Mois : mai 2003

Gossip : Undead In Nyc








Undead In Nyc
Gossip
Album CD – 2003

Liste des titres

:
All This Waiting
Non Non Non
Dont Make Wraves
Rules For Love
The Truth
Arkansas Heat
Confessor
Gone Tomorrow
Dangerr
Wanna Be Yr Dog (w/chromatx)

Gossip : Movement








Movement
Gossip
Album CD – 2003

Liste des titres

:
Nite
Jasons Basement
No, No, No
Dont (make Waves)
All My Days
Yesterdays News
Fire Sign
Contest
Lesson Learned
Dangerrr
Light Light Sleep

Radiohead : Hail To The Thief

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips de Radiohead : Hail To The Thief


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »875″]






Hail To The Thief
Radiohead
Album CD – 2003 – Parlophone

Faisant l’objet de toutes les convoitises durant les mois précédents sa tant attendue sortie, ce dernier opus du groupe pop anglais Radiohead revient aux guitares et laisse la part belle aux chants, mais ne met toutefois pas de côté ces sons électroniques futuristes qui font l’identité du groupe. Ce retour n’apporte pas pour autant de réelle nouveauté sur le plan musical, ce qui décevra peut-être les fans du groupe.

Fondé à Oxford en 1988 par cinq étudiants, Radiohead reste l’une des plus belles réussites de la scène rock britannique. Le groupe a su ne jamais sombrer dans une formule statique, les albums de la formation ayant en commun sensibilité et sens de la mélodie, mais se distinguant les uns des autres par des arrangements totalement différents, passant d’une base pop rock à des rythmes électro expérimentaux et déchaînés.

Quinze ans après les débuts du groupe, Radiohead fait toujours partie du gratin de la pop anglaise. Le groupe a gardé de ses débuts un sens aigu des mélodies, une nervosité dans les rythmes, et des ambiances musicales qui leurs sont propres.

Hail to the Thief marque le retour de la formation à la guitare et au chant, sans toutefois nous offrir un second OK Computer. Fort heureusement les sons électroniques ne sont pas totalement mis de côté: Backdrift et The Gloaming nous rappellent l’attachement du groupe à ce style musical.

Les quelques secondes de la première plage suffisent à affirmer que Radiohead est certes revenu à de la pop plus classique, mais a su rester fidèle à lui-même. Dans 2+2=5, le chant et la mélodie sont clairement mises en avant, une voix posée accompagnant une guitare calme, le tout créant une atmosphère bien connue des fans de Radiohead.

Le second morceau, Sit Down, Stand Up, laisse tout s’effacer au profit de la voix. Sur la fin du titre, l’électronique fait son retour, pour nous rappeler que Radiohead c’est aussi de l’expérimental !

Go To Sleep est un morceau pop dans le sens le plus classique du terme. L’intro en guitare donne le ton, la suite reste dans la même lignée: une mélodie, une voix et une guitare font l’essentiel. Sur la fin apparaît quelques distos pour ajouter une petite touche propre au groupe.

Un rapide mais bref retour à l’électro s’impose après ce début d’album très pop, ce que Where I End You Begin fait à merveille, en restant très accessible au grand public.

We s*** young blood est un titre mélancolique, qui rappelle OK Computer. C’est encore une fois l’aspect instrumental qui domine ce titre.

The Gloaming est de l’électronique pure souche, probablement le titre le plus expérimental, mais en contrepartie le moins accessible. Notons toutefois que la sonorité électro ne fait aucun ombrage à la voix du chanteur, bien au contraire. Une parfaite alchimie a été trouvée entre les deux éléments. Le son des six cordes dans There There nous ramène de la pop, après ce nouvel interlude expérimental.

I Will suit dans la même lignée, très calme et langoureux. Les derniers titres de l’album nous baladent dans les différentes sphères de la pop music, tantôt conventionnelle et mélancolique, tantôt plus expérimentale.

L’album se clôture sur un des meilleurs titres, A Wolf at the Door. Ce titre nous balade dans les différents styles de la musique pop britannique. Tantôt calme et langoureux, il devient tendu et lourd pour finalement revenir sur une mélodie apaisante. Le titre met bien sûr en évidence la voix de Tom Yorke et les guitares, l’électronique étant pratiquement absente du morceau.

Il faut bien admettre que le tant attendu Hail to the Thief ne nous offre pas un nouveau visage de Radiohead, mais plutôt un simple retour vers une musique pop, plus accessible. Le groupe n’apporte rien de vraiment original dans cet opus. Sa personnalité marquée apparaît toutefois comme plus prononcée. Cet album nous confirme surtout que Radiohead reste un des groupes phares de la pop anglaise, et pour longtemps encore certainement.

zicactu.com

Liste des titres

:
2 + 2 = 5
Sit Down. Stand Up
Sail To The Moon
Backdrifts
Go To Sleep
Where I End And You Begin
We Suck Young Blood
The Gloaming
There There
I Will
A Punch-Up At a Wedding
Myxomatosis
Scatterbrain
A Wolf At The Door

Deftones : Deftones








Deftones
Deftones
Album CD – 2003 – Maverick Record Company

Après 3 albums dont l’excellent dernier White Pony consacré par la presse spécialisée, les 5 garçons de Sacramento nous proposent un album sans titre, sobrement appelé Deftones et dont la pochette annonce la couleur résolument heavy metal pour ce groupe néo. Deftones est une association du mot « Def » (cool) et « Tones » (terme fréquemment utilisé comme nom de groupe dans les années 60).

Le premier bonheur de cet album totalement rock (on pouvait s’y attendre !) s’intitule Hexagram: voix hurlantes accompagnées de gros sons électriques et de rythmes plus que soutenus sont de la partie. Needles and Pins reste tout à fait dans le même créneau avec cependant un côté plus obscur qui rend la chanson encore plus appréciable.

Minerva touchera probablement un public plus large. En effet, la voix plus lente et chantante parvient à nous faire répéter, dès la première écoute, le magnifique « So God bless you all for the song you saved us. For the hearts you break everytime you moan ».

Le titre suivant est de la même trempe. La voix sonne volontairement faux ce qui donne un côté assez trash au refrain inlassablement repris tout au long de Good Morning Beautiful: « You should wake up before the wrath comes, me and you could take off before the wrath comes. Soon ».

