Mois : janvier 2006

Diam’s : Dans ma bulle


Dans ma bulle

Diam’s

Album CD – 2006 – Hostile Records

Liste des titres

:

La Boulette
Introduction – Dans Ma Bulle
Ma France A Moi
Feuille Blanche
Jeune Demoiselle
Car Tu Portes Mon Nom
Marine
Dans Ma Bulle
Par Amour
Big Up
Confessions Nocturnes
T.S.
Petite Banlieusarde

Alanis Morissette : The Collection







alanis-morissette-collection
The Collection
Alanis Morissette
Compilation – 2005 – WEA

Liste des titres

:
Thank You
Head Over Feet
8 Easy Steps
Everything
Crazy
Ironic
Princes Familiar
You Learn
Simple Together
You Oughta Know
That I Would Be Good
Sister Blister
Hands Clean
Mercy
Still
Uninvited
Let’s Do It (Let’s Fall In Love)
Hand In My Pocket

Emmanuel Moire : là ou je pars

Les clips de Emmanuel Moire : là ou je pars


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »631″]






là ou je pars
Emmanuel Moire
Album CD 2006 Warner

Liste des titres

:
Celui Que J’Etais
Le Sourire
Je Vis Deux Fois
Là Où Je Pars
ça Me Fait Du Bien
Rien Ni Personne
La Femme Qu’Il Me Faut
La Fin
Si C’Etait ça La Vie
Plus Que Jamais
Merci – Duo Avec Claire Joseph
Le Sourire [acoustique]
Si C’Etait ça La Vie [Acoustique]
Compter Sur Moi – Acoustique

Toto

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= » Clips & Biographie »]

Les Clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »1062″]

Biographie de Toto


Toto s’est formé en Californie en 1978, sous l’impulsion des frères Porcaro et de copains musiciens. Trois d’entre eux s’étaient déjà rencontrés à l’occasion de l’enregistrement du disque « Silk Degrees » de Boz Scaggs.

Le casting original était constitué de David Paich (claviériste et chanteur), Steve Porcaro (claviériste et chanteur), Jeff Porcaro (percussionniste), David Hungate (bassiste), Bobby Kimball (chanteur) et Steve Lukather (guitariste).

Plusieurs hypothèses circulent au sujet du nom du groupe. Il serait inspiré du film Le magicien d’Oz ou de l’orthographe du vrai nom de famille de Kimball (Toteaux)…

Hold The Line

Toto publie un premier album éponyme en 1978, dont sont extraits les succès Hold The Line et Georgy Porgy mais aussi l’hymne rock et symphonique Child’s Anthem. D’entrée, les Californiens impressionnent par leur technique musicale et leur grande maturité. On ne passe pas autant d’heures en studio à accompagner les plus grands sans en tirer les fruits… Plus de deux millions d’exemplaires sont ainsi vendus.

Néanmoins, les deux albums suivants de Toto ont moins de succès. Il s’agit de Hydra (1979), très sombre car composé en grande partie par David Paich suite au décès de son père, et de Turn Back en 1981. Certains des titres les composant sont cependant devenus des classiques de leur répertoire: Hydra, Mama, Gift With A Golden Gun, English Eyes.

Rosanna

Complètement hors mode, les Américains vont cependant prendre une éclatante revanche ! En 1982 sort Toto IV, qui comprend une demi-douzaine de singles et surtout deux énormes tubes: Africa et Rosanna. Ce dernier est dédié à l’actrice Rosanna Arquette, ancienne compagne de Lukather. Un fabuleux opus récompensé à six reprises aux Grammy Awards ! Cette année-là, seul Michael Jackson fait mieux avec Thriller, auquel participe d’ailleurs plusieurs musiciens de Toto ! Année faste…

Malgré toutes ces récompenses, Toto devient le groupe le plus détesté du paysage musical américain. Ils vont très vite se tourner vers d’autres cieux, plus cléments. C’est donc en Europe et au Japon que le groupe va gagner en popularité. Après quelques changements de line-up -les départs de Bobby Kimball et David Hungate remplacés respectivement par Fergie Frederiksen et Mike Porcaro, le frère de Jeff et Steve-, paraît l’album Isolation (1984).

Succès mitigé surtout pour Fergie qui ne fait qu’un petit tour puis s’en va… Toto accueille alors dans ses rangs le chanteur Joseph Williams, fils du compositeur John Williams.

Pamela

En 1985, les musiciens de Toto participent à l’enregistrement de la chanson caritative We Are The World et composent la musique du film Dune.

En 1988 sort l’un de leurs albums les plus aboutis de la décennie. The Seventh One, avec des arrangements parfaits et des orchestrations impeccables. Il comporte deux gros succès: Stop Loving You et Pamela.

Toto doit toutefois se trouver un nouveau vocaliste car Joseph Williams est à son tour confronté à des problèmes de drogue. Sous la pression de sa maison de disques, le groupe engage le sud-africain Jean-Michel Byron. Celui ci ne s’acclimatera jamais aux méthodes de travail de ce groupe si particulier et n’apparaît que sur quelques titres du Greatest Hits qui paraît en 1990.

