la légende.

Sombre Jura

Avant-dernier d’une famille de six enfants, Hubert-Félix voit le jour à Dole au coeur du Jura, le 21 juillet 1948. Sombre Jura de l’après-guerre au sein duquel le chanteur passe une enfance triste et difficile.

Déjà mélancolique, rêveur et solitaire, son faible engouement pour le travail et la discipline scolaire le mène droit au séminaire, en pension (en prison ?!). Mis à l’écart, il forge là sa personnalité hors du commun et s’enivre d’écriture et de musique.

Ses premiers mots ont les sonorités décalées de ses futures oeuvres. A dix-sept ans, il forme ses premiers groupes, inspirés par Dylan ou Léo Ferré, et prend à vingt ans la poudre d’escampette, le bac en poche. Direction Besançon, la faculté de Droit. Premières évasions…

Besançon-Paris

Convaincu de sa nécessité de fuir la vie modèle (études-travail-vie rangée), H-F emprunte les chemins de traverse. Ses quelques expériences musicales avec son ami Tony Carbonare ne lui suffisent plus, parce qu’elles sont sans lendemain, comme des amours inachevées.

Après un service militaire avorté (il est exempté), guitare sur le dos, il quitte le Doubs pour Paris en 1971, certain qu’il a une carte à jouer. Deux années durant, il alterne les stages bidon, les petits métiers faciles, profitant de son temps libre pour écrire un roman et un spectacle musical.

Ce dernier s’intitule Comme un chien dans un cimetière et verra finalement le jour en 1973 dans les petits clubs et les cabarets de la région parisienne. Mais si le public commence à apprécier le jeune chanteur, ses textes déconcertants et son allure provinciale ne convainquent aucun éditeur. Bredouille et malade, Hubert quitte Paris en 1976 pour son Jura natal.

Machin

C’est finalement là que se fera le déclic, dans un salvateur retour aux sources. Il rencontre le groupe Machin, composé de quatre hurluberlus et dans lequel joue son ami Tony. Il les rejoint quelques temps sur scène. Machin correspond tout à fait à l’état d’esprit de Thiéfaine, cultivant déguisement, insolence et humour noir.

Une attitude de scène que gardera longtemps le chanteur, n’hésitant pas à se costumer comme sur la pochette de son troisième album De l’amour, de l’art ou du cochon ?

Pour l’heure, Hubert signe son premier contrat chez Sterne et sort en 1978 son premier album aux ventes confidentielles: Tout corps vivant sur le secteur étant appelé à s’émouvoir… En deux ans et trois albums, Thiéfaine obtient un succès d’estime. Radios et journaux spécialisés le sollicitent et ses premiers concerts attirent un public curieux de voir s’étendre le phénomène.

L’envol du poète

Puis tout va très vite. Son album Dernières balises obtient un disque d’or et lance la machine Thiéfaine. Sa poésie et sa musique décalées créent la surprise dans le milieu du rock. Intellectualisé (et marginalisé) par certains médias, il rentre dans la catégorie particulière des chanteurs à texte, empêchant ainsi son oeuvre de sombrer sous une popularité éphémère.

Assurément, son art s’inscrit dans le solide, le durable, le beau. De l’Olympia à Bobino, la foule venue lui rendre hommage le confirme. Désormais rien n’arrête sa carrière. Le chanteur aux allures de poète maudit devient prolifique et enchaîne les albums: Alambic sortie sud, Meteo für Nada, ou encore Eros über alles sont autant de chefs-d’oeuvre incontestés.

De nombreux « tubes » marquent les esprits de ces vingt dernières années de leur signature si particulière: La fille du coupeur de joints, Loreleï Sebasto Cha, Sweet Amanite Phalloïde Queen ou encore Les dingues et les paumés, Groupie 89 turbo6, Zone chaude môme, La vierge au Dodge 51.

Scènes privées

Pourtant timide et introverti, Hubert-Félix trouve son bonheur sur scène, à la rencontre de son public. Les tournées le mènent dans toute la France et durent parfois plus d’un an. Les plus grandes salles de spectacle l’accueillent à guichets fermés (le Zénith, l’Olympia, …) et ses apparitions dans les festivals sont autant de moments privilégiés (Bourges, Nyon, …).