Tout en restant un morceau pur rock, Deathbow se veut plus posé, du moins lors des couplets et semble plus expérimental à en croire les quelques sons qui complètent les instruments de la formation.

Après une petite intro composée de quelques chuchotements, Chino Moreno se déchaîne sur When Girls Telephone Boys, s’avérant ainsi être un des morceaux les plus hard de ce nouvel opus. Battle Axe et plus tard Bloody Cape sont, tout comme le début de ce LP, du « Deftones classique », et ne font pas preuve de beaucoup d’originalité.

Lucky You (présent sur la BO de Matrix Reloaded) et Anniversary of an Uninteresting Event forment les titres calmes de l’album. Pas question de gros riffs ni de batterie sèche à tout rompre, même le chant est devenu intimiste. Le côté expérimental qui apparaît progressivement au cours des 7 plages précédentes se ressent ici de façon prononcée, le groupe s’essayant à l’électronique, mais sans convaincre.

Enfin, Moana clôture cet opus avec brio, c’est-à-dire à la façon Deftones !

Le groupe signe assurément un album de grande qualité, un des meilleurs du moment qui risque bien de marquer plus d’un esprit. Si le style ne vous plaît qu’à moitié, écoutez au moins Minerva, son côté plus commercial vous permettra ainsi d’effectuer un premier pas dans l’univers metal de ces 5 Américains pleins de talent !

zicactu.com

Liste des titres

:
Hexagram
Needles and Pins
Minerva
Good Morning Beautiful
Deathblow
When Girls Telephone Boys
Battle-axe
Lucky You
Bloody Cape
Anniversary of an Uninteresting Event
Moana

Gravé dans la roche

Gravé dans la rocheGravé dans la roche

Sniper

Album CD – 2003 – Desh Music

Liste des titres

:

Intro
Processus 2003
Visions chaotiques
Gravé dans la roche
Pourquoi
Recette maison
Y a pas de merite
Sans (re)pères
Ce que j’ai sur le coeur
35 heures
Hall story
Entre deux (feat. Leila Rami)
Trop vite
Jeteur de pierres
Interlude micro ouvert
Panam all starz

50 Cent: Get Rich Or Die Tryin’

Get Rich Or Die Tryin’

50 Cent

Album CD – 2003 – Aftermath – Interscope

Liste des titres:

Intro
What Up Gangsta
Patiently Waiting (Eminem)
Many Men (Wish Death)
In Da Club
High All The Time
Heat
If I Can’t
Blood Hound (Young Buck of G Unit)
Back Down
P.I.M.P.
Like My Style (Tony Yaro of G Unit)
Poor Lil Rich
21 Questions (Nate Dogg)
Don’t Push Me (Lloyd Banks of G Unit, Eminem)
Gotta Make It To Heaven
Wanksta
U Not Like Me
Life’s On The Line

50 Cent: Guess Who’s Back ?

Guess Who’s Back ?
50 Cent
Album CD – 2002 – Landspeed

Liste des titres:

Killa Tape Intro
Rotten Apple
Skit – Drop
That’s What’s Up (Feat G Unit)
U Not Like Me
50 Bars
Life’s On The Line
Get Out The Club
Be A Gentleman
Fuck You
Too Hot Feat (Nas & Nature)
Who U Rep With Feat (Nas & Bravehearts)
Corner Bodega
Ghetto Qua’ran
As The World Turns (Feat U G K)
Whoo Kid Freestyle
Stretch Armstrong Freestyle
Doo Wop Freestyle

Louis Chedid

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips

[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »161″]

Biographie de Louis Chedid

Louis ChedidIl fait partie de nos artistes les plus discrets. Et pourtant, Louis Chedid est extrêmement présent dans le paysage musical français: de Ainsi soit-il au Cha-cha de l’insécurité, en passant par T’as beau pas être beau, Anne ma soeur Anne ou Ces mots sont pour toi, la plupart de ses chansons font partie de notre patrimoine.

Fils de l’écrivain Andrée Chedid et père du non moins célèbre M (Matthieu Chedid), Louis s’épanouit parfaitement entre l’intimité de l’écriture et l’exposition médiatique de la musique. Un savant équilibre qui ressemble à la sagesse.

Chedid, à la croisée des cultures, naît à Ismaïlia en Égypte, le 31 décembre 1947, et ne sera déclaré que le lendemain, le 1er janvier 1948. Comme si inconsciemment, il lui fallait déjà vivre entre deux époques. A six mois, il vit son premier exil et se retrouve à Paris avec ses parents et sa soeur aînée Michelle.

Entre un père scientifique et une mère écrivain et poétesse, il est normal que s’exacerbe la sensibilité du jeune Louis. Très tôt, vers l’âge de six ans, il vit son premier choc musical à la Salle Pleyel. Son éducation dans une école religieuse est stricte, et Louis trouve dans la musique et le chant une évasion salutaire.

Le cinéma

Adolescent, il se lance avec frénésie dans l’art sous toutes ses formes: la musique bien sûr, sur la vieille guitare de son père, mais aussi la lecture, le cinéma, l’écriture et la peinture.

C’est le cinéma qui va tout d’abord captiver son attention. Le bac en poche en 1968, et malgré ses premiers essais musicaux dans des groupes de copains, Louis quitte Paris pour la Belgique, Bruxelles, et intègre pendant deux ans une école de cinéma.

Il en sort monteur et rejoint Paris où il travaille pour la firme Gaumont. Mais à vingt-deux ans, jeune papa d’Émilie puis de Matthieu (en décembre 1972), il retrouve ses premières amours et écrit quelques chansons qu’il enregistre sur un vieux magnéto.

Les balbutiements

François Bernheim, de la firme Barclay, est de suite séduit par ses chansons drôles et inattendues. Il lui permet d’enregistrer son premier album Balbutiements en 1973, puis dès 1974, un double album porté par le titre phare Nous sommes des clowns. Ce morceau résume la philosophie de Chedid: l’ironie amère sur notre condition humaine et la lutte contre les inégalités sociales. Un coup de canif aux conventions, avec un large sourire pour accompagner la morale de ses chansons.

Mais le succès n’est pas encore au rendez-vous. Pour nourrir sa famille, Louis compose de nombreuses musiques de pubs. Il faut attendre 1977 pour que le chanteur fasse la première partie de Nicole Croisille à l’Olympia, et l’année suivante pour qu’il s’impose avec son tube T’as beau pas être beau.