Disparition de Jeff Porcaro

Steve Lukather sort son premier album solo à cette période et Toto décide de lui confier le micro à l’avenir. Un futur qui passe par un nouvel album, Kingdom Of Desire, en 1993. Une nouvelle tournée mondiale est programmée mais alors qu’elle doit débuter, Jeff Porcaro meurt foudroyé par une rupture d’anévrisme. Les autres membres pensent un instant à tout arrêter puis décident finalement de faire une dernière tournée en son hommage. Jeff est remplacé par Simon Phillips.

Après une légitime période de flottement, Toto poursuit finalement sa route et publie Tambu, en 1995, premier album depuis la mort de Jeff Porcaro, avec le single I Will Remember.

En 1998, Toto fête vingt ans de carrière avec une compilation d’inédits, Toto XX: 1977-1997, dont est extraite le titre Goin’ Home. Pour l’anecdote, celui-ci aurait dû figurer sur la bande originale de « Top Gun », remplacé au dernier moment par Take My Breath Away.

L’année suivante arrive Mindfields suivi du live Livefields.

Trough The Looking Glass

A des années lumière de leurs petites ballades commerciales des débuts, les Californiens se font désormais plaisir et le rock est un maître mot dans une oeuvre majeure. Quitte à se faire du bien, autant saluer tous ceux qui les ont influencés ou qu’ils ont aimés. C’est ce qu’ils font en 2002 avec Trough The Looking Glass, un disque de reprises comme celle de Could You Be Loved de Bob Marley. La tournée qui suit est gravée sur le Live In Amsterdam, en CD et DVD.

Il faut ensuite patienter jusqu’au début de l’année 2006 pour faire connaissance avec Falling In Between, disque publié sur un petit label (!), sans véritable promotion, mais qui marque le retour de Joseph Williams sur un titre et de Steve Porcaro aux claviers.

Steve Lukather déclare en 2015 :

« On a été le groupe le plus haï des États-Unis, mais aujourd’hui ça va mieux. On a débuté en même temps que l’émergence du punk et les anciens journalistes, qui adoraient ça, nous détestaient. On a subi énormément de cruauté, certains ont écrit à l’époque que nos parents auraient dû être stérilisés, comme ça, on ne serait jamais nés pour faire cette musique de merde. Ce genre de trucs tellement vicieux et gratuit »

L’ex-bassiste de Toto, Mike Porcaro, frère des deux co-fondateurs du groupe Jeff et Steve, est mort dimanche 15 mars 2015. Le musicien était atteint de la maladie de Charcot depuis huit ans.

Le 20 octobre 2019, la formation assure un ultime concert à Philadelphie, et Steve Lukather annonce une probable dissolution du groupe sous sa forme actuelle.
Il déclare à ce propos :

« Je ne connais pas l’avenir, mais je sais que ce sera la fin de cette configuration de Toto ».
Le guitariste ajoute « qu’il a passé sa vie entière sur la route » que les membres du groupe sont « vraiment fatigués ».

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Toto

Albums
2015 : Toto XIV
2006 : Falling in Between
2002 : Through the Looking Glass
1999 : Mindfields
1995 : Tambu
1992 : Kingdom of Desire
1988 : The Seventh One
1986 : Fahrenheit
1984 : Isolation
1984 : Dune
1982 : Toto IV
1981 : Turn Back
1979 : Hydra
1978 : Toto

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Live in Japan 2002

Live in Japan 2002Live in Japan 2002

Simple Plan

Album CD – 2003 – Lava / Warner

Liste des titres

:

You Don’t Mean Anything
The Worst Day Ever
Grow Up
American Jesus
I’m Just A Kid

Titres Bonus :

Addicted
Vacation
Surrender

The Rasmus

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »487″]

Biographie de The Rasmus


The Rasmus est un quatuor finlandais formé en 1994. Beaucoup ont découvert le hard rock FM de The Rasmus récemment avec la sortie de leur album Dead Letters en 2003.
Les tubes In The Shadows et Guilty en sont responsables.
Pourtant, les débuts de leurs péripéties discographiques remontent déjà à 1996, année de la parution de leur premier opus, Peep.
Révélés dès lors comme de jeunes stars en herbe dans leur contrée natale, les Rasmus ont su progressivement prouver qu’ils avaient tout d’une formation d’envergure internationale.
[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de The Rasmus

Albums
2017 Dark Matters
2012 The Rasmus
2009 Best of 2001-2009
2008 Black Roses
2005 Hide From The Sun
2004 Dead Letters
2004 Hellofacollection
2001 Into
1988 Hell of a Tester
1997 Playboys
1996 Peep

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

No Pads, No Helmets… Just Balls

No Pads, No Helmets... Just BallsNo Pads, No Helmets… Just Balls

Simple Plan

Album CD – 2002 – Lava / Warner

Liste des titres

:

I’d Do Anything
The Worst Day Ever
You Don’t Mean Anything
I’m Just A Kid
When I’m With You
Meet You There
Addicted
My Alien
God Must Hate Me
I Won’t Be There
One Day
Perfect
Grow Up

M. Pokora :Player


Player

M. Pokora

Album CD – 2006 – ULM

Liste des titres

:

De retour (feat. Tyron)
Player
Oh la la la (sexy miss) (feat. Red Rat)
Ce soir je lui dis tout
Mal de guerre
L’enfer du samedi soir (feat. Zoxea)
Interlude (Cynthia)
Cynthia
STP
Cette fille
Regarde maman
Bonus: Oh (Ciara feat M. Pokora)

Pour être libre

Pour être librePour être libre

Lââm

Album CD – 2005 – BMG

Liste des titres

:

Je ne suis pas d’ici
Pour être libre
Petite soeur
On se ressemble
Enfant du monde
Elle est toujours là
Problème d’identité
Si les femmes menaient le monde
Breathe In Breathe Heart
Fais de moi ce que tu veux
Ce n’est que pour toi
Tu es d’un chemin
On pardonne
Ce qui nous manque de toi
Interlude
Les fous du volan
On m’appelle Lââm
Bonus: Love’s In The House Tonight

Still Not Getting Any

Still Not Getting AnyStill Not Getting Any

Simple Plan

Album CD – 2004 – Lava / Warner

Liste des titres

:

Shut Up!
Welcome To My Life
Perfect World
Thank You
Me Against The World
Crazy
Jump
Everytime
Promise
One
Untitled

The Rasmus : Dead Letters


Dead Letters

The Rasmus

Album CD – 2003 – Playgroundmusic

Liste des titres

:
First Day Of My Life
In The Shadows
Still Standing
In My Life
Time To Burn
Guilty
Not Like The Other Girls
The One I Love
Back In The Picture
Funeral Song

Yes

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


Biographie de Yes

yes-1
Groupe mythique du rock progressif, Yes se forme en 1968 à Birmingham, en Angleterre. Composée initialement de Jon Anderson (chant), Peter Banks (guitare), Chris Squire (basse), Tony Kaye (claviers) et Bill Bruford (batterie), la formation joue en fin d’année 1968 en première partie du concert d’adieu de Cream au Royal Albert Hall de Londres. Yes épate la galerie.

Un an plus tard, au même endroit, le groupe ouvre pour Janis Joplin. Une prestation remarquée qui leur permet, peu de temps après, de signer un contrat avec Atlantic Records. Le groupe publie ensuite le single Sweetness, extrait de leur premier album éponyme (1969). Peter Banks s’en va, remplacé par Steve Howe (ex The Syndicats).

Fragile

Première grosse livraison avec The Yes Album en 1971. Entre rock symphonique et musique classique, la voix aérienne de Jon Anderson plane sur les grandes envolées lyriques de Yes. Ce disque est considéré à juste titre comme l’un de leurs chefs-d’oeuvre. Les titres Starship Trooper, Yours Is No Disgrace et Perpetual Change passent à la postérité.

Rick Wakeman prend ensuite la place de Tony Kaye aux claviers. En 1972 paraît Fragile avec le légendaire Roundabout, suivi d’une triomphale tournée américaine de plus de cinquante dates.

Yessongs

Close To The Edge arrive également en 1972 avec quelques sonorités jazz habilement incorporées. Le batteur Bill Bruford rejoint le grand rival King Crimson et Rick Wakeman commet son premier album solo, The Six Wives of Henry VIII.

Le triple album live Yessongs sort en 1973 et confirme le phénomène. Tales From Topographic Oceans (1974), paru dans la foulée, marque la fin d’un premier cycle. Celui qui a ouvert la voie à d’autres grands noms du genre comme Genesis ou King Crimson.

Trevor Horn

Le reste de la décennie n’est qu’une succession de déceptions, Yes n’étant plus que l’ombre de lui-même. Ce groupe né de la rencontre entre d’anciens membres de diverses formations restées obscures connaît encore d’incessants changements de casting. C’est ainsi que Rick Wakeman est remplacé par le Suisse Patrick Moraz (ex Refugee) durant l’été 1974 pour mieux revenir en 1976.

Rebelote en 1980: Rick Wakeman et Jon Anderson quittent le groupe qui accueille deux nouvelles têtes: Trevor Horn et Geoff Downes (The Buggles). Cependant, les ventes ne cessent de décliner et Yes se sépare en 1981…

90125

Pour mieux se reformer en 1983 ! C’est Trevor Horn qui prend l’affaire en main et réunit Squire, White, Anderson, Kaye et le guitariste sud-africain Trevor Rabin. L’album prend le nom de son numéro de référence dans les catalogues des disquaires, 90125, et c’est un énorme carton partout sauf en Angleterre !

Le single Owner Of A Lonely Heart compte parmi l’un des premiers gros tubes des radios rock fm, bien servi par une vidéo étonnante. Autre succès avec It Can Happen, puis c’est une tournée marathon qui est organisée.