Reconnu et rarement décrié, il inspire le respect et les journalistes se penchent sur la vie de cet homme attachant et trouble: une biographie de Pascale Bigot paraît dans les années 80 aux prestigieuses éditions Seghers et le magazine Chorus, bible de la chanson francophone, lui consacre de nombreux articles.

Ayant trouvé le juste équilibre entre vie publique et vie privée (il a deux enfants, Hugo et Lucas, nés en 1986 et 1993), Thiéfaine construit discrètement et durablement une oeuvre solide et attachante. Parce que chacun de ses albums a un véritable sens artistique et nécessite un travail d’écoute et d’appropriation, cet artisan des mots est devenu un auteur fascinant et inclassable.

Son treizième album, Défloration 13, paru en 2001, est accueilli comme un nouveau chef-d’oeuvre, sans défaut et sans âge. A la manière d’un Murat qui refuserait toute concession aux contraintes du système, Thiéfaine s’enorgueillit d’appartenir au cercle restreint des grands artistes de la francophonie.

Son oeuvre singulière et colorée traverse les années sans prendre une ride tant son ironie et sa quête inespérée du langage en font un modèle du genre.

zicactu.com
[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Hubert Felix Thiefaine

Albums

2014 Stratégie de l’inespoir
2011 Suppléments De Mensonge
2007 Amicalement blues
2005 Scandale mélancolique
2001 Défloration 13
1998 Le bonheur de la tentation
1996 La tentation du bonheur
1993 Fragments d’hébétude
1990 Chroniques bluesymentales
1988 Eros über alles
1986 Météo für nada
1984 Alambic / Sortie Sud
1982 Soleil cherche futur
1981 Dernières balises avant mutation
1980 De l’amour, de l’art ou du cochon
1979 Autorisation de délirer
1978 Tout corps vivant branché sur le secteur…

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Carlos Santana

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »172″]




Biographie de Carlos Santana

santana
Pape du rock latino et précurseur de la world music, Santana est avant tout un guitariste de génie. Le premier, tel l’alchimiste, qui a su trouver la « formule magique », accouchant de ce subtil mélange de rock, de blues, de percussions et de samba.

Une universalité qui touche des millions de fans à travers le monde, de son petit village natal du Mexique au coeur des grandes cités occidentales.

Au coeur de deux mondes

Né le 20 juillet 1947 dans le village mexicain d’Autlan de Navarro, entre la grande Amérique du Nord et celle, populaire et tourmentée, du Sud, Carlos Santana porte en lui la fusion de deux mondes musicaux: le rock and roll, qu’il découvrira à l’aube de ses dix ans en vibrant sur les Bill Haley, B.B. King ou autres Elvis Presley, et la musique latino, celle du sang, celle aussi que lui enseigne son père, violoniste mariachi, dès ses premières années.

A cinq ans, il possède déjà les bases de la musique. En 1955, lorsque sa famille emménage à Tijuana, Carlos découvre la guitare. En pleine explosion du rock, celle-ci vaut bien le sacrifice de son violon ! Pendant plusieurs années, seul ou en groupe, l’adolescent perfectionne son art et peaufine un son unique, qui fera son succès et sa particularité.

San Francisco

1961. Santana a 14 ans, et découvre San Francisco. La métropole lui apparaît comme un univers grandiose, au sein duquel il peut exposer son talent. Nulle autre que « Frisco » n’offre un tel mélange de cultures.

Le Santana Blues Band naît en 1966 de cette passion pour la musique et la scène. Pendant deux ans, le jeune groupe va écumer les boîtes et les festivals, faisant parler de son style nouveau et de ce fabuleux guitariste aux doigts d’or.

Le déclic aura lieu à Woodstock en 1969, première grande prestation publique de Santana. Devant des milliers de gens, réunis là au nom de l’amour, de la paix et de la musique, le musicien fait un triomphe avec Soul Sacrifice. Un grand artiste est né ce 16 août 1969 au cours de ce festival mythique.

