Mois : avril 2004

50 Cent

Les clips


Biographie de 50 Cent

50-centDes pavés à la gloire, tel est le chemin atypique suivi par le rappeur américain 50 Cent. Issu des quartiers misérables de New York, le protégé d’Eminem est aujourd’hui un artiste autant reconnu et admiré par le public, que craint et haï par le milieu.

Toujours entouré de nombreux gardes du corps qui le protègent des règlements de compte, le jeune homme n’en est pas moins un artiste public très sollicité par la jeunesse américaine puis européenne. Dans la lignée d’un Tupac Shakur (assassiné par balles en septembre 1996), d’un Diddy ou autre Eminem, 50 Cent fait irrémédiablement partie intégrante du monde rap actuel.

Le Queens

Né le 6 juillet 1975 à New York, dans le quartier pauvre du Queens, le jeune Curtis Jackson part dans la vie avec de sérieux handicaps. Handicaps sociaux, familiaux et culturels qui déterminent d’emblée l’ensemble de sa vie. Impossible de sortir de la misère quand on est né noir, pauvre, et dans une famille décimée par la drogue et la violence.

Sa mère, Sabrina, dealer et héroïnomane, est abattue dans des circonstances troublantes. Le jeune Curtis n’a pas dix ans. Alors qu’il n’a jamais connu son père, il se retrouve orphelin et est pris en charge par ses grands-parents. Mais rien ne peut l’éloigner de la rue et de sa cruauté.

La drogue, il l’a toujours connue, et à douze ans, il deale déjà dans les rues de New York, fréquentant les gangsters les plus endurcis et séjournant régulièrement en prison. Il trouve parallèlement réconfort en la musique, le rap devenant dans la rue non seulement un moyen de communication, mais aussi une arme de défense. La joute oratoire fait partie du gang, et qui ne sait pas rapper n’est pas un véritable « bad boy ». L’expérience Eminem, racontée dans son film 8 Mile, en est l’illustration parfaite.

Jam Master Jay

Alors Curtis rappe, et se révèle même très doué pour ça. Il reçoit en retour respect et confiance. A dix-sept ans, ses « mixtapes » circulent rapidement sous le manteau et envahissent la rue. Il profite aussi de nombreuses soirées de fête pour se produire en public. Au milieu des années 90, il forme la G-Unit.

Lorsqu’il a vingt ans, il fait la connaissance de Jam Master Jay, du célèbre groupe Run DMC, qui le prend sous son aile et l’introduit dans le milieu du rap. Il signe alors en 1999 sur le label Columbia, jusqu’à ce qu’un premier règlement de compte le fasse exclure de cette même maison de disques.

9 balles

Victime d’une agression et blessé de neuf balles devant la maison de ses grands-parents, en plein coeur du Queens, il s’en sort, tel un miraculé mais acquiert à tout jamais l’image d’un véritable ganster-rappeur. Jam Master Jay n’aura pas sa chance, et sera abattu dans son studio en 2002. Un nom de plus sur la longue liste des victimes du rap américain.

1999 est une année charnière dans la carrière de 50 Cent. A la sortie de Power of the Dollar, le single How to Rob devient un véritable tube. Il attire ainsi l’attention du public et des médias. Désormais sur le devant de la scène, il est très convoité par les professionnels de la chanson.

Get Rich or Die Trying

Eminem, déjà célèbre, le cite en référence dans ses entrevues et participe à sa notoriété grandissante. Les deux hommes se rencontrent et sympathisent. Leur relation devient même professionnelle puisque le rappeur blanc fait participer 50 Cent à la bande originale de son film 8 Mile. Eminem lui propose finalement, avec la participation de Dr. Dre, un contrat en or sur son label Shady Records, contrat que 50 Cent ne peut refuser.

C’est sous ce label que sort en 2002 le single Wanksta, qui précède de quelques mois l’album Get Rich or Die Trying, énorme succès mondial. 50 Cent y enchaîne les tubes de In Da Club à If I Can’t en passant par 21 Questions et P.I.M.P. et nous livre un album gangsta rap de très haut niveau qui se vend à 11 millions d’exemplaires.