D’années en années, Chedid peaufine son style comico-social: Egomane, Cocotiers bananiers, et surtout Ainsi soit-il cartonnent dans tous les hit-parades. Puis Anne ma soeur Anne ou Le cha-cha de l’insécurité mettent en valeur la qualité d’écriture du chanteur. Des textes dans lesquels il dénonce l’injustice, la violence ou la pauvreté, avec une pointe d’ironie amère. Un style très proche finalement d’un Souchon, pour lequel Chedid co-écrit Banale song et trois autres titres en 1986.

Côté cour, l’artiste agrandit sa famille puisque naissent en 86 et 87 Joseph et Anna, ses deux derniers enfants. A un rythme très régulier, Chedid construit son oeuvre, sans trahir ses convictions ni ses émotions (Bizar, Zap-Zap, Ces mots sont pour toi, Répondez-moi).

Etrangement, et ce malgré la reconnaissance du public et de la profession, l’artiste a tendance peu à peu à s’éloigner des médias. La quarantaine passée, il traverse une période qu’il qualifie lui-même de difficile et sombre. Ses créations s’en ressentent, qui éloignent un certain public, malgré des albums d’une grande qualité poétique et musicale.

Mais Chedid donne alors l’image d’un mélancolique vieillissant et mal dans sa peau, image que le succès de son fils Matthieu, sous le pseudo de M, vient confirmer. En effet, M joue dans un tout autre registre et développe dès 1997 un rock baroque et coloré (Machistador, Le complexe du Corn-Flakes), aux antipodes, en apparence, de la sagesse mélancolique et à fleur de peau de son père.

Bouc-Bel-Air

Enfin, Chedid père sort en 2001 l’album de la renaissance, Bouc-Bel-Air, du nom du village provençal où il aime se retirer. Plus optimiste, plus gai, sans pour autant abandonner l’ironie réaliste de ses textes, cet opus relance la carrière et le moral du chanteur.

A 55 ans, Louis Chedid suit son parcours avec une régularité et une fidélité que beaucoup lui envient. Auteur plein de poésie et de réalisme mordant, il sème au fil des décennies, de petits bijoux de sagesse et de musicalité.

Apprécié, repris, honoré (ses titres figurent dans des dizaines de compilations et Les Enfoirés ont repris sur scène T’as beau pas être beau), Chedid revient sur le devant de la scène en ce début de millénaire et s’offre une seconde jeunesse.

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Louis Chedid

Albums
2020 Tout ce qu’on veut dans la vie
2015 Louis, Matthieu, Joseph et Anna Chedid
2013 Deux fois l’infini1
2010 On Ne Dit Jamais Assez Aux Gens Qu’on Aime Qu’on Les Aime
2007 Cd Story
2005 T’as Beau Pas être Beau
2004 Un Ange Passe
2003 Botanique Et Vieilles Charrues
2001 Boucbelair
1997 Repondez-Moi
1996 Panique Organisée
1994 Entre Nous
1985 Anna Ma Soeur Anne
1981 Ainsi Soit-Il

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Entretien »]




Louis ChedidIl était une fois un petit garçon perdu dans un grand magasin, au milieu d’un univers consumériste et pas forcément féerique. Voilà la trame de départ du Soldat rose, très bon conte musical de l’ami Louis Chedid et de sa bande d’indiens de la chanson française. Cet album n’est pas destiné qu’aux enfants: les moyens, les grands peuvent y trouver du plaisir. Peut-être même plus que leurs bambins. A déposer aux pieds de tous les sapins.

Zicactu: Comme le veut la formule: Il était une fois Louis qui rêvait au Soldat Rose ?

Louis Chedid: Pas au soldat rose en particulier mais qui rêvait de faire quelque chose d’un peu plus conceptuel qu’un album chanté par plein d’interprètes différents. C’est quelque chose que j’ai dans la tête depuis très longtemps. Mais bon, parfois on a des fantasmes qu’on n’assouvi pas tout de suite et c’est la rencontre avec Pierre Dominique Burgaud qui a fait le déclic.

Zicactu: C’est un vrai travail à quatre mains ce conte ?

L. C.: Oui vraiment, ce fut un ping-pong permanent. C’est à dire qu’on s’est rencontré pour la première fois il y a 2 ans. C’était un auteur qui travaillait chez BMG, j’aimais beaucoup ses textes, nous avons déjeuné ensemble et je lui ai demandé de faire un conte musical pour enfant. La petite anecdote, c’est que le jour où nous avons mangé, il venait de récupérer un texte pour un livre d’enfant. C’était déjà un bon signe (rires). On a démarré comme ça: avec des idées dans tous les sens, en sachant que nous ne voulions pas faire un conte musical avec des animaux, qui est quelque chose de fait et refait. Nous voulions nous démarquer. Nous voulions situer ça dans un angle assez réel. L’idée du grand magasin, c’est le mélange du concret et les jouets qui s’animent, c’est l’imaginaire pur.

Zicactu: « Le Soldat rose », c’est le vilain petit canard de Monsieur Chedid ?

L. C.: Exactement, c’est celui qui est rejeté, un anti-héros qui devient un héros. C’est assez attendrissant et finalement la vie est pareille. Quand on raconte la vie de gens dit « ordinaires », on s’aperçoit qu’ils ont tous une histoire bien particulière.

Zicactu: Le troisième à venir symboliser votre rêve, c’est le dessinateur Cyril Houplain ?

L. C.: La première étape, ce fut d’écrire les chansons et moi je les ai maquettées chez moi dans mon studio, de façon à les envoyer aux artistes. Cyril est intervenu aussitôt sur les maquettes en créant des personnages par rapport à nos idées. Il m’a montré au fil des mois les dessins. J’ai senti assez vite que cela correspondait bien à l’idée que j’en avais. Il est rentré dans l’univers assez facilement.

Zicactu: Comment avez-vous sélectionné les artistes qui vous accompagnent dans le conte, vous avez pris ceux qui ont gardé leur âme d’enfant ?

L. C.: (Rires) Vous savez, pour faire un métier comme ça, vaut mieux avoir laissé un pied dans l’enfance. J’ai surtout choisi les artistes par rapport aux chansons. Quand elles furent terminées, on se posait la question de savoir qui pourrait l’interpréter le mieux possible. C’est un travail de metteur en scène qui, sur son scénario, imagine le casting qu’il va faire. Ce que je peux dire, c’est qu’ils ont tous dit oui sans problème.

Zicactu: Avez-vous du convaincre certains ou sont ils tous partis tête en avant pour vous accompagner ?

L. C.: Franchement, je ne me suis pas battu. Ca a été extrêmement facile. C’est pas seulement un truc d’amitié. En écoutant les chansons, en leur expliquant le projet, ils ont adhéré immédiatement.

Zicactu: Je présume que des jouets ou des personnages n’ont pas répondu à votre délire féerique, savez-vous pourquoi ?

L. C.: Ecoutez, en fait, on a du créer deux jouets qui n’ont pas abouti. D’abord car on en avait suffisamment, l’histoire était assez ronde. Mais surtout quand on fait n’importe quel album pour soi, on se retrouve bien souvent avec une douzaine de titres alors qu’on en a écrit une vingtaine.

Zicactu: Je pense que tous ou presque, car je ne travaille pas dans le people, vous avez des enfants ou des petits-enfants selon l’âge des protagonistes, est-ce que c’est aussi pour vos bambins personnels que vous avez décidé de faire ce projet ?

L. C.: On a tous, étant enfant, été bercé par le Petit Prince, par Casse-Noisette ou Pierre et le loup, des chansons qui nous restent dans l’inconscient. C’est vrai que pouvoir transmettre ça et se dire qu’on est sur un disque pour enfants, mais pas seulement car il est destiné aussi aux grands, c’est fantastique. Personnellement, j’ai participé à Émilie Jolie et presque trente ans après, beaucoup de personnes m’en parlent encore.

Zicactu: Le conte de Philipe Chatel vous a-t-il inspiré ?

L. C.: Je trouvais le concept formidable, l’idée de rassembler des artistes différents comme Brassens, Salvador, Souchon, Voulzy et d’autres: c’était un mélange de style qui se retrouvait sur une oeuvre parfaite. Même quand on l’écoute encore aujourd’hui, ça tient vraiment le coup. On fait les choses de manière artisanale et sincère et ensuite c’est le public qui décide.

Zicactu: Donc un groupe de musiciens ou de saltimbanques et une voix off de grand charisme: Catherine Jacob ?

L. C.: La question de la narration, c’était une grande question. C’est quand même la personne qui fait le lien entre chaque personnage, qui explique, qui doit être à la fois drôle, triste, émouvante, je pensais vraiment à une actrice et puis les hasards de la vie m’ont fait voir un film qui s’appelle « La première fois que j’ai eu 20 ans » et Catherine jouait la mère dedans. Je ne la connaissais pas du tout, je l’ai appelée, je lui ai proposé et elle était emballée. Toute excitée qu’on lui propose quelque chose qui sorte de l’ordinaire de ce qu’on lui propose en général.

Zicactu: Ce qui est très drôle, c’est que pour chacun des chanteurs, il y a une grande part de one-man-show lors de leurs concerts personnels ?

L. C.: C’est vrai. Ils ont tous un univers bien à eux. Ce sont tous des interprètes hors pair. C’est comme un acteur qui s’approprie un rôle. On me dit beaucoup que, par exemple, pour la chanson de Cabrel, je l’ai écrite pour lui. Mais non, ce n’est pas comme ça que cela s’est passé. Nous, on a écrit les chansons et ensuite on a dispatché en fonction de leurs qualités.

Zicactu: Vous allez sortir ce conte en livre, en livre disque et vous produire pour deux concerts au Grand Rex. Comment va se passer la « mise en chair » de votre conte ?

L. C.: C’est un concert qui va être filmé aussi. Il y aura un décor, tous les personnages seront là en costume. Et c’est le conte en live.

Zicactu: Y aura-t-il ensuite une sorte de comédie musicale qui pourrait prendre la route avec vous ou d’autres ?

L. C.: On a des propositions à ce sujet mais là on est tellement la tête dans le guidon avec la sortie du disque et le concert au Grand Rex qu’on se penchera sur ce projet ensuite.

Zicactu: Pensez-vous que les enfants ont perdu la magie de Noël ou est-ce uniquement les parents qui ne savent plus leur faire y croire ?

L. C.: Je ne crois pas. Personnellement ma petite fille ne l’a pas perdue (rires).

Zicactu: Savez-vous pourquoi ce genre de projet est très rare en France ?

L. C.: Il y a beaucoup de choses pour les enfants qui sont réalisées mais pas dans cet esprit-là, c.-à-d. de faire chanter des interprètes prestigieux. Je ne sais pas, peut-être parce que les gens n’y croient pas ou n’ont pas envie de le faire. C’est une longue route, c’est astreignant de s’y coller. Nous travaillons dessus depuis deux ans. Je pense qu’il faut vraiment avoir le désir d’aller au bout. Mais vous avez l’impression de faire un truc utile. De rassembler les enfants et les parents ensemble.

Zicactu: « La panthère noire en peluche » est-elle contente ?

L. C.: Ouais ! Elle est fatiguée mais elle est très contente (rires).

Propos recueillis par Pierre Derensy

[/cherry_tab]
[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Foo Fighters : One By One







One-By-One_cover_s200
One By One
Foo Fighters
Album CD – 2003

Liste des titres

:
All My Life
Low
Have It All
Times Like These
Disenchanted Lullaby
Tired Of You
Halo
Lonely As You
Overdrive
Burn Away
Come Back
Sister Europe
Danny Says
Life Of Illusion

The Black Keys : Thickfreakness

Thickfreakness
Thickfreakness

The Black Keys

Album CD – 2003

Liste des titres

:
Thickfreakness
Hard Row
Set You Free
Midnight In Her Eyes
Have Love Will Travel
Hurt Like Mine
Everywhere I Go
No Trust
If You See Me
Hold Me In Your Arms
I Cry Alone

Florent Pagny : Ailleurs Land







Florent Pagny  Ailleurs Land
Ailleurs Land
Florent Pagny
Album CD – 2003 – Mercury

Liste des titres

:
Je trace
Ailleurs Land
Ma liberté de penser
Je parle même pas d’amour
La folie d’un ange
Le feu à la peau
Sauf toi
Demandez à mon cheval
Mon amour oublie que je l’aime
Guérir
Sur mesure

Celine Dion : One Heart








One Heart
Céline Dion
Album CD – 2003 – Columbia

Liste des titres

:
I Drove All Night
Love Is All We Need
Faith
In His Touch
One Heart
Stand By Your Side
Naked
Sorry For Love (2003 Version)
Have You Ever Been In Love ?
Reveal
Coulda Woulda Shoulda
Forget Me Not
I Know What Love Is
Je t’aime encore

Bob Sinclar : Paradise







Bob Sinclar Paradise
Paradise
Bob Sinclar
Album CD – 1998 – Yellow Productions

Liste des titres

:
Intro
Get Into The Music
Disco 2000 Selector
My Only Love
Paradise Interlude
The Ghetto
New York City Music
Ultimate Funk
Move Your Body
Souvenir
Vision of Paradise
Mo Underground People
Gym Tonic

Bob Sinclar : III

Les clips de Bob Sinclar : III


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »926″]





Bob Sinclar  III
III
Bob Sinclar
Album CD – 2003 – Yellow Productions

Liste des titres

:
The Beat Goes On
Kiss My Eyes
If I Was
La Music Is Fantastique
Nature Boy
Who Needs Sleep Tonight ?
Sexy Dancer
I’m Not Perfect
Do It
Métro Blanche
Beat The Clock
Europa
So High
Fantasy

Bob Sinclar : Champs Elysées







Bob Sinclar Champs Elysees
Champs Elysées
Bob Sinclar
Album CD – 2000 – Yellow Productions

Liste des titres

:
Champs Elysées Theme
I Feel For You
You Are Beautiful
Striptease
Got To Be Free
Life
Save Our Soul
Phasing News
Ich Rocke
Freedom
Darlin’

Michael Jackson

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »162″]

Biographie de Michael Jackson

michaeljackson

Génie précoce ou roi de la pop pour certains, dangereux mégalo pour d’autres, Michael Jackson reste sans aucun doute l’artiste le plus controversé de l’histoire. Homme de tous les extrêmes, dans ses succès comme dans ses échecs, il suscite autant la passion que la haine. Seule certitude: il ne laisse personne indifférent.

De son enfance difficile à la gloire, la vie de Michael Jackson est une extraordinaire succession de souffrances, de joie, de peurs, de réussites. Un conte de fées qui parfois tourne au cauchemar.

Une vie savamment orchestrée et malmenée par le chef du clan Jackson, Joe. Né à Gary dans l’Indiana (États-Unis) le 29 août 1958, Michael et ses huit frères et soeurs ont une prime enfance difficile.

Joe est un père violent, tenace, et l’insuccès qu’il rencontre avec son groupe les Falcons va le pousser à chercher fortune auprès de ses enfants. Influencé par les grands chanteurs noirs américains (Otis Redding, Little Richard, …), il inculque par la force et la rigueur du travail, le goût de la musique et de la danse à sa tribu dès 1960. Michael n’a que deux ans mais l’éducation quasi-militaire commence alors pour tous.

Les Jackson Five

Les résultats sont rapides: dès 1963, la Jackson Family, première formation familiale, écume les bals et les radios-crochets de la région. Michael brille déjà par sa grâce naturelle et le timbre aigu de sa voix. En véritable manager, Joe fait signer les premiers contrats des cinq frères désormais nommés les Jackson Brothers.

Le premier déclic se produit au Théâtre Apollo de New York où le groupe remporte en 1967 son premier grand concours. Les enfants signent dans la foulée un contrat avec la maison de disques Steeltown Records.

Après quelques 45 tours, dont le premier, Big Boy en janvier 1968, les Jackson Five prennent leur envol. La télévision y est pour beaucoup. Elle les plébiscite en raison de la présence scénique du jeune Michael et de ses inimitables pas de danse.

Motown, puis Epic

Assurément, les 5 jeunes américains transforment tout en or. Leurs shows subjuguent et leurs disques se vendent par millions. Le groupe signe chez Motown Records, la célèbre firme noire-américaine. Agé de seulement 11 ans, Michael est le fer de lance du groupe et prépare inconsciemment le terrain pour une formidable carrière solo.

L’aventure des Jackson Five dure jusqu’en 1976, année durant laquelle, pour de sombres raisons de droits d’auteur, ils changent de maison de disques (ils signent chez Epic) et de nom (The Jacksons remplace The Jackson Five). Mais Motown, conscient du charisme du jeune leader, avait pris soin de faire enregistrer Michael en solo. Jusqu’en 1976, le jeune artiste signera six albums sous son seul nom. Le premier s’intitule Got To Be There et sort en 1972.

Parallèlement, The Jacksons continuent de séduire un public international, enregistrant de nombreux albums, notamment Destiny en 1978 et Triumph en 1981.

Malgré l’extraordinaire engouement du public et la gloire, la vie de Michael est parfois un calvaire. Adolescent, son visage est couvert de boutons, et il n’échappe pas à un véritable harcèlement de la part de son père. Moqueries, mépris sont le lot quotidien du jeune homme qui avouera plus tard à demi-mots que cette période est à l’origine de ses nombreux recours à la chirurgie esthétique. Une enfance gâchée en somme, qui peut expliquer les obsessions futures du chanteur et sa mégalomanie.

Thriller: l’album mythique

Pour l’heure, sa carrière solo prend de l’ampleur avec la sortie en octobre 1979 du fabuleux album Off The Wall. Michael est parfaitement épaulé par le producteur Quincy Jones qu’il rencontre en 1977 et qui restera des années durant son ami et collaborateur.

Mais le déclic se fait en 1982, à la sortie de l’album Thriller, l’album le plus vendu de l’histoire de la musique ! Dès lors, Michael Jackson devient un dieu vivant, déclassant les Beatles ou le King Elvis.

Ses clips contribuent à sa fortune et à sa gloire, notamment celui du titre-phare Thriller, qui dans son intégralité frôle le quart d’heure et est présenté comme un véritable court-métrage. Le phénomène Michael Jackson est indescriptible. Ses apparitions provoquent un raz-de-marée. Ses disques se vendent par millions.

Mais au sommet de sa gloire, il subit un grave accident: sur le tournage d’une publicité pour Pepsi en janvier 1984, il est gravement brûlé au visage. En découle une série d’opérations qui, plus ou moins légitimes, transforment peu à peu le chanteur.

D’année en année, et ce malgré ses invraisemblables démentis, Jackson devient un étrange personnage pâle, au visage déformé et méconnaissable. Un comportement qui provoque de nombreuses critiques.

Le ranch de Neverland

C’est aussi à cette époque intense que Michael succombe à tous les excès. Sa somptueuse demeure de Neverland (acquise en 1988 et nommée ainsi en hommage au dessin animé Peter Pan) est un véritable parc d’attraction dans lequel l’artiste se retire, seul dans son monde, malgré sa popularité.

Paradoxalement, les controverses qu’il suscite entretiennent les ventes de ses disques. Bad (1987) puis Dangerous (1991) sont avant tout des oeuvres d’une grande qualité. Incontestablement, Jackson est un génie de la pop et ses chansons, savamment mises en scène par une puissante stratégie marketing, atteignent la perfection (Black or White, Heal the World, Earth Song, Remember the Time, Bad, Just Can’t Stop Loving You).

L’artiste sait aussi s’engager pour des nobles causes, comme lorsqu’il écrit We Are The World avec Lionel Richie en 1985, ou qu’il investit pour les enfants malheureux.

Mi-ange mi-démon, le personnage de Jackson est de plus en plus ambigu, d’autant plus qu’il apparaît toujours seul ou avec son chimpanzé, dans des déguisements de plus en plus étranges et que les rumeurs vont bon train concernant sa santé fragile, ses opérations ou ses moeurs.

Le roi de la pop avec la fille du King

Pour couper court à certaines de ces rumeurs, le chanteur épouse soudainement en mai 1994 la fille du King, Lisa Marie Presley. Mais le mariage sonne faux et ne dure que deux ans.

Etonnamment, à peine son divorce prononcé, Jackson épouse en secondes noces une inconnue, Debbie Rowe, avec laquelle il a un premier enfant Prince Michael Jackson en février 1997. Désormais, la petite histoire prend le pas sur sa discographie.

Le printemps 1998 voit la naissance de son second enfant Paris. En 1999, il congédie sa femme moyennant une forte somme d’argent. Jackson est décidément l’homme de tous les contrastes.

Un reportage controversé

L’artiste nous gratifie d’un nouvel opus en 2001: Invincible. L’année 2002 remet le feu aux poudres, après la diffusion internationale d’un reportage intime accordé par Michael à un journaliste.

Dans ce documentaire, on voit Jackson dans son univers, tel un éternel enfant, s’amusant de tout, avec ses jeunes amis. On y découvre sa façon de vivre si singulière, d’élever ses enfants sans leur mère, ses troubles (ainsi nie-t-il catégoriquement avoir eu recours à la chirurgie).

On découvre aussi un être d’une extrême sensibilité, à l’enfance difficile, qui cherche par sa douce folie, à retrouver un monde perdu. Un monde d’amour, d’innocence, et de paix.

Partagés entre la compassion et la révolte, les téléspectateurs suivent par millions ce documentaire à travers le monde, et se passionnent pour la nouvelle polémique qu’il engendre. En effet, Michael Jackson se sent immédiatement piégé par le journaliste et la mise en valeur de certains traits douteux. Il contre-attaque aussitôt en entamant une procédure judiciaire et un nouveau reportage en sa faveur.

Cette petite affaire d’état eut le mérite de mettre en avant l’extraordinaire popularité du chanteur. A 45 ans et une carrière de près de 40 ans(!), Michael Jackson reste, malgré tout, le roi incontesté de la pop.

Retour sur scène et décès

Après des années de déboires financiers et judiciaires, Michael Jackson projetait son grand retour sur scène en juillet 2009, à Londres. Près d’une cinquantaine de dates était programmée. Les tickets s’étaient écoulés comme des petits pains, les fans attendant depuis très longtemps le retour de l’icône de la pop.

Malheureusement, le sort allait en décider autrement: à 14h26 (heure de Los Angeles) le 25 juin 2009, Michael Jackson est décédé des suites d’un arrêt cardiaque. Malgré les nombreuses tentatives pour le réanimer, Michael s’en est allé. Des millions de fans à travers le monde ont rendu un vibrant hommage à la star disparue.

Des centaines de millions de disques vendus, autant de produits dérivés, une véritable industrie autour du personnage auront fait de lui l’artiste le plus écouté, le plus convoité et le plus admiré de ces cinquante dernières années.

zicactu.com
[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Michael Jackson

Albums
2001 Invincible
1997 Blood on The Dance Floor
1995 HIStory
1991 Dangerous
1987 Bad
1982 Thriller
1981 One Day In Your Life
1981 Best of Michael Jackson – The Anthology
1979 Off The Wall
1975 Forever Michael
1973 Music & Me
1973 Ben
1972 Got To Be There

[/cherry_tab]
[cherry_tab title= »Photos »]
Cliquez sur les images ou attendez le slide show pour voir défiler les images

[ngg_images source= »galleries » container_ids= »7″ display_type= »photocrati-nextgen_basic_slideshow » gallery_width= »1200″ gallery_height= »1200″ cycle_effect= »fade » cycle_interval= »6″ show_thumbnail_link= »0″ thumbnail_link_text= »[Show thumbnails] » order_by= »sortorder » order_direction= »ASC » returns= »included » maximum_entity_count= »500″]
[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]
[/cherry_col]

[/cherry_row]

The Dandy Warhols

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-1″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »163″]

Biographie de The Dandy Warhols

the-dandy-warholsThe Dandy Warhols est un groupe de rock alternatif américain formé à Portland en 1994. Les Dandy Warhols ont opéré une première percée en 1997 grâce au clip de Not If You Were The Last Junkie On Earth, qui n’a pas fait un vrai tube mais qui a lancé une fusée de repérage. C’est leur troisième album, Thirteen Tales From Urban Bohemia, propulsé par le carton des morceaux Bohemian Like You et Get Off, qui leur a permis de foncer à l’avant de la scène internationale, une place qu’ils mériteraient de garder longtemps.
Au printemps 2012 le groupe sort l’album This Machine dont le nom s’inspire de l’inscription sur la guitare de Woody Guthrie :
This Machine Kills Fascists.
L’année suivante, les Dandy Warhols lancent une tournée anniversaire à l’occasion des 13 ans de leur album Thirteen Tales from Urban Bohemia.
Le 24 mars 2014, ils sortent l’album live Thirteen Tales from Urban Bohemia: Live at the Wonder enregistré le 13 décembre 2013 au Wonder Ballroom de Portland.

En 2016, le groupe annonce la sortie de son nouvel album Distortland, dont la parution est programmée pour le 8 avril 2016.
Une tournée mondiale accompagne cette sortie, avec des concerts en France.

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de The Dandy Warhols

Albums
2016 Distortland
2014 : Thirteen Tales from Urban Bohemia: Live at the Wonder
2012 This Machine
2008 Earth To Dandy Warhols
2007 Welcome To The Monkey House
2005 Odditorium Or Warlords Of Mars
2000 Thirteen Tales From Urban Bohemia
1998 the Dandy Warhols Come Down
1995 Dandy’s Rule Ok

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

The Dandy Warhols : Welcome To The Monkeyhouse

Welcome-To-The-Monkey-House
Welcome To The Monkeyhouse

The Dandy Warhols

Album CD – 2003 – Capitol

Changement de style pour les Dandy Warhols qui se lancent dans la pop synthétique et s’imprègnent de la new wave des années 80. Si quelques titres sont dignes des 3 opus précédents, les autres morceaux ne nous apportent que nostalgie de l’ère rockeuse des Dandy.

Après une courte intro, histoire de se (re)familiariser avec la voix de Courtney Taylor-Taylor, We Used To Be Friends, le premier single de Welcome To The Monkey House résonne d’une façon somptueuse: un succès assuré pour un titre dont l’air nous trottera certainement en tête durant tout l’été. Tous les éléments utiles pour faire un tube y sont en effet rassemblés: refrains faciles à retenir, claquements de mains, etc.

La suite est tout aussi délicieuse, en effet, Plan A nous dévoile la voix toujours plus aiguë du leader, un petit air de blues en fond, le tout formant une ambiance assez sympathique bercée par une mélodie qu’on se plaît à réécouter.

Le reste est, osons-le dire, assez décevant. Le quatuor américain nous livre un son très brit pop qui s’accentue tout au long de l’album. Néanmoins Insincere Because I ou encore I Am Sound retiennent assurément l’attention par leur beauté quoique les bruitages rendent parfois ces chansons plutôt lourdes et disgracieuses.

Quant à Hit Rock Bottom qui laissait présager de bonnes lourdes guitares électriques, il s’avère être un cafouillage de divers sons dont on ne sait pas trop où cela va nous mener.

Les Dandy Warhols n’ont pas complètement oublié leurs racines rock et folk mais ce nouveau côté pop ne colle pas vraiment au groupe qui se borne à singer tantôt David Bowie, tantôt T-Rex. Les synthétiseurs et autres bruitages alourdissent la plupart des titres et rendent ce quatrième album peu original et très artificiel.

Liste des titres

:

Welcome To The Monkeyhouse
We Used To Be Friends
Plan A
The Dope
I Am a Scientist
I Am Over It
The Dandy Warhols Love Almost Everyone
Insincere Because I
You Were The Last High
Heavenly
I Am Sound
Hit Rock Bottom
You Come In Burned

Keziah Jones : Black Orpheus

black-orpheus_cover_s200
Black Orpheus

Keziah Jones

Album CD – 2003 – Delabel

Un peu de douceur dans ce monde de brutes! Keziah Jones + une guitare = l’équation d’un « Blufunk » élégant, léger et enchanteur, aux vertus apaisantes.

Pionnier de ce savant mélange de blues et de funk, Keziah Jones opère un métissage international entre ses racines nigérianes et des influences afro-américaines et européennes.

Black Orpheus, quatrième opus de Mister Jones, écoule une musique suave et tiède, entre sueur de l’âme et tachycardie harmonique. Les guitares et les voix sont mises en avant et traînent dans leur écho d’irrésistibles consonances pop, funk, et nu-soul.

Black Orpheus, ce n’est pas simplement le single Beautiful Emilie, tout l’album excite la curiosité, impose des réflexions, et stimule l’esprit. On retiendra particulièrement Afrosurrealism for the Ladies (au moins son atmosphère et sa mélodie, son titre ce sera peut-être plus difficile), 72 kilos (le poids idéal, pas une note de trop), et les larmes universelles de Sadness is….

L’édition limitée se voit bonifiée d’un second CD, où l’ambiance est encore plus soft, plus feutrée, celle d’une veillée tranquille entre amis. Plus on avance sur ces 9 titres acoustiques édulcorés (parmi lesquels des reprises clins d’oeil de morceaux de Jimi Hendrix et Bob Marley), plus on a l’impression de marcher sur le tapis en velours du hall d’entrée de l’univers de Ben Harper.

Un double album riche en (bonnes) surprises, à écouter sur la terrasse en été, pour accompagner le soleil qui s’enlise dans l’horizon, avec dans la main droite un verre de vin rosé, et dans la gauche, ce que vous voulez, après tout vous êtes libres.

zicactu.com

Liste des titres

:

Afro Surrealism For The Ladies
Kpafuca
Femiliarise
Wet Questions
Neptune
72 Kilos
All Praisies
Beautiful Emilie
Sadness Is…
Autumn Moon
Black Orpheus
Orin O’lomi

Benjamin Biolay : Rose Kennedy







Rose Kennedy
Benjamin Biolay
Album CD – 2001 – Virgin France

Liste des titres

:
Novembre toute l’année
Les roses et les promesses
Les cerfs-volants
La mélodie du bonheur
L’observatoire
La monotonie
Soixante-douze trombones avant la grande parade
Los Angeles
La palmeraie
Rose Kennedy
Sous le soleil du mois d’août
Les joggers sur la plage
Un été sur la côte

Keziah Jones : African Space Craft

african-space-craft_cover_s200
African Space Craft

Keziah Jones

Album CD – 1995 – Delabel

Liste des titres

:

Million Miles From Home
Colorful World
Prodigal Funk
Splash
Dear Mr. Cooper
African Space Craft
Speech
Cubic Space Division
Funk ‘N’ Circumstances
Man With The Scar
Never Gonna Let You Go
If You Know

Keziah Jones : Liquid Sunshine

liquid-sunshine_cover_s200
Liquid Sunshine

Keziah Jones

Album CD – 1999 – Delabel

Liste des titres

:

Hello Heavenly
God’s Glory
Liquid Sunshine
New Brighter Day
Runaway
Don’t Forget
Phased
I’m Known
Sunshineshapedbulletholes
Functional
Stabilah
Wounded Lovers Son
Teardrops Will Fall

Benjamin Biolay : Négatif







Négatif
Benjamin Biolay
Album CD – 2003 – Virgin France

Liste des titres

:
Billy Bob a raison
La pénombre des Pays-Bas
Hors la vie
Nuits blanches
Chaise à Tokyo
Je ne t’ai pas aimé
Little Darlin’
Des lendemains qui chantent
Chère inconnue
Glory Hole
La vanité
Negative Folk Song – Boîte à musique
Négatif
Bonus

Madonna : American Life


American Life

Madonna

Album CD – 2003 – Maverick – Warner

Liste des titres

:

American Life
Hollywood
I’m So Stupid
Love Profusion
Nobody Knows Me
Nothing Fails
Intervention
X-Static Process
Mother and Father
Die Another Day
Easy Ride

Keziah Jones

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »457″]

Biographie de Keziah Jones

keziah-jones-200x200
Ce fils spirituel de Jimi Hendrix, nigérian d’origine, a importé au début des années 90 un blues-funk énergique et sans égal. Passé maître dans l’art de la guitare, sans pour autant négliger des textes engagés et politiques, Keziah Jones revient en 2003 avec un album haut en couleurs, Black Orpheus. De quoi faire taire ceux qui l’ont trop vite oublié !

Lorsqu’il naît à Lagos au Nigeria, le 1er octobre 1968, Olufemi Sanyaolu n’a rien pour devenir la star internationale que l’on connaît. L’Afrique souffre de la famine et des guerres civiles, et la condition du peuple noir est bafouée à travers le monde.

Pourtant, le jeune garçon fait partie des privilégiés du continent africain. En effet, il naît fils d’un chef de tribu, également industriel dans le Tiers-Monde. Une carrière paternelle que Olufemi, sous le poids de la tradition, est sommé de suivre.

Afin de parfaire l’éducation de son fils, l’industriel nigérian l’inscrit dans une grande école publique anglaise dès l’âge de huit ans. Ce premier départ sonne comme un électrochoc. De Lagos à Londres, il existe un fossé géographique mais surtout culturel que le jeune Keziah va franchir.

Le salut dans la musique

C’est à treize ans qu’il commence l’apprentissage du piano, puis de la guitare, préoccupations artistiques loin des priorités de son père. Il écrit alors ses premières chansons sur le vieux piano de l’école. Cherchant une façon de rejeter le monde qui lui est destiné, il trouve le salut dans la musique.

Au grand dam de sa famille, il bâcle ses études et quitte le collège pour jouer dans la rue et les pubs londoniens. Il mène une vie de bohème à l’opposé de celle attendue, « libérant son âme » (« Free Your Soul »). Petit à petit, il se forge une excellente réputation de musicien, créant, de Londres à Paris, un style unique que ce fan d’Hendrix et de Coltrane appelle lui-même le Blufunk.

Phil Pickett, son futur manager, est séduit par ce mélange détonnant de blues, de soul et de funk acoustique, et fait tourner Jones dans tout le Royaume-Uni, accompagné d’un batteur et d’un bassiste, qui donnent à sa musique le rythme indispensable à son éclosion.

Les performances du trio font un raz-de-marée durant l’année 1990 et leur permettent d’envisager l’enregistrement d’un premier disque. Ce sera Frinigro Interstellar, qui sort en 1991 et qui présente au public un artiste résolument nouveau.

Des sons aux racines nigérianes et anglo-saxonnes

Outre son style musical étonnant, Keziah Jones se démarque par son attachement à ses origines africaines, et sa lutte pour l’égalité culturelle des races. Porteur de la négritude en musique comme le fut Sédar Senghor en poésie, le monde découvre un jeune musicien de grande envergure. Ses permanentes allées et venues entre l’Europe et son pays lui permettent aussi de maintenir vif le choc des cultures et l’énergie qui en découle.

Le succès international vient en 1992 avec le tube Rhythm Is Love. Where Is Life ? et Free Your Soul sont les deux autres singles issus du premier véritable album Blufunk Is a Fact.

En 1995, Keziah Jones sort un second album, African Space Craft, qui connaît également un grand succès, notamment grâce au single If you know.

Il faut attendre 1999 pour revoir Keziah Jones dans les bacs. Il faut dire que l’artiste ne fait aucune concession au monde du show-business et privilégie sa vie d’artiste et son art.

Entre deux albums, il est également un poète et un peintre admiré, prenant même le risque de se lancer dans le court-métrage cinématographique. Cet éclectisme risquait de faire tomber le chanteur dans un silence médiatique délétère mais c’était sans compter la puissance de sa musique, comme le prouve Liquid Sunshine, son album de 1999, et surtout Black Orpheus, paru en avril 2003.

Ce dernier opus fait montre d’un art parfaitement maîtrisé et d’une préoccupation permanente de l’artiste pour le monde, ses origines et l’Afrique. Traitant de thèmes chers à ce continent (la magie, la pauvreté, les religions, les peuples, la négritude), Keziah Jones évoque avec beauté et intelligence ses origines et pose les vrais questions sur l’inégalité entre les continents.

Après trois ans de travail acharné, et une tournée 2003 qui le conduira dans toute l’Europe, espérons que le chanteur sera récompensé à la hauteur de son énergie exceptionnelle.

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Keziah Jones

Albums
2008 Nigerian Wood
2003 Black Orpheus
1999 Liquid Sunshine
1995 African Space Craft
1991 Blufunk Is A Fact !

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Keziah Jones : Blufunk Is a Fact !

blufunk-is-a-fact-_cover_s200
Blufunk Is a Fact !

Keziah Jones

Album CD – 1991 – Delabel

Liste des titres

:

The Wisdom Behind The Smile (Cash)
Walkin’ Naked Thru’ A Bluebell Field
Rhythm Is Love
Runaway (Slavery Days Are Over)
Where’s Life ?
The Funderlying Undermentals
Frinigro Interstellar
Free Your Soul
A Curious Kind of Subconcious
The Waxing + The Waning
The Invisible Ladder
Pleasure Is Kisses Within