Mois : juillet 2003

Chris de Burgh : At The End of a Perfect Day








At The End of a Perfect Day
Chris de Burgh
Album CD – 1977 – A & M Records

Liste des titres

:
Broken Wings
Round And Around
I Will
Summer Rain
Discovery
Brazil
In A Country Churchyard – (Let Your Love Shine On)
A Rainy Night In Paris
If You Really Love Her, Let Her Go
Perfect Day

Diam’s

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= » Clips & Biographie »]

Les Clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »968″]

Biographie de Diam’s

Les médecines n’ont pas pu guérir mon âme, alors je me suis tournée vers la religion

C’est à Chypre que naît Mélanie, mais c’est à Paris et dans sa banlieue qu’elle va grandir dès l’âge de quatre ans. Diam’s baigne dans la musique et grandit au rythme des années 80 et 90, « Goldman, Cabrel et Dance Machine ! », résume-t-elle avec sincérité.

Mais le virus du rap va la contaminer très vite: de MC Hammer à Public Enemy, la maturité rapologique vient vite pour Diam’s, qui bascule définitivement lorsqu’on lui ramène le premier album de Dr. Dre d’un voyage à Los Angeles.

En guise de piqûre de rappel, elle tombe accro aux rimes en français des NTM, son influence majeure, qu’elle verra en concert à l’âge de 14 ans (« devant la scène, vraiment tout devant ! »).

Pour cette jeune fille pas encore ado qui adore écrire des poèmes, le destin se trace sur la lignée de ses idoles: elle deviendra rappeuse. Malgré l’opposition de sa mère, malgré le machisme supposé du milieu rap français.

Ce sera « diamant »

Elle trouve son nom de scène en feuilletant le dictionnaire, fascinée par la définition du mot ‘diamant’: « objet de luxe et de parure, n’est composé que d’éléments naturels. Le diamant ne peut être brisé que par un autre diamant. »

« C’était fabuleux », se souvient Diam’s, « pour moi ça voulait dire ‘qui va venir me briser hormis quelqu’un qui rappe aussi bien que moi ?’ Vu qu’on a un ego énorme quand on démarre le rap… ».

Contre l’avis de sa mère, Diam’s, encore mineure, fait son premier concert avec un pote d’école. C’est la porte d’entrée de Diam’s dans le rap biz: elle intègre le collectif de la Mafia Trece et contribue à lancer le concept de ‘rap théatral’. Après l’ombre de l’underground, la lumière du succès… Ou presque: malgré un gros buzz et un premier maxi très remarqué, le groupe s’enlise dans des problèmes de contrats et Diam’s ne participe pas au premier album. Retour à la case départ.

Entre temps, Diam’s commence à se faire un nom: de nombreuses participations à des émissions radio, des freestyles et featurings incessants et des concerts à l’arrache ont fait de cette rappeuse au look de garçon manqué une affranchie de la scène hip hop.

Premier mandat

C’est en 1999 qu’elle propose son premier album. À peine majeure, Diam’s s’offre une carte de visite impressionnante: Premier mandat, produit par Black Mozart, avec en invités les Américains DV Alias Krhist et Heather B plus les Français Mr R., Driver et Vibe, et en vedette les chansons C’est toi qui m’gêne et Si je dois rester (sur un sample de Tracy Chapman).

Elle pense toucher le grand public, mais le disque est un échec commercial. Diam’s s’en fout: elle vit ses morceaux sur scène. Plus de 50 concerts en deux ans, « énorme pour un artiste qui n’a pas de tourneur. »

On la voit sur la tournée ‘Sachons dire non’, aux Francofolies, pourtant Diam’s est à nouveau seule. « J’avais mon deuxième album qui était prêt et que je voulais sortir, et j’ai fait plein de petits boulots de nuit, bref je faisais de moins en moins de choses. »

Jusqu’à sa rencontre avec Choukri, qui s’occupe alors d’Idéal J et va devenir son manager. Il décide de reprendre en main le destin artistique de Diam’s, qui fait alors le grand ménage autour d’elle. À 19 ans, c’est une première renaissance artistique. Contactée par Marc de la radio Générations 88.2, elle enregistre pour sa compilation le titre Suzy, qui la remet en selle.

Mais les majors hésitent. Diam’s écrit alors dans la rage. Trois chansons sont posées en maquette: À quand mon heure, Brut de femme et Ma souffrance. Et arrive à percer le mur du silence: « on a fini par avoir plein de rendez-vous, avec les mêmes qui m’avaient dit non une année auparavant », se souvient-elle.

Tout se débloque, et Diam’s signe chez EMI pour un album à sortir au mois d’avril 2002. Un maxi vinyl sort avec deux titres, Pogo et 1980. Hélas, une restructuration de la major renvoie la sortie de 1980 (le titre prévu pour l’album) aux calendes grecques. En plus, les pirates ont mis des titres sur Internet.

Brut de femme

Là où d’autres artistes auraient baissé les bras depuis longtemps, Diam’s redouble d’ardeur et retourne en studio. Elle se met au travail sur de nouveaux raps, refaçonne ses compositions et transforme un deuxième album à l’arrache en disque de la maturité.

Convaincu, le label Hostile la signe. L’album sera Brut de femme, du nom d’un des morceaux présents sur 1980. Au menu, des larmes et du rire, de l’énergie et de la sensualité, du flow et des mots tranchants comme autant de rasoirs.

De l’originalité aussi: ainsi Madame qui ?, produit par Djimi Finger, introduit-il un élément nouveau dans le hip hop français avec un texte écrit sur mesure par Lino d’Ärsenik pour Diam’s: « J’ai d’la rime, je suis debout cernée par les flammes/Dieu a planqué la foudre dans un bout d’femme ».

Parrain du projet, Jamel Debbouze est dans l’ombre de Diam’s, fan numéro un et soutien sans failles de Mélanie la MC.

Cette fois, l’album est vraiment là, un septennat après des débuts dans l’urgence et une expérience acquise sur le terrain.

« Sept ans de carrière discographique: un tiers de ma vie dans la musique, c’est beau, non ? Le premier tiers j’apprends à marcher, à écrire et à lire. Le deuxième, j’applique. Le troisième, je fais de la musique. »

Elle n’a que 22 ans, mais la rage des vétérans.

Diam’s a arreté sa carrière en 2009 : « Les médecines n’ont pas pu guérir mon âme, alors je me suis tournée vers la religion »

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Diam’s


Albums

2009 SOS
2007 Au Tour De Ma Bulle – live
2006 Dans Ma Bulle
2005 Ma Vie / Mon Live
2003 Brut De Femme
2003 Premier Mandat

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Enrico Macias

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= » Clips & Biographie »]

Les Clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »1079″]

Biographie de Enrico Macias


Chantre de la musique « juive pied-noir » jusqu’à l’excès, Enrico Macias est un artiste unique dans le paysage musical francophone.

Souvent moqué ou parodié, l’enfant de Constantine est pourtant devenu le porte-parole sympathique de tout un peuple déraciné, celui de l’Afrique du Nord des années 60. Chanteur utopiste de l’amour et de l’amitié entre les peuples, il est resté fidèle à ses convictions pour effectuer un retour remarqué en ce début de millénaire. Oranges amères, son dernier album, est le pur fruit de l’univers d’Enrico, et c’est ce monde-là qui nous séduit en lui.

L’Algérie

Né en Algérie, à Constantine, le 11 décembre 1938, Enrico Macias, de son vrai nom Gaston Ghrenassia, grandit dans la pure tradition musicale du maalouf, chant traditionnel andalou-arabe. Dès sa naissance, il porte en lui les thèmes de ses futures chansons: le déchirement entre les cultures juive et arabe; la musique, à laquelle son père, violoniste au sein de l’orchestre de Raymond Leyris, l’initie; le soleil et les enfants de l’Algérie…

Dès son plus jeune âge, Gaston-Enrico s’exerce à la guitare et finit par intégrer lui aussi l’orchestre de Leyris. Cependant, les besoins alimentaires le poussent à exercer momentanément la profession d’instituteur. Tout en enseignant, Enrico continue son apprentissage de la musique.

Mais la guerre éclate. Dès 1961, le FLN tente d’obtenir l’indépendance de l’Algérie. Pour des milliers de jeunes soldats, c’est le début d’une guerre sans nom. Pour tout un peuple, c’est le début de l’exil vers la métropole. Enrico quitte son pays en 1962 avec son épouse Suzy, fille de Raymond Leyris, sauvagement assassiné quelques mois auparavant. A l’exil s’ajoutent la douleur de l’absence et le sentiment de la fin d’une époque.

Adieu, mon pays

Le jeune homme installé à Paris court les cabarets avec sa guitare, essayant d’imposer en France sa musique si particulière sans trop de succès. Finalement, et assez rapidement, Enrico Macias va obtenir la gloire. Après une première partie sur scène lors d’un concert de Gilbert Bécaud, et un passage évènement dans la célèbre émission télévisée Cinq colonnes à la Une le 5 octobre 1962, le jeune pied-noir fait parler de lui. Son premier disque, Adieu mon pays, sort la même année et porte déjà la signature de toute son oeuvre.

1963-1964 est une période charnière dans la carrière du chanteur. Outre la naissance de sa fille Jocya, (un fils Jean-Claude suivra quelques temps après), il prend définitivement le nom de scène d’Enrico Macias et connaît un succès phénoménal avec des tubes tels que Enfants de tous pays, Les filles de mon pays ou La musique et moi.

Commencent aussi d’interminables tournées à travers le monde, faisant d’Enrico un artiste incontournable dans toute la francophonie. Ses voyages lui permettent d’exporter avec aisance sa philosophie fraternelle et son message de paix entre les peuples, sans jamais sombrer dans la politique.

Etonnamment, la musique de Macias semble universelle. De New York à Tokyo, en passant par Paris ou Moscou, ses concerts « méditerranéens » déplacent des milliers de personnes et ses disques se vendent par millions tout au long des années 60.

Représentant de la paix

Partagé entre chanteur de charme et chanteur à message, Macias traverse les années sans faillir. Bien au contraire, son personnage jovial et chaleureux est convié à toutes les manifestations de paix et de rassemblement entre les peuples, comme en cette année 1978 où il entame une tournée de réconciliation durant les accords égyptiens entre Sadate et Begin. De même, l’ONU le choisit comme représentant de la paix en 1980.

Boudé dans les années 80 par la jeune génération rock, il faut attendre le retour en force de la musique arabisante dans les années 90 pour qu’Enrico Macias retrouve le chemin des hit-parades. Sans jamais avoir cessé de chanter et d’enregistrer de nombreux albums, il est célébré en même temps que le sont en France les Khaled, Cheb Mami ou autres Faudel.

Malgré les violences politiques et religieuses que subit l’Algérie, Enrico ne désespère pas de chanter à nouveau dans son pays, et un public nombreux attend aussi cet évènement.

Côté musique, après avoir subi un premier rajeunissement en 2000 avec Enrico Experience, un album remixé façon électronique par son fils, le chanteur constantinois revient en force en 2003 avec Oranges amères, un album dans la tradition arabo-andalouse. A la manière d’un Lama, cet album sonne le retour d’un artiste sexagénaire que d’aucuns croyaient à tort oublié.

Après un essai au cinéma (La vérité si je mens 2) et une vie bien remplie, Enrico Macias continue, avec l’aide de son fils, de nous charmer de sa musique orientale. A plus de 80 ans, cet éternel jeune homme émeut, charme, enivre, et finit par séduire toutes les générations d’auditeurs. Un exemple remarquable de longévité et d’authenticité.

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Enrico Macias

Albums
2019 Enrico Macias & Al orchestra
2016 Les Clefs
2012 Venez tous mes amis ! (compilation de 17 titres de son répertoire interprétés en duo)
2011 Voyage d’une mélodie
2006 La Vie populaire
2003 Oranges amères
1999 Hommage à Cheikh Raymond
1995 Et Johnny chante l’amour
1993 À Suzy
1991 Enrico (Gitano)
1989 Aïe aïe aïe, je t’aime
1986 Générosité
1984 Générosité
1983 Enrico Macias (Deux ailes et trois plumes)
1981 Un berger vient de tomber
1980 Enrico Macias (La France de mon enfance)
1979 La Poésie de la Méditerranée
1977 Aimez-vous les uns les autres
1975 Mélisa
1974 Enrico Macias (Le Plus Grand Bonheur du monde)
1973 Un homme a traversé la mer
1971 Un grand amour
1970 Bravo Enrico
1968 Un rayon de soleil
1966 Douze nouvelles chansons
1965 Paris tu m’as pris dans tes bras
1964 Chiquita
1963 Enrico Macias (Enfants de tous pays)

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Evanescence : Fallen







Fallen_cover_s200
Fallen
Evanescence
Album CD – 2003 – Wind-Up Records

Liste des titres

:
Going Under
Bring Me To Life
Everybody’s Fool
My Immortal
Haunted
Tourniquet
Imaginary
Taking Over Me
Hello
My Last Breath
Whisper

Marilyn Manson : Golden Age of Grotesque

Les clips de Marilyn Manson : Golden Age of Grotesque


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »569″]






Golden Age of Grotesque
Marilyn Manson
Album CD – 2003 – Nothing – Interscope

Liste des titres

:
Theater
This Is The New Shit
Mobscene
Doll-Dagga Buzz-Buzz Ziggety-Zag
Use Your Fist And Not Your Mouth
The Golden Age of Grotesque
(s)Aint
Ka-Boom Ka-Boom
Slutgarden
Spade
Para-Noir
The Bright Young Things
Better of Two Evils
Vodevil
Obsequey (The Death of Art)
Tainted Love

IAM

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »160″]



Biographie de IAM

iamFlashback: Philippe, déjà surnommé Chill, découvre le rap américain « in situ ». Petit Français en squat prolongé à New York, il a rencontré tous les acteurs de la scène hip hop à New York dès la fin des années 80.

Pour la légende, c’est son blouson du Coq Sportif qu’arbore fièrement le rapper du Bronx T La Rock sur la pochette de son plus fameux album. Et c’est à New York que Chill pose le premier rap en français sur un maxi américain: son featuring sur This Is The B Side de Choice MCs en 1988 est le premier d’une longue série.

Marseille

Retour à Marseille: après des balbutiements en compagnie de son ami Eric Mazel (qui a pris comme nom de scène DJ Kheops) sous les patronymes Lively Crew (1986/1987) et B-Boy Stance (1988/1989), Chill se ligue avec un danseur qui rappe, Geoffroy, alias Jo, qui deviendra Shurik’n. Les années de formation sont aussi les années de plomb, mais la passion remplace les finances.

Le complice des quartiers Nord, le danseur Abdel Malek Sultan, se joint à la troupe en compagnie de l’autre danseur, Kephren. Enfin, le plus âgé Pascal Perez, devenu Imhotep, s’impose comme l' »architecte » du son IAM. Les six acteurs de la saga sont en place.

Premier coup d’éclat: forcer la chance et enregistrer fin 1989, dans le home studio du groupe Massilia Sound System, une cassette auto produite titrée Concept qui pose les bases de leur philosophie. Malgré un budget proche de zéro, le résultat est stupéfiant.

On y trouve les premières versions de morceaux tels que Red, Black & Green et Total Kheops, ainsi que les samples égyptologiques tirés du son et lumière de Louxor.

Car IAM n’est pas un groupe rap comme les autres, et le public va vite s’en apercevoir: là où d’autres utilisent l’énergie brute et l’argot de la rue, IAM double son vécu urbain d’une couleur world et de références historiques. La première apparition parisienne sera… les premières parties des trois concerts du Blonde Ambition Tour de Madonna à Bercy en juillet 90.

… De La Planète Mars

Repérés par le directeur artistique de Labelle Noire, une structure de Virgin France, les six membres d’IAM se retrouvent à enregistrer un premier album, … De la planète Mars, qui va marquer la jeune histoire du rap en français: pour la première fois, un groupe de rap prouve qu’il a le souffle pour tenir la distance sur tout un CD, alignant les tubes (Planète Mars, Red, Black & Green) et les morceaux plus introspectifs (Le Nouveau Président, Tam Tam de l’Afrique) sans oublier l’humour (Attentat et Disco Club, qui s’avère être la première version du Mia).

Même la musique orientale est représentée (Do The Raï Thing), et le CD se conclut avec Rapline II, le générique de la seule émission télévisée rapologique (sur M6) qu’ils ont écrit spontanément. Sorti en mars 1991, l’album ne sera disque d’or que des années plus tard.

Ombre est Lumière

Après une année 92 plutôt calme qui voit la sortie du troisième single Planète Mars, IAM se lance en 93 dans l’enregistrement du toujours difficile second album, qu’ils veulent double. Une ambition qu’ils devront défendre face à une maison de disques d’abord réticente, puis convaincue: enregistré près d’Aix-En-Provence et mixé à New York, Ombre Est Lumière sort en novembre 93, précédé d’un single à tirage limité (Donne-moi le micro).

Jamais auparavant un group de rap français n’avait fait montre d’une telle ambition: en deux volumes de 40 titres, IAM réinvente la musique hip hop, mélangeant les styles et alignant les tubes.

Remixé avec un sample imparable de George Benson (Give Me The Night), Le Mia devient le premier tube rap à occuper le numéro un des ventes nationales. Un raz de marée suivi d’un « bis » avec Le feu, hymne des stades et notamment du Vélodrome de Marseille adapté d’un air de polka.

La tournée nationale qui suit Ombre Est Lumière prend une nouvelle dimension avec le succès phénoménal du disque: la tournée Le Dragon s’éveille traverse la France, s’arrêtant au Printemps de Bourges le 21 avril 94 et une semaine plus tard à Paris pour deux shows archi complets.

C’est aussi l’époque où l’on voit IAM à la télé, et pas dans les émissions de variétés: chez Michel Field (où il cloue le bec d’Alain Madelin avec des arguments de poids) ou à Envoyé Spécial sur France 2.

Victoire de la Musique

En février 1995, les Victoires de la Musique consacrent IAM « groupe de l’année », l’occasion pour Chill d’une émouvante dédicace « pour que cette victoire soit une partie infime de la victoire éternelle de la musique sur les défaites de l’humanité ».

Hyperactif, Akhenaton sort cette même année son premier album solo, Métèque et Mat. Très personnel, ce recueil de raps entre nostalgie et introspection lancera par rebond le groupe marseillais Fonky Family, invité sur le tube Bad Boys De Marseille.

Les albums solo des frères d’arme de Chill suivront: celui de Shurik’n en 1998 (Où je vis, double disque d’or), suivi de peu par l’album world instrumental d’Imhotep Blue Print et l’année suivante par celui de Malek, l’ex danseur devenu rapper sous le patronyme de Freeman (L’palais de justice, disque d’or).

Le DJ Kheops, quant à lui, se lance dans la fondation de son label, Sad Hill, dont la première sortie sera une compilation éponyme regroupant sur deux CD les meilleurs espoirs du rap français, de Paris comme de Marseille (X-Men, Def Bond, Hi Hi, Pit Baccardi, Faf Larage, etc).

Ecole du Micro d’Argent

Le futur d’IAM se joue aux États-Unis: en effet, le second semestre 96 est celui de la finition du plus ambitieux projet d’IAM, son troisième album titré L’Ecole du micro d’argent. Alors que l’enregistrement est achevé, Akhenaton décide de tout revoir, de rajouter des chansons et de remixer la plupart des titres sélectionnés. Du coup, le disque est repoussé au début 97. Il ne contient aucun « Mia », pas d’hymne façon Le feu et aucune trace de galéjade. L’ambiance est sombre, épique, truffée de morceaux de bravoure (L’enfer, La saga, Nés sous la même etoile) et de titres émouvants (Petit frère, Un cri court dans la nuit).

Le disque se conclut avec un rap rageur de dix minutes, Demain c’est loin, interprété par Akhenaton et Shurik’n d’une traite, sans refrain.

Les clips des morceaux La saga et L’empire du côté obscur sont pharaoniques, titanesques. Leur budget dépasse le million de francs et les effets spéciaux de La saga, qui met en scène un monstre façon « Alien », est même une influence pour RZA, le fameux mentor du Wu-Tang!

L’Ecole du micro d’argent finira par s’écouler à plus d’un million d’exemplaires, un record absolu pour un groupe de rap.

En 1998, alors qu’IAM est invité aux Victoires de la Musique, le groupe tétanise le public de ministres, PDGs de majors et autres officiels grâce à une prestation terroriste: IAM interprète Independenza avec une cohorte de soldats cagoulés façon FLNC et marque une nouvelle fois l’histoire de cette prestigieuse cérémonie.

Intéressé par le son, Akhenaton ne veut pas se contenter de rapper mais veut aussi produire. On entend son travail sur de nombreux titres de rap français, pour des remixes ou des sons originaux avec les meilleures plumes du hip hop hexagonal.

Comme un aimant

C’est un morceau d’Ombre Est Lumière, L’aimant, qui est à l’origine du long métrage « Comme un aimant », dont Bruno Coulais co signe la musique avec Akhenaton.

Un pur tube de rap marseillais sort du lot, Belsunce Breakdown de Bouga, hit des clubs au refrain chanté par Freeman. À la fois interprète, rapper, producteur et chef d’orchestre, Akhenaton se surpasse pour ce projet hors du commun et enregistre sur la BO avec les légendes de son enfance: Isaac Hayes, Millie Jackson (qui chante en duo avec Shurik’n), Marlena Shaw, The Dells, Dennis Edwards des Temptations et Cunnie Williams.

Mais si 2000 restera à jamais l’année de « Comme Un Aimant » pour AKH et sa clique, 2001 marque le début des grandes manoeuvres pour IAM.

Avant de réactiver la machine IAM, Akhenaton lâche son second solo, Sol Invictus. Disque d’or quasi instantané, cet album spirituel évoque sur un titre les tours du World Trade Center et est masterisé le jour même de l’attentat sanglant sur les tours maudites.

A l’avant-veille du premier tour des élections présidentielles, Akhenaton donne chez lui, à Marseille, son premier concert en solo. Il y interprète les titres phares de Sol Invictus et fait monter sur scène ses amis et alliés Psy 4 De La Rime et Chiens de Paille.

Revoir un Printemps

Ce concert symbolique marque aussi la fin du cycle des collaborations et des solos: en effet, 2002 est l’année de la reconquête pour IAM.

Première étape: la sélection des instrus. Une cinquantaine de titres réalisés par les quatre concepteurs sonores du groupe (Imhotep, Akhenaton, Shurik’n, DJ Kheops) sont maquettés, puis mis bout à bout sur un DAT afin que le groupe choisisse à main levée ceux qui méritent de devenir des morceaux à part entière.

La première innovation audible sur les 17 chansons de Revoir un printemps, c’est bien sûr la prise de micro de Freeman, désormais à égalité avec ses frères d’arme AKH et Shurik’n.

« IAM n’est pas l’ANPE », résume Akhenaton pour ceux qui penseraient que l’inclusion de Malek se résume à du copinage marseillais. Depuis « Independenza », l’ex spécialiste des interludes comiques ne plaisante plus quand il s’agit de lâcher des rimes définitives.

Pour donner une dimension internationale à leur nouveau projet, IAM veut des invités américains. Redman et Method Man répondent présent à l’invitation du gang sudiste, et qui débarquent un beau jour sur la planète Mars avec des rimes de tueurs dans leur sac à dos. Deux jours et deux nuits de joutes verbales qui laissent les Marseillais avec des souvenirs éternels et un titre en béton, Noble art.

Beyoncé, de Destiny’s Child, craque sur le titre Bienvenue, qui se retrouvera en simultané sur Revoir un printemps et sur Dangerously In Love, l’album solo de la nouvelle reine du R&B. Syleena Johnson répond présent elle aussi, et apporte une touche de soul au tragique Ici ou ailleurs, chanson poignante sur le viol dont la justesse des paroles en fait un des sommets de ce disque décidément hors du commun, si loin des sentiers battus d’un rap français obsédé par les caïds en carton.

Presque quinze ans après leur cassette autoproduite Concept, IAM reste fidèle à ses rêves, à ses ambitions et à son public, gardant le même esprit combatif, le même « Mental de Viêt-Cong » et la même impétuosité pour nous livrer Revoir un printemps.

Zicactu

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de IAM


Albums

2017 Revolution
2013 IAM
2013 Arts martiens
2007 saison 5
2005 Live Au Dôme De Marseille
2003 Revoir un Printemps
1998 l’ecole du micro d’argent
1993 Ombres est Lumiere
1991 de La Planete Mars





[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]