Parallèlement, il participe avec Tony Yayo et Lloyd Banks à la réalisation fin 2003 de l’album Beg for Mercy.

Le massacre d’une culture hip-hop

En 2005 sort le très (trop) médiatisé The Massacre qui encore une fois atteint la première place des hit-parades américains avec le très érotique Candy Shop et un Disco Inferno au clip tout aussi provocateur. La stratégie commerciale de 50 Cent plaît à une certaine partie du grand public mais alimente aussi le lot de ses détracteurs. En effet, la fausse dispute avec son coéquipier The Game en a fâché plus d’un. Une fausse guerre qui dégénère suite au meurtre tragique d’un proche de The Game devant les locaux d’une radio. De plus, suite à son « diss » envers Jadakiss, Fat Joe, Kelis et DMX, sur le morceau Piggy Bank, Curtis se met beaucoup de rappeurs à dos. Le succès lui monte à la tête…

D’autres singles sortiront, dont le très médiocre Just a Lil’ Bit et le très bon remix de Outta control avec les Mobb Deep. Puis, c’est autour de Nas, pourtant présent sur deux titres de la compilation Guess Who’s Back, d’être insulté par 50 Cent, ce dernier prétextant une entente entre Nas et The Game.

Réussir ou mourir

L’équipe G-Unit s’élargit puisque les Mobb Deep ainsi que les M.O.P. et Mase rejoignent le label, bénéficiant ainsi d’une meilleure promotion pour leurs albums, entraînant une recette conséquente.

En 2005, 50 Cent est le protagoniste du film semi-biographique « Get rich or die tryin' ». Les fanatiques du rappeurs ainsi que les amateurs de gangsta movies font de ce long métrage un succès mondial. La bande originale du film, réunissant naturellement les membres de G-Unit Records fait un carton, avec des hits envahissant les ondes comme Window Chopper ou Hustler’s Ambitionz. Un bel effort après un album d’un faible niveau.

« Réussir ou mourir » illustre bien la situation actuelle: 50 Cent est menacé de mort par Mc Griff, un mafieux incarcéré pour meurtre, dont le rappeur aurait parlé dans une de ses chansons. De ce fait, il a prévu de déléguer son poste de patron de label à son lieutenant Lloyd Banks, qui le suit toujours dans son monde de businessmen acharnés, au cas où un incident arriverait…

Côté musique, 50 Cent prépare un nouvel opus pour 2007, avec beaucoup de sonorités R&B. Un disque qui préfigure un changement de style.

Prince : Musicology


Musicology

Prince

Album CD – 2004 – Columbia

Liste des titres

:

Musicology
Illusion, Coma, Pimp & Circumstance
A Million Days
Life ‘O’ The Party
Call My Name
Cinnamon Girl
What Do U Want Me 2 Do ?
The Marrying Kind
If Eye Was The Man In Ur Life
On The Couch
Dear Mr. Man
Reflection

Anastacia : Anastacia








Anastacia
Anastacia
Album CD – 2004 – Epic

Liste des titres

:
Seasons Change
Left Outside Alone
Time
Sick and Tired
Heavy on My Heart
I Do
Welcome To My Thruth
Pretty Little Dum Dum
Sexy Single
Rearview
Where Do I Belong
Maybe Today

Shakira : Live and Off The Record

Shakira  Live and Off The Record
Live and Off The Record

Shakira

DVD – 2004 – Sony Music

Liste des titres

:

Ojos asi
Si te vas
Ciega, sordomuda
The One
Mongoose & Snake (Interlude)
Back In Black
Rules
Inevitable
Estoy aqui
Underneath Your Clothes
Octavo dia
Ready For The Good Times

Poem To A Horse
Band Introductions (Interlude)
Objection (Tango)
Whenever, Wherever

CD2 CD Audio Live :

Ojos asi
Si te vas
Underneath Your Clothes
Ciega, sordomuda
The One
Back In Black

Poem to a Horse
Objection (Tango)
Whenever, Wherever

Nelly Furtado : Folklore


Folklore

Nelly Furtado

Album CD – 2003 – Polydor

Liste des titres

:

One-trick Pony
Powerless (Say What You Want)
Explode
Try
Fresh Off The Boat
Força
Grass Is Green
Picture Perfect
Saturdays
Build You Up
Island of Wonder
Childhood Dreams

Raphael : La réalité

La réalité

Raphaël

Album CD – 2003 – Capitol Records, Inc.