En 1987, nouvel opus avec Big Generator qui est un terrible échec commercial. Cerise sur le gâteau: de longues batailles juridiques vont s’engager pour conserver l’usage du nom du groupe, notamment entre Bruford et Anderson.

Union

Réunie autour du charismatique Jon Anderson, la formation originale, après avoir envisagé de se rebaptiser No (!), se retrouve toutefois dans les années 90 pour quelques albums renouant avec le style des débuts. Citons, entre autres, le bien nommé Union (1991) et The Ladder (1999).

En 1994, l’orchestre philharmonique de Londres rend hommage à ce groupe incontournable du rock en reprenant quelques-unes de leurs plus belles chansons. Le groupe publie alors Talk (1994) mais sans plus de réussite.

Néanmoins, malgré les nombreuses escapades en solo ou infidélités de ses différents protagonistes, Yes continue de tourner. Un DVD live, House Of Yes, sort en 2000, puis c’est un nouvel album qui voit le jour en 2001, Magnification.

Pete Banks était le guitariste du groupe Yes, fondé en 1968. Peu après sa mort, le 7 mars 2013 à Londres, ses anciens comparses ont tenu à lui rendre hommage.

« Nous sommes profondément touchés par la disparition de notre ami Peter Banks, également membre fondateur de notre groupe. Il avait donné une grande part de son identité à Yes et il nous manquera énormément. Nous adressons nos prières à lui et sa famille. »

Pete Banks avait 65 ans.

Chris Squire bassiste et fondateur du groupe est mort, à l’âge de 67 ans le dimanche 28 juin 2015.
Chris Squire a fondé le groupe Yes en 1968 avec le chanteur Jon Anderson. Depuis, une vingtaine d’albums sont parus, dont « The Yes Album » et « Fragile » en 1971, « Close to the Edge » ou encore « Relayer » en 1974, qui font figure de classiques dans le registre.

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Yes

Albums
2018 : Fly from Here Return Trip
2014 : Heaven & Earth
2011 : Fly from Here
2001 : Magnification
1999 : The Ladder
1997 : Open Your Eyes
1997 : Keys to Ascension 2
1996 : Keys to Ascension
1994 : Talk
1991 : Union
1987 : Big Generator
1983 : 90125
1980 : Drama
1978 : Tormato
1977 : Going for the One
1974 : Relayer
1973 : Tales from Topographic Oceans
1972 : Close to the Edge
1971 : Fragile
1971 : The Yes Album
1970 : Time and a Word
1969 : Yes

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Dites au prince charmant

Dites au prince charmantDites au prince charmant

Lio

Album CD – 2006 – Recall

Liste des titres

:

Vieil ami
Les hommes me vont si bien
Dites au prince charmant
Le même sourire
Light
Attend ou va-t’en
La fin du monde
Dans les bras d’un enfant
L’âge des saisons
Hall de gare
L’étendue des dégâts
Mon bébé
Bonus: Sacré coeur
Bonus: L’objet du litige

A-ha : Analogue







a-ha_analogue
Analogue
A-ha
Album CD – 2005 – Polydor

Liste des titres

:
Celice
Don’t Do Me Any Favours
Cosy Prisons
Analogue
Birthright
Holy Ground
Over The Treetops
Halfway Through The Tour
A Fine Blue Line
Keeper Of The Flame
Make It Soon
White Dwarf
The Summers Of Our Youth

Morcheeba : The Platinum Collection








The Platinum Collection
Morcheeba
Album CD – 2006 – East West

Liste des titres

:
World Looking In
Let Me See
Shoulder Holster
Part Of The Process
Blindfold
Moog Island
Way Beyond
Fragments Of Freedom
Otherwise
The Sea
Trigger Hippie
Love Sweet Love
Friction
A Well Deserved Break

Neil Young

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= » Clips & Biographie »]

Les Clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »1080″]

Biographie de Neil Young


C’est à Toronto, au Canada, que Neil Young, fils de journaliste sportif, voit le jour le 12 novembre 1945. Neil apprend la guitare dès l’adolescence. Elevé au son des grands du rock comme Bill Haley ou Elvis Presley, il commence par jouer dans des groupes locaux. En 1966, il s’exile à Los Angeles avec son ami, le bassiste Bruce Palmer. Sur place, il fonde le groupe Buffalo Springfield avec Stephen Stills et Richie Furay.

Cinnamon Girl

Une aventure de deux ans, puis Neil Young se lance en solo. Il sort en 1969 un premier album acoustique et éponyme qui passe inaperçu. La même année paraît Everybody Knows This Is Nowhere, qui contient des titres tels que Cinnamon Girl, Down By The River ou encore Cowgirl in the Sand. Neil Young décroche un disque d’or. Ses musiciens s’appellent The Rockets et se rebaptisent ensuite Crazy Horse. Parallèlement, il fait aussi partie du célèbre quatuor Crosby, Stills, Nash & Young.