En adéquation avec l’esprit Hippie des années 70, les messages de Santana réunissent les fans par millions: paix, amour, solidarité et compassion font partie des idées majeures du Mexicain, somptueusement mises en musique. Les ventes explosent, les disques se succèdent, tous d’or ou de platine. Un parcours sans faute qui se veut exemplaire tant l’ampleur de son succès ne se démentira jamais.

D’Abraxas à Shaman

Black Magic Women, Europa, She’s Not There, Mandela, Jingo, ou Persuasion, jalonnent la longue carrière du musicien, considéré par certains comme le plus grand guitariste du monde, surclassant les Jimi Hendrix, Eric Clapton ou The Edge.

Son doigté subtil est reconnaissable entre tous. La finesse de sa musique et l’intransigeance dont il fait preuve sont payantes. Les albums vont ainsi se succéder à un rythme soutenu pendant trente années, sans sombrer dans la monotonie ou l’appât du gain.

Shaman, son dernier opus, sorti le 21 octobre 2002, est son 37e album et se place, dès sa sortie, parmi les meilleures ventes mondiales de disques. Preuve, s’il en est besoin, que Santana ne perd pas une once de talent et de créativité.

A 55 ans, loin des tapages médiatiques, ce « guitar heroe » affiche une longévité à toute épreuve. Une grandeur qui se passe de tout commentaire.

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Carlos Santana


Albums

2005 All That I Am
2002 Shaman
2001 Divine Light
1999 Supernatural
1997 Live At The Fillmore – 1968
1995 Dance Of The Rainbow Serpent
1994 Santana Brothers
1992 Milagro
1990 Spirits Dancing In The Flesh
1988 Viva Santana!
1987 Freedom
1985 Beyond Appearances
1982 Shango
1981 Zebop!
1979 Marathon
1978 Inner Secrets
1977 Moonflower
1976 Festival
1976 Amigos
1975 Lotus
1974 Borboletta
1973 Welcome
1972 Caravanserai
1971 Santana III
1969 Santana

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Chris de Burgh : Quiet Revolution








Quiet Revolution
Chris de Burgh
Album CD – 1999 – A & M Records

Liste des titres

:
When I Think Of You
Love Of The Heart Divine
Living In The World
The Same Sun
Nothing Ever Happens Round Here
A Woman’s Heart
The Last Moment Of The Dawn
I See You Everywhere
Saint Peter’s Gate
You Look Beautiful
I Want It (And I Want It Now)
Natasha Dance
The River Of Abraham
My Lover Is
Quiet Revolution

Elvis Presley

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »424″]



Biographie de Elvis Presley

Elvis Presley« Avant Elvis, il n’y avait rien ! ».

Cet aveu d’un autre génie de la chanson, John Lennon, suffit à lui seul à replacer Elvis Presley dans le contexte intemporel de la légende du rock ‘n’ roll.

The King, comme il est fort justement surnommé, a tout inventé: un style, une image, une certaine médiatisation de la musique populaire, jusque là cantonnée aux basses couches de la société.

S’appuyant sur les bases afro-américaines du blues, Presley a donné au rock ses lettres de noblesse avant de sombrer, meurtri, sous le poids de son oeuvre.

East Tupelo, Mississippi, 1935

Rien ne laissait présager un tel destin, lorsque le petit Elvis Aaron Presley voit le jour ce 8 janvier 1935, dans cette petite maison de bois. Et pourtant…

Des deux jumeaux qui devaient voir le jour, le second, Jesse Garon, ne survivra pas. Seul Elvis fera le bonheur de ses parents. Après une enfance heureuse quoique modeste, durant laquelle il fait l’apprentissage du chant à l’église de Tupelo, sa vie prend un tournant décisif le jour de ses onze ans.

Un étonnant cadeau d’anniversaire

Son grand-père, sans deviner que son geste révolutionnera le monde, lui offre alors sa première guitare. Sur cet instrument, l’adolescent fera ses premières gammes. En 1948, la famille Presley déménage à Memphis.

Après avoir obtenu son baccalauréat en 1953, Elvis enregistre un disque pour l’anniversaire de sa mère Gladys. Ce sera My Happiness gravé au Memphis Recording Service durant l’été 1953. Sans le savoir, ce coup d’essai est le déclencheur de son futur succès.

Remarqué par Sam Philipps, directeur des Studios Sun Records de Memphis, Elvis fait la rencontre de deux musiciens avec lesquels il s’enferme plusieurs jours en studio. De cette osmose naît That’s All Right Mama en juillet 1954. Ce premier titre commercial fait un carton dans l’Amérique puritaine des années 50.

Avec ses dix-neuf ans et son physique de jeune premier, Elvis devient rapidement la coqueluche des jeunes filles. La rencontre avec le Colonel Parker -il sera son manager exclusif- fait office d’accélérateur. Dès 1955, chaque déplacement de Presley déclenche une émeute, et ce seulement après une poignée de 45 tours. La légende est née.

Un succès grandissant et démesuré

Chaque disque atteint des ventes records, savamment relayées par la télévision. Dès ses débuts, le chanteur a tout à gagner à développer son potentiel visuel: télévision, concerts et plus tard cinéma sont partie intégrante de son succès.

Censurés par certains, encensés par d’autres, son jeu de jambes provocateur, sa tenue, sa voix, son âge et sa musique font de lui un artiste à part, et aussi un extraordinaire produit commercial. Parker en prend conscience et oriente Presley très tôt vers une carrière cinématographique.

Son premier film, Love Me Tender, date de 1956. L’enjeu financier est énorme et repose sur un schéma simpliste: un scénario souvent naïf, mettant en valeur le physique et la voix d’Elvis, et de nombreuses chansons enregistrées pour l’occasion.

Cette astucieuse collaboration fera la fortune de l’artiste et de son manager, au rythme effréné de plusieurs films par an. Avec ses premiers cachets, le jeune homme s’offre la propriété de Graceland en 1957, sa demeure principale durant toute sa vie et aujourd’hui lieu de culte pour des millions de fans.

En Allemagne…

A 23 ans, trois évènements majeurs ont une influence positive sur la popularité d’Elvis. Dans un premier temps, il est appelé sous les drapeaux, au Texas puis en Europe, plus exactement en Allemagne. Il bénéficie, à l’instar d’un Johnny quelques années plus tard, d’un formidable engouement. Prestige de l’uniforme !

Mais la même année, Gladys, sa mère, décède d’un arrêt cardiaque à l’âge de 46 ans. Coup dur pour le jeune chanteur qui vouait à sa mère un amour passionnel. Une mère absente que remplacera en partie désormais la jeune Priscilla Beaulieu, fille d’un Colonel, qu’Elvis rencontre en Allemagne en 1959 et qu’il épousera en 1967.

Pour l’heure, le retour à la vie civile du King est un véritable triomphe. Durant son absence, Parker a pris soin d’entretenir la légende en publiant de temps en temps quelques 45 tours enregistrés avant le service militaire de son poulain.

Procédé judicieux qui maintient au plus haut la popularité du chanteur: concerts et disques se succèdent rapidement. Dès 1961, Elvis retrouve le chemin des studios de cinéma: il participe à deux ou trois films par an ainsi qu’à l’écriture et à l’interprétation des bandes originales.

Si cette période reste fort lucrative, elle présente le fâcheux inconvénient d’éloigner le chanteur de la scène et de son public, et de creuser ainsi une brèche dans laquelle les Beatles s’infiltreront avec fracas.

Les Beatles, nouveaux rois du rock ?

Dès 1962 et leur premier tube Love Me Do, la bande à Lennon et Mc Cartney envahit le monde. Profitant de la période cinéma du King et s’appuyant sur un rock plus romantique et moderne, les Fab Four remplacent Elvis dans le coeur de nombreux fans.

Il faut attendre 1968 pour que ce denier reprenne sa place en haut de l’affiche. Après avoir épousé Priscilla qui lui donnera son unique enfant Lisa Marie en février 1969, Presley reprend la route de la scène et renoue ainsi avec un public impatient de le revoir chanter en chair et en os.

Hawaii

Dès lors, il enchaîne les concerts par dizaines et réunit des millions de spectateurs. Son concert de 1973 à Hawaii est retransmis devant un milliard de téléspectateurs ! Mais la même année, Elvis divorce et entame une lente descente aux enfers: séparation, tournées, alcool, drogues, médicaments, nourriture, … le chanteur est victime de son succès et de son image.

Lors de ses derniers concerts en 1977, il est devenu l’ombre de lui-même, bouffi et enlaidi par les kilos. Le 16 août 1977, alors qu’il est âgé de 42 ans, son coeur cesse de battre dans sa propriété de Graceland.

Depuis cette année-là, la légende Elvis ne cesse de croître. Des millions de fans à travers le monde, autant de disques et de produits dérivés vendus chaque année qui assurent encore aujourd’hui à sa veuve et à sa fille plus de 35 millions de dollars de royalties !

Les hommages, compilations ou reprises pleuvent, jusqu’à des concerts retransmis sur écrans géants et rassemblant des milliers d’amateurs.

Roi incontesté du rock ‘n’ roll, Elvis Presley a marqué de son empreinte singulière le monde de la musique. Influent, envoûtant, il est à l’origine de la vocation artistique de nombreux chanteurs de par le monde. Il reste à jamais un mythe.

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Elvis Presley

La discographie de Elvis Presley n’est pas encore disponible




[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Chris de Burgh : Spanish Train and Other Stories








Spanish Train and Other Stories
Chris de Burgh
Album CD – 1975 – A & M Records

Liste des titres

:
Spanish Train
Lonely Sky
This Song For You
Patricia The Stripper
A Spaceman Came Travelling
I’m Going Home
The Painter
Old Friend
The Tower
Just Another Poor Boy

Chris de Burgh : This Way Up








This Way Up
Chris de Burgh
Album CD – 1994 – A & M Records

Liste des titres

:
This Silent World
This Is Love
This Weight On Me
Here Is Your Paradise
Oh My Brave Heart
Blonde Hair, Blue Jeans
The Son And The Father
Up Here In Heaven
You Are The Reason
Love’s Got A Hold On Me
The Snows Of New York

Chris de Burgh : Best Moves








Best Moves
Chris de Burgh
Compilation – 1981 – A & M Records

Liste des titres

:
The Traveller
Every Drop Of Rain
In A Country Churchyard
Patricia The Stripper
Satin Green Shutters
Spanish Train
Waiting For The Hurricane
Broken Wings (Live Version)
Lonely Sky
A Spaceman Came Travelling
Crusader

Chris de Burgh : Eastern Wind








Eastern Wind
Chris de Burgh
Album CD – 1980 – A & M Records

Liste des titres

:
The Traveller
The Record Company Bash
Tonight
Wall Of Silence
Flying Home
Shadows And Light
Sailor
Some Things Never Change
Tourist Attraction
Eastern Wind

Chris de Burgh: The Very Best Of Chris de Burgh








The Very Best Of Chris de Burgh
Chris de Burgh
Compilation – 1984 – Telstar

Liste des titres

:
Don’t Pay The Ferryman
I Love The Night
The Traveller
Ship To Shore
Flying Home
Satin Green Shutters
A Spaceman Came Travelling
Spanish Train
High On Emotion
Borderline
Lonely Sky
In A Country Churchyard
Patricia The Stripper
Waiting For The Hurricane

Chris de Burgh : Crusader








Crusader
Chris de Burgh
Album CD – 1979 – A & M Records

Liste des titres

:
Carry On
I Had The Love In My Eyes
Something Else Again
The Girl With April In Her Eyes
Just In Time
Carry On (Reprise)
The Devils Eye
It’s Such A Long Way Home
Old-Fashioned People
Quiet Moments
Crusader
You And Me

Chris de Burgh: Power of Ten


Power of Ten

Chris de Burgh

Album CD – 1992 – A & M Records

Liste des titres

:

Where We Will Be Going
By My Side
Heart Of Darkness
In Your Eyes
Separate Tables
Talk To Me
The Connemara Coast
Brother John
Shine On
A Celebration
She Means Everything To Me
Making The Perfect Man

Chris de Burgh: Man On The Line


Man On The Line

Chris de Burgh

Album CD – 1984 – A & M Records

Liste des titres

:

The Ecstasy Of Flight (I Love The Night)
Taking It To The Top
The Sound Of A Gun
Much More Than This
Moonlight And Vodka
Sight And Touch
The Head And The Heart
High On Emotion
Man On The Line
Transmission Ends

Chris de Burgh: The Getaway

The Getaway
Chris de Burgh
Album CD – 1982 – A & M Records

Liste des titres:

Don’t Pay The Ferryman
Living On The Island
Crying And Laughing
I’m Counting On You
The Getaway
Ship To Shore
All The Love I Have Inside
Borderline
Where Peaceful Waters Flow
The Revolution
Light A Fire
Liberty

Chris de Burgh : Live In South Africa








Live In South Africa
Chris de Burgh
Album CD – 1979 – A & M Records

Liste des titres

:
Intro
Carry On
Just Another Poor Boy
Spanish Train
Broken Wings
Just In Time
The Girl With April In Her Eyes
A Spaceman Came Travelling
The Devil’s Eye
Band Introduction
Crusader
Riding On A Rainbow

The Toy Dolls

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »425″]

Biographie de The Toy Dolls

the-toy-dolls
Rebondir sur la vague punk des années 1977-1979 sans tomber dans le plagiat, c’est le pari osé réussi par le trio anglais Toy Dolls.

Ludiques, délirants, infantiles, innovants, parodiques, les adjectifs ne manquent pas pour les définir. Leur recette: ne pas se prendre au sérieux et faire de leur musique un défouloir inventif et dynamique (dynamite ?).

Vingt ans après, alors que les The Sex Pistols ou autre Clash sont depuis longtemps moribonds, Toy Dolls continue d’enflammer la scène internationale comme un pied de nez ou un hommage à l’un des mouvements musicaux les plus éphémères et les plus dissidents de ces trente dernières années.

Des Straw Dogs aux Toy Dolls

Alors que les Sex Pistols de Sid Vicious enflamment l’Europe avec leur hymne Anarchy in the U.K., un petit groupe distribue la parole punk dans les boîtes de Sunderland: les Straw Dogs. Rapidement dissous, le groupe renaît de ses cendres en octobre 1979 sous le nom de Toy Dolls.

Michael Algar (Olga), Philip Dugdale (Flip), Colin Scott (Mr Scott) et Peter Robson (Pete Zulu) composent ce groupe qui veut se démarquer de façon originale de ses aînés. Ils attaquent alors la scène locale démontrant leur force et leur énergie sur scène.

Après le départ immédiat de Zulu (qui forme le groupe Zulu and the Heartaches), le groupe trouve là une mouture convaincante mais malheureusement instable.

Se démarquer des autres groupes

Rapidement remarqués par la voix aiguë et infantile du chanteur leader Olga et par leur jeu de scène pour le moins original (tenues excentriques, sauts dans le public, …), les Toy Dolls enchaînent les concerts dans tout le nord-est de l’Angleterre.

Malgré un premier 45 tours en 1980 (Tommy Kowey’s Car / She goes to Fino’s), la survie financière du groupe est menacée, obligeant Mr Scott à cesser sa participation au trio. Il est remplacé dans un premier temps par Dean Robson, puis fin 1980 par Trevor Brewis. Les batteurs se succèderont ainsi sans jamais prendre racine.

La sortie de leur premier album chez EMI en septembre 1981 marque l’envol des trois compères. Avec leur tube Nellie the Elephant en 1982, Toy Dolls entame une tournée nationale. La réputation des musiciens franchit enfin les frontières locales pour s’imposer auprès du public et des journalistes de tout le pays.

Leur reprise du standard Blue Suede Shoes est mémorable. Mais le rythme effréné et l’absence totale d’argent découragent les artistes. Flip et Bob, dernier batteur en date, abandonnent le groupe en pleine tournée, laissant Olga désemparé. Accompagné par quelques musiciens de fortune, ce dernier honore tant bien que mal ses engagements mais se retrouve seul.

Tournées internationales

A partir de l’année 1983, Toy Dolls ne cessera d’évoluer autour de son leader, récoltant enfin la rançon de ses efforts. Les ventes explosent: 500.000 exemplaires de la deuxième version de Nellie et sortie d’un Best Of en 1989. Les tournées deviennent internationales (Japon, Hollande, Allemagne, Tchécoslovaquie, etc.) et la réputation du groupe n’est plus à faire.

En France, ils émergent en pleine vague néo-punk (Gogol 1er, Bérurier Noir, Garçons Bouchers, LSD) et récoltent un certain succès.

Depuis, Toy Dolls résiste aux modes et continue d’enregistrer albums et 45 tours, formant et reformant le groupe au gré des rencontres. Leurs tournées interminables pendant lesquelles ils expriment toute leur énergie, font leur force.

Dernier représentant d’une musique somme toute marginale, les dinosaures des Toy Dolls continuent leur bonhomme de chemin sans se soucier des modes.

Pour eux et leurs milliers de fans, la musique est un jeu dans lequel s’expriment toute la folie et toute la dynamique des grands enfants. Loin de la haine vengeresse des Sex Pistols ou autres Dead Kennedys, Toy Dolls reste pour longtemps encore le porte-parole d’un punk ludique et insouciant.

Des membres fondateurs des Toy Dolls, ne subsiste que son leader Olga (Michael Algar).
Les membres actuels sont:
Michael « Olga » Algar – chant, guitare
Duncan « The Amazing Mr. Duncan » Redmonds – batterie, chant
Tom « Tommy Goober » Blyth – basse, chant

zicactu.com
[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de The Toy Dolls

Albums
2019 : Episode XIII
2015 : Olgacoustic
2012 : The album after the last one
2006 : Treasured Tracks
2004 : Our Last Album?
2000 : Anniversary anthems
1999 : On stage in Stuttgart (live)
1997 : One more megabyte
1995 : Orcastrated
1993 : Absurd-ditties
1990 : Fat bobs feet
1990 : Twenty two tunes live from Tokyo (LP et cassette) / 22 tunes live from Tokyo (CD) (live)
1989 : Wakey Wakey !
1989 : Ten years of toys
1987 : Bare faced cheek
1986 : Idle gossip
1985 : A far out disc
1983 : Dig that groove baby

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Mark Knopfler : Wag The Dog

Mark Knopfler  Wag The Dog
Wag The Dog

Mark Knopfler

Album CD – 1998 – Vertigo

Liste des titres

:

Wag The Dog
Working On It
In The Heartland
An American Hero
Just Instinct
Stretching Out
Drooling National
We’re Going To War

Mark Knopfler : Last Exit To Brooklyn

mark-knopfler-last-exit-to-brooklyn
Last Exit To Brooklyn

Mark Knopfler

Album CD – 1989 – Vertigo

Liste des titres

:

Last Exit To Brooklyn
Victims
Think Fast
A Love Idea
Tralala
Riot
The Reckoning
As Low As It Gets
Finale – Last Exit To Brooklyn

Mark Knopfler : Metroland

Mark Knopfler Metroland
Metroland

Mark Knopfler

Album CD – 1998 – Vertigo

Liste des titres

:

Metroland Theme
Annick
Tous les garçons et les filles (Françoise Hardy)
Brats
Blues Clair (Django Reinhardt)
Down Day
A Walk In Paris
She’s Gone
Minor Swing (Django Reinhardt)
Peaches (The Stranglers)
Sultans Of Swing
So You Win Again (Hot Chocolate)
Alison (Elvis Costello)
Metroland

Mark Knopfler : Cal

Mark Knopfler Cal
Cal

Mark Knopfler

Album CD – 1984 – Vertigo

Liste des titres

:

Irish Boy
The Road
Waiting For Her
Irish Love
A Secret Place / Where Will You Go
Father And Son
Meeting Under The Trees
Potato Picking
In a Secret Place
Fear And Hatred
Love And Guilt
The Long Road

Mark Knopfler : Screenplaying

Mark Knopfler  Screenplaying
Screenplaying

Mark Knopfler

Album CD – 1993 – Vertigo

Liste des titres

:

Irish Boy
Irish Love
Father And Son
Potato Picking
The Long Road
A Love Idea
Victims
Finale – Last Exit To Brooklyn
Once Upon A Time…Storybook Love
Morning Ride
The Friends’ Song
Guide My Sword
A Happy Ending
Wild Theme
Boomtown (Variation Louis’ Favourite)
The Mist Covered Mountains
Smooching
Going Home

Frank Black : Pistolero








Pistolero
Frank Black
Album CD – 1999 – PIAS

Liste des titres

:
Bad Harmony
I Switched You
Western Star
Tiny Heart
You’re Such a Wire
I Love Your Brain
Smoke Up
Billy Radcliffe
So Hard to Make Things Out
85 Weeks
I Think I’m Starting to Lose It
I Want Rock n’ Roll
Skeleton Man
So. Bay

Frank Black : Oddballs








Oddballs
Frank Black
Album CD – 1999 – PIAS

Liste des titres

:
Pray a Little Faster
Oddball
Village of the Sun
Baby, that’s Art
At the End of the World
Can I Get a Witness ?
Announcement
Hate me
Remake/Remodel
Everybody Got the Beat
Jumping Beans
Just a Little
You Never Heard About Me
Man of Steel

Frank Black : Black Session








Black Session
Frank Black
Album CD – 1993 – 4AD

Liste des titres

:
Two Spaces
(I Want to Live on an) Abstract Plain
Headache
Old Black Dawning
Superabound
Calistan
The Vanishing Spies
Sir Rockaby
Big Red
The Jacques Tati
Odd Ball
Men in Black
Czar
Freedom Rock
Whatever Happened to Pong
Thalassocracy
White Noise Maker
Los Angeles
Handyman

Frank Black : The Cult of Ray








The Cult of Ray
Frank Black
Album CD – 1996 – Sony Music

Liste des titres

:
The Marsist
Men in Black
Punk Rock City
You Ain’t Me
Jesus Was Right
I Don’t Want to Hurt You (Every Single Time)
Mosh, Don’t Pass the Guy
Kicked in The Taco
The Creature Crawling
The Adventure and the Resolution
Dance War
The Cult of Ray
The Last Stand of Shazeb Andleeb

Frank Black : Frank Black and The Catholics








Frank Black and The Catholics
Frank Black
Album CD – 1998 – PIAS

Liste des titres

:
All My Ghosts
Back To Rome
Do You Feel Bad About It ?
Dog Gone
I Gotta Move
I Need Peace
King & Queen Of Siam
Six-Sixty-Six
Solid Gold
Steak’N’Sabre
Suffering
The Man Who Was Too Loud

Frank Black : Live in Paris + The Kitchen Tapes








Live in Paris + The Kitchen Tapes
Frank Black
Album CD – 1998 – Anoise Annoys

Liste des titres

:
Two Spaces
(I Want to Live on an) Abstract Plain
Headache
Old Black Dawning
Superabound
Calistan
The Vanishing Spies
Sir Rockaby
Big Red
The Jacques Tati
Oddball
Men in Black
Czar
Freedom Rock
Whatever Happened to Pong
Thalassocracy
White Noise Maker
Los Angeles
Handyman
Modern Age
Jumping Beans
(I Want to Live on an) Abstract Plain (version acoustique)

Peter Gabriel : Melt

peter-gabriel-melt
Melt

Peter Gabriel

Album CD – 1980 – Charisma

Liste des titres

:

Intruder
No Self-Control
The Start
I Don’t Remember
Family Snapshot
And Through The Wire
Games Without Frontiers
Not One Of Us
Lead A Normal Life
Biko

Peter Gabriel : Car

peter-gabriel-car
Car

Peter Gabriel

Album CD – 1977 – Charisma

Liste des titres

:

Moribund The Burgermeister
Solsbury Hill
Modern Love
Excuse Me
Humdrum
Slowburn
Waiting For The Big One
Down The Dolce Vita
Here Comes The Flood