Liste des titres

:

Comme un homme à la mer
Ô Compagnon
Il ira loin
La mémoire des jours
Il y a toujours
Au temps des colonies
Être Rimbaud
1900
Sur la route (avec Jean-Louis Aubert)
La réalité
Des mots
Suivez la musique

Pink Floyd : The Final Cut (réédition)

The Final Cut (réédition)

Pink Floyd

Album CD – 2004 – EMI

Pink Floyd ressort The Final Cut en version remasterisée, 20 ans après la sortie de l’original en 1983. Cet album très orienté politiquement est un ensemble de titres pesants et mélancoliques. Le tout sur une thématique axée sur les ravages des guerres, dans le plus pur style Pink Floyd.

Dès le premier titre du CD, une atmosphère grave envahit nos oreilles. On a l’impression de traverser un champ dévasté, interminable où défilent les images des films de guerres.

En parcourant l’album, on ressent cette hantise d’une enfance à moitié orpheline qui n’a pas compris le pourquoi du départ d’un père mort si jeune sur les champs de bataille. Ecrit en mémoire de son père, Roger Waters parvient à faire partager ses sentiments et émouvoir jusqu’au plus profond de soi-même.

L’auteur des textes n’hésite pas à s’en prendre aux Thatcher, Brezhnev et autres Begin. On sent dans tous les titres une révolte contre ceux qui jouent avec le destin de la planète dans leurs décisions dévastatrices. L’accompagnement musical grave et puissant appuie ce sentiment. Le son spatial vous prend aux tripes, et les bruitages offrent une atmosphère inouïe à cet album. Bref, un opus extraordinaire de la première à la dernière note, où les cris de colères succèdent à l’incompréhension et la désolation.

On ne peut s’empêcher de faire un lien entre cette année commémorative du débarquement de Normandie et la réédition de The Final Cut. Hasard ou volonté ? Le poids politique dont il est empli laisse libre place à quelques doutes dans les circonstances actuelles au Moyen-Orient.

Un album profondément triste, personnel et politisé, à conseiller tant aux novices qui veulent découvrir Pink Floyd qu’aux grands fans. À noter pour ces derniers When The Tigers Broke Free en titre bonus remasterisé, qui vaut le détour.

zicactu.com

Liste des titres

:

The Post War Dream
Your Possible Pasts
One of The Few
When The Tigers Broke Free
The Hero’s Return
The Gunner’s Dream
Paranoid Eyes
Get Your Filthy Hands Off My Desert
The Fletcher Memorial Home
Southampton Dock
The Final Cut
Not Now John
Two Suns in The Sunset

Alien Ant Farm : Truant








Truant
Alien Ant Farm
Album CD – 2003 – Dreamworks

Liste des titres

:
1000 Days
Drifting Apart
Quiet
Glow
These Days
Sarah Wynn
Never Meant
Goodbye
Tia Lupe
Rubber Mallet
S.S. Recognize
Hope

The Rasmus : Peep


Peep

The Rasmus

Album CD – 1996 – Warner Music Finland

Liste des titres

:
Ghostbusters
Postman
Fool
Shame
P.S
Julen Är Här Igen
Peep
Frog
Funky Jam
Outflow
Myself
Life 705
Small

Oxmo Puccino: Le cactus de Sibérie

Le cactus de Sibérie

Oxmo Puccino

Album CD – 2004 – Delabel

Trois ans après L’amour est mort, Oxmo Puccino nous livre son troisième opus: Le cactus de Sibérie. Personnage à part dans le milieu du hip-hop et « lyriciste » hors pair, il évite une fois de plus tous les écueils du rap français et nous livre un album d’exception.

Comme d’habitude, les thèmes abordés l’ont rarement été auparavant. Laisse-moi fleurter évoque le plaisir de la tendresse et, plus généralement, le bonheur de profiter de l’instant présent. Mes fans est un morceau dédié à son public, ce qui est encore très rare dans le rap.

Oxmo nous gratifie aussi d’un Arrivé sur Terre qui pose la large question du sens de la vie. On peut également souligner Black Desperado, dans lequel il part à la rescousse d’un rap français ligoté et mal en point. Avec le talent de conteur qu’on lui connaît.

Côté lyrics, c’est encore une fois du travail d’artiste. Des rimes inattendues se mêlent à des métaphores inspirées, superbement servies par le flow si particulier du rappeur. Musicalement, Oxmo Puccino a su bien s’entourer avec, entre autres, DJ sek, Alsoprodby, Jonxmoke et Diesel. Les productions sont impeccables et malgré des sons très différents, l’ensemble reste cohérent.

K. Reen et Kool Shen sont les invités de l’album. La première sur Nous aurions pu qui évoque la séparation, (« Je pars avant l’heure où l’homme commence à mentir. Lorsque l’aiguille penche entre le meilleur et le pire ») sur une très belle mélodie signée Jonxmoke. Kool Shen et Ox se répondent dans un duo très efficace traitant de l’aspect nuancé de la réalité qui se trouve entre Un flingue et des roses.

Et puis l’album se conclut sur deux morceaux réjouissants, surtout pour les aficionados du rap. Parallèles avec un scénario à la manière des classiques Pucc Fiction ou Mr Puccino, sur une instru électro signée Sebb. Et enfin l’hardcore Warriorz qui met en lumière les talentueux protégés d’Ox: le célèbre Bauza et Mam’s Maniolo.

Le cactus de Sibérie est donc un album soigné, travaillé et un futur classique pour les admirateurs de l’artiste. On l’écoute et on le réécoute toujours avec le même plaisir et en découvrant à chaque fois de nouvelles subtilités.

Zicactu

Liste des titres:

Intro
Le cactus de Sibérie
On danse pas
Black Desperado
La nuit m’appelle
Mon pèze
Toucher l’horizon
Laisse-moi fleurter
Mes fans
Nous aurions pu (avec K. Reen)
Arrivé sur Terre
L’amour est mort, mets…
Un flingue et des roses (avec Kool Shen)
Parallèles
Warriorz

Metallica : St Anger


St Anger

Metallica

Album CD – 2003 – Elektra Records

Liste des titres

:

Frantic
St. Anger
Some Kind of Monster
Dirty Window
Invisible Kid
My World
Shoot Me Again
Sweet Amber
Unnamed Feeling
Purify
All Within My Hands

Boulevard

BoulevardBoulevard

St Germain

Album CD – 1996 – F Communications

Liste des titres

:

Deep In It
Thank U Mum (4 Everything You Did)
Street Scene (4 Shazz)
Easy To Remember
Sentimental Mood
What’ S New ?
Dub Experience II
Forget It

Oxmo Puccino : Opéra Puccino


Opéra Puccino

Oxmo Puccino

Album CD – 1998 – Delabel

Liste des titres

:

Visions de vie
Black mafioso (interlude)
Hitman
Qui peut le nier ?
Peur noire
L’enfant seul
Alias Jon Smoke
Peu de gens le savent (interlude)
Amour & jalousie
24 Heures A Vivre (feat. Akhenaton, Freeman, Le Rat Luciano, Pit Baccardi)
Sacré samedi soir
Le jour où tu partiras (feat. K-Reen)
Sortilège
Black Cyrano de Bergerac (interlude)
Mensongeur (feat. K-Reen)
La lettre (Tant de choses à dire) (Feat. Freeman)
La loi du point final (feat. Lino)
Mourir 1000 fois