Harvest

Avec son troisième album, After the Gold Rush, paru en 1970, Neil Young se fait connaître dans tous les États-Unis. Sa voix nasillarde, ses mélodies puissantes et sa poésie rurale interpellent l’Américain moyen. Il n’est pas non plus sans évoquer Bob Dylan. Mais la consécration est pour 1972 grâce à l’album Harvest, vendu à trois millions d’exemplaires. Le single Heart of Gold est certifié disque d’or au bout d’une semaine. Entre folk et country, il devient une vraie superstar outre-Atlantique.

Déprime

L’année 1973 est pourtant dramatique: Danny Whitten, le guitariste et meilleur ami de Neil Young, meurt d’une overdose. L’album Tonight’s The Night (1975), à l’atmosphère très sombre, lui sera dédié. En pleine dépression, le chanteur n’est plus que l’ombre de lui même, complètement meurtri. Même ses plus fidèles fans sont déroutés comme en témoigne l’échec du live Time Fades Away (1973).

Dans les années suivantes, Neil reprend peu à peu goût à la vie et tente de se soigner par la musique comme dans On The Beach en 1974. Mais le destin le rattrape très vite: son fils né quelques années auparavant souffre d’autisme. Alors, tant bien que mal, il survit, publie Zuma puis retrouve Stephen Stills le temps d’une tournée à deux et réunit les temps forts de dix ans de carrière dans Decade (1977).

Au début des années 80, toujours aussi perturbé, Neil Young enregistre Hawks & Doves puis Re-ac-tor en 1981 et Trans en 1983. Jusqu’au début des années 90, il essaie de se reconstruire et multiplie les expériences musicales, entre électronique, rockabilly, country et rhythm & blues… Il collabore avec Waylon Jennings et Willie Nelson, puis renoue avec le folk et les Crazy Horse pour Ragged Glory en 1990.

Philadelphia

Avec l’album Arc Weld, enregistré en public en 1991, les choses s’arrangent enfin. Les fans reviennent et lui font un triomphe à l’occasion de ces retrouvailles. Il retrouve aussi les Stray Gators pour Harvest Moon (1992), la suite du légendaire Harvest, enregistré vingt ans plus tôt.

L’année suivante, il enregistre un Unplugged de fort belle facture et signe une poignante composition pour la musique du film Philadelphia. Un nouveau best of, Lucky Thirteen (1993), résume une oeuvre devenue majeure.

Kurt Cobain

Très affecté par le suicide de Kurt Cobain, le leader de Nirvana, qui cite l’une de ses phrases dans sa lettre d’adieu, Neil Young lui dédie le déchirant Sleeps With Angels en 1994.

Il édite Sleeps With Angels (1994) aux côtés des Crazy Horse, tourne ensuite en compagnie de Pearl Jam (album commun Mirror Ball en 1995) et réalise la bande originale du film Dead Man (1996). La fin des années 90 marque la réédition des premiers albums de Buffalo Springfield.

A la fin de l’année 2001, Neil Young fait partie des stars qui se mobilisent afin de recueillir des fonds pour les victimes des attentats de New York. Il se produit ainsi lors du concert baptisé « America – A Tribute To Heroes ». Un nouveau millénaire qu’il entame aussi par de nouveaux disques, Silver and Gold, Road Rock, Are You Passionnate ? et par une tournée de reformation en compagnie de Crosby, Stills & Nash.

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Neil Young

Albums
2020: The Times
2020: Homegrown -Originellement enregistré en 1975
2019: Colorado
2017: The Visitor
2016: Peace Trail
2015: The Monsanto Years
2014: A Letter Home
2014: Storytone
2012: Americana
2012: Psychedelic Pill
2010: Le Noise
2009: Fork in the Road
2007: Chrome Dreams II
2006: Living with War
2006: Living with War: In the Beginning
2005: Prairie Wind
2003: Greendale
2002: Are You Passionate?
2000: Silver & Gold
1996: Broken Arrow
1995: Mirror Ball
1994: Sleeps with Angels
1992: Harvest Moon
1990: Ragged Glory
1989: Eldorado,
1989: Freedom
1988: This Note’s for You
1987: Life
1986: Landing on Water
1985: Old Ways
1983: Everybody’s Rockin’
1982: Trans
1981: Re-ac-tor
1980: Hawks & Doves
1979: Rust Never Sleeps
1978: Comes a Time
1975: Tonight’s the Night
1975: Zuma
1974: On the Beach
1972: Harvest
1970: After the Gold Rush
1969: Everybody Knows This Is Nowhere
1968: Neil Young

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Suzanne Vega

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »394″]

Biographie de Suzanne Vega

Suzanne VegaNée à Santa Monica le 11 juillet 1959, Suzanne Vega porte le nom de son beau-père, un écrivain portoricain épousé en secondes noces par sa mère. Avec eux, elle quitte la côte ouest des États-Unis pour aller à New York alors qu’elle n’a que deux ans et demi.

Une dizaine d’années plus tard, elle commence à jouer de la guitare pour les beaux yeux de ses jeunes frères et soeurs. C’est alors qu’elle découvre de vieux disques de folk ayant pour auteur Dylan, Cohen et Woody Guthrie. Tout en poursuivant ses études, elle joue dans les clubs de Greenwich Village pour se faire un peu d’argent de poche.

Marlene On The Wall

Epaulée par Steve Addabbo et Lenny Kaye, le guitariste de Patti Smith, elle signe son premier contrat chez A & M. Imprégnée de la culture folk, Suzanne Vega sort un premier album éponyme en 1985. Il comprend notamment Marlene On The Wall qui est pour le moins autobiographique. C’est en effet quelque part le film de son adolescence.

Deux ans plus tard, elle publie Solitude Standing remarqué pour les morceaux Tom’s Diner et surtout Luka qui raconte l’histoire d’un enfant martyrisé. Une ambiance un peu tristounette mais qui n’empêche pas ces deux titres de devenir des tubes énormes et permettent à Suzanne Vega de s’exporter. La chanson titre connaît aussi un joli parcours dans les hit-parades du monde entier. La relève de la folk féminine semble assurée.

Days Of Open Hand

En 1990, Suzanne Vega édite Days Of Open Hand, précédé du single Book Of Dreams. Un autre morceau, Tired Of Sleeping, en est extrait mais le succès est mitigé par rapport au précédent opus. Elle revient néanmoins en grâce par le biais d’un groupe de rap anglais, DNA, qui sample son Tom’s Diner et en fait un nouveau tube.

1992 est une année charnière pour Suzanne. Elle rencontre Mitchell Froom, le producteur de Los Lobos et d’Elvis Costello, et tombe sous le charme. Mitchell réalise pour elle 99.9 F° en 1992, un album folk futuriste. La voix sombre et la force des textes de Suzanne font d’elle l’équivalent féminin de Leonard Cohen. Quelques temps après, Suzanne et Mitchell se passent la bague au doigt.

Il faut ensuite patienter jusqu’en 1996 pour que la chanteuse revienne avec l’album Nine Objets of Desire, également produit par son époux.

Tried and True

Suzanne Vega fait son retour avec la compilation Tried and True, qui comprend deux inédits et près d’une demi-heure de live enregistrée en Belgique en juillet 1999.

En 2001, elle publie l’excellent Songs In Red And Gray. Celui-ci évoque plutôt la séparation et est savamment orchestré par Rupert Hine, qui remplace son mari-producteur dont elle s’est séparée en 1998.

Après avoir fait don de sa chanson Luka pour les besoins d’une compilation caritative, la chanteuse publie un nouveau best of, Retrospective, en 2003.

ci-dessous les paroles de Luka qui hélas risques d’être intemporelles…

My name is Luka
Je m’appelle Luka
I live on the second floor
Je vis au second étage
I live upstairs from you
Je vis au-dessus de toi
Yes I think you’ve seen me before
Oui je pense que tu m’as déjà vu auparavant

If you hear something late at night
Si tu entends quelque chose tard dans la nuit
Some kind of trouble some kind of fight
Un certain désordre un certain combat
Just don’t ask me what it was (x3)
Surtout ne me demande pas ce que c’était (x3)

I think it’s because I’m clumsy
Je pense que c’est parce que je suis maladroit
I try not to talk too loud
J’essaye de ne pas parler trop fort
Maybe it’s because I’m crazy
Peut-être que c’est parce que je suis fou
I try not to act too proud
J’essaye de ne pas agir trop fièrement

They only hit until you cry
Ils frappent seulement jusqu’à ce que tu pleures
And after that you don’t ask why
Et ensuite tu ne poses plus de questions
You just don’t argue anymore (x3)
Tu n’essaies même plus d’argumenter (x3)

Yes I think I’m okay
Oui je pense que ça va aller
I walked into the door again
Je me suis encore cogné contre la porte
Well, if you ask that’s what I’ll say
Du moins, si tu demandes c’est ce que je dirai
And it’s not your business anyway
Et ce ne sont pas tes affaires de toute façon
I guess I’d like to be alone
Je suppose que j’aimerais être seul
With nothing broken, nothing thrown
Sans rien de cassé, rien de jeté

Just don’t ask me how I am (x3)
Seulement ne me demande pas comment je me sens (x3)

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Suzanne Vega

Albums
2016 : Lover, Beloved: Songs from an Evening
2014 : Tales from the Realm of the Queen of Pentacles
2007 : Beauty & Crime
2001 : Songs in Red and Gray
1996 : Nine Objects of Desire
1992 : 99.9F°
1990 : Days of Open Hand
1987 : Solitude Standing
1985 : Suzanne Vega

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Charlotte Gainsbourg: 5:55







5-55_cover_s200
5:55
Charlotte Gainsbourg
Album CD-2006

Liste des titres

:
5:55
AF607105
The Operation
Tel Que Tu Es
Beauty Mark
Little Monsters
Jamais
Night-Time Intermission
Everything I Cannot See
Morning Song

Marillion

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »401″]

Biographie de Marillion

Marillion est un groupe britannique fondé à Aylesburry, en 1979. Le nom de la formation s’inspire du livre « Silmarillion » de J.R.R. Tolkien, l’auteur du « Seigneur des Anneaux ». Reprenant les grands ingrédients du rock progressif des années 70 avec des sonorités modernes, il s’impose vite comme un digne successeur des grands noms du genre tels que Genesis, Yes ou King Crimson.

Garden Party

Cette formation emmenée par le charismatique chanteur au look de bûcheron, Fish, comporte dans ses rangs le guitariste Steve Rothery, les bassistes Doug Irvine et Diz Minnitt, le claviériste Brian Jelliman et le batteur Mick Pointer. Très vite, Mark Kelly et Pete Trewavas remplacent Brian Jelliman et Diz Minnitt.

Marillion sort son premier album en 1983, Script For A Jester’s Tear, avec comme principal succès le single Garden Party. Le clip vidéo fait jaser car très critique envers la bourgeoisie anglaise.

Misplaced Childhood

Le deuxième album, Fugazi, paraît l’année suivante et Marillion conforte sa place sur la scène rock britannique, grâce notamment au hit Assassing. Une tournée triomphale est assurée dans la foulée et gravée dans le mini album live Real To Reel (1985).

L’année 1985 fait définitivement basculer Marillion dans la cour des grands. C’est en effet en 1985 que paraît ce qui reste comme le plus grand succès du groupe: Misplaced Childhood. Véritable pièce musicale en deux actes, cet album est une succession de chansons qui frôlent la perfection. Marillion squatte les premières places du hit-parade au Royaume-Uni avec les singles Kayleigh et Lavender. Le premier nommé les fait connaître en France.

Fish

Mais l’ivresse du succès peut donner mal à la tête ! Fish sombre dans la drogue et l’alcool, tout en revendiquant le leadership du groupe. L’ambiance est détestable mais le contrat prévoit tout de même un disque supplémentaire. En 1987 sort donc un ultime album avec Fish, Clutching At Straws. On y trouve notamment le tube Sugar Mice.

Il s’ensuit une nouvelle tournée qui remplit notamment Bercy. Les concerts sont ouverts par une oeuvre classique, La Gazza Ladra, dont le témoignage se trouve dans le double The Thieving Magpie.

Mais la séparation est devenue inévitable… Fish se lance en solo en 1989 avec Vigil In A Wilderness Of Mirrors mais, malgré de bons albums, ne retrouvera jamais le même succès. N’est pas Peter Gabriel qui veut !

Steve Hogarth

Débarrassé de ce leader devenu encombrant, le groupe recrute un nouveau chanteur en la personne de Steve Hogarth, à la personnalité complètement différente. Marillion poursuit donc son chemin avec le premier tome d’une seconde vie, Season’s End, qui paraît en 1989.

Il est suivi de Holidays In Eden en 1991 mais malgré quelques mini succès comme Dry Land ou No One Can, les Britanniques semblent sur le déclin.

Brave

Durant cette décennie, les albums se succèdent à des rythmes réguliers mais ils ne permettent pas à Marillion de retrouver son rang. Pourtant les splendides Brave (1994), Afraid Of Sunlight (1995) et This Strange Engine (1997) n’ont rien à envier à quelques-uns de leurs glorieux prédécesseurs.

Le groupe évolue désormais dans des salles nettement plus petites à une époque où le rock progressif n’est plus trop en vogue.

Les opus Radiation (1998), Marillion.com (1999) et Anoraknophobia (2001) leur font passer le cap des années 2000. En 2002, un DVD regroupant les meilleurs clips du groupe depuis ses débuts est mis en vente. Des live et des compilations sont aussi disponibles.

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Marillion

La discographie de Marillion n’est pas encore disponible

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Lorie : Rester la même

Rester-La-Meme_cover_s200
Rester la même

Lorie

Album CD – 2005 – Sony France

Liste des titres

:

Rester la même
Mille et une nuit
Un amour XXL
S.O.S
Game over
Fashion victime
Ange et démon
Partie pour zouker
Parle lui
Santiago de Cuba
Pas comme les autres
Peur de l’amour
Je fonce
On chante
Quand tu danses (remix R&B)
Un signe du destin
Si demain…

Mike Oldfield

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »88″]




Biographie de Mike Oldfield

Mike Oldfield, de son vrai nom Michael Gordon Oldfield, est né le 15 mai 1953 à Reading, en Grande-Bretagne. Dès l’enfance, il s’intéresse à la musique et apprend à jouer de nombreux instruments. En 1967, il forme avec sa soeur, Sally, le groupe Sallyangie qui publie Children Of The Sun en 1968. Le duo ne fait pas long feu et Mike de former un autre combo, tout aussi éphémère, Barefeet.

Tubular Bells

Mike Oldfield est alors engagé comme guitariste et pianiste au sein de The Whole Lord, le groupe de Kevin Ayers. De cette aventure, ne résulte qu’un seul disque, Shooting At The Moon, en 1970.

Au moment où il songe à écrire une grande oeuvre musicale, il est repéré par Richard Branson qui est en train de monter Virgin. C’est l’un des premiers artistes à être signés sur le label et c’est dans la propre résidence de l’homme d’affaires qu’il enregistre Tubular Bells.

L’exorciste

En pleine vague de rock progressif, Mike Oldfield réussit un coup de maître. L’album devenu culte, sort en 1973 et témoigne déjà d’une grande maturité ! C’est le film L’exorciste qui le popularise l’année suivante en reprenant le morceau titre comme thème principal. Plus de quinze millions d’exemplaires écoulés à ce jour !

Conçu comme une véritable oeuvre classique, ce disque donne lieu fin 1973 à un concert unique avec, notamment, Kevin Ayers et Mick Taylor (Rolling Stones). Il en existe aussi une version symphonique signée par l’orchestre Royal Philharmonique de Londres.

Disco

Mais Mike Oldfield a de la ressource et n’est pas en mal d’inspiration ! En 1974, il s’enferme à la campagne pour peaufiner l’excellent Hergest Ridge, puis met en boîte Ommadawn en 1975.

Quelques singles comme In Dulce Jubilo et Portsmouth lui permettent de rester en haut de l’affiche mais le succès est nettement moindre que pour ses « cloches tubulaires ».

La fin de la décennie est marquée par de nouvelles expérimentations. Le double Incantations puis Platinum et QE2 sont en effet influencés par la mouvance disco et totalisent un million de copies vendues.

Moonlight Shadow

Succès sans commune mesure avec celui de l’année 1983. L’album Crises comprend le fameux Moonlight Shadow, chanté par Maggie Reilly.

A partir de là, Mike Oldfield n’a de cesse d’inviter des voix aériennes qui se marient à merveille avec ses compositions. C’est ainsi qu’il convie Jon Anderson, le chanteur de Yes, pour Shine (1986), Bonnie Tyler sur Islands (1987) ou de nouveau Maggie Reilly pour Discovery (1985).

Tubular Bells II

Il confie ensuite la production de Tubular Bells II, en 1992, à Trevor Horn (ex Yes). Mike Oldfield revient alors à ce qui a fait sa gloire, à savoir de longues parties instrumentales. Pionnier en matière de nouveautés, il est aussi l’un des premiers à proposer des CD-ROM dans ses albums.

Ce musicien de génie ne se prive pas non plus d’insérer des sonorités house dans ses productions suivantes comme « The Song Of Distant Earth », « Voyager », « Tubular Bells III », « The Millenium Bell ». Très apprécié de la communauté house, Mike Oldfield s’installe d’ailleurs à Ibiza.

Reprise

C’est précisément l’Espagne qui lui inspire son album Tres Lunas qui paraît en 2002. Là aussi, toute une partie interactive est proposée par le biais d’un CD-ROM.

Mike Oldfield décide ensuite de commémorer ce qui lui a permis de se faire un nom, c’est à dire l’album Tubular Bells. Pour les trente ans de sa parution, il retourne en studio pour le réinterpréter intégralement avec l’aide des dernières technologies et en tire une version DVD audio tout simplement époustouflante.

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Mike Oldfield

Albums
2008 Music of the Spheres
2005 Light + Shade
2003 Tubular Bells 2003
2002 Tres Lunas
1999 The Millennium Bell
1999 Guitars
1998 Tubular Bells III
1996 Voyager
1994 The Songs of Distant Earth
1992 Tubular Bells II
1991 Heaven’s Open
1990 Amarok
1989 Earth Moving
1987 Islands
1984 The Killing Fields (BO du film La Déchirure)
1984 Discovery
1983 Crises
1982 Five Miles Out
1980 QE2
1979 Platinum
1978 Incantations
1975 Ommadawn
1975 The Orchestral Tubular Bells
1974 Hergest Ridge
1973 Tubular Bells




[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Cypress Hill : Greatest Hits From The Bong

Cypress Hill Greatest Hits From The Bong
Greatest Hits From The Bong

Cypress Hill

Album CD – 2006 – Columbia

Liste des titres

:

How I Could Just Kill A Man
Hand On the Pump
Latin Lingo
Insane In the Brain
I Ain’t Goin’ Out Like That
Throw Your Set in the Air
Dr. Greenthumb
(Rock) Superstar
Latin Thugs (feat. Tego Calderon)
The Only Way
EZ Come EZ Go
Latin Thugs (Reggaeton Mix feat. Tego Calderon)

Le Poisson Rouge

Le Poisson RougeLe Poisson Rouge

Disiz La Peste

Album CD – 2000 – Barclay

Voici du rap, du vrai, du tout bon, comme on n’en avait pas entendu depuis longtemps. Dans un style assez « puriste » (intros genre ma benz,…), Disiz transmet un message intelligent et varié.

Le rap a enfin retrouvé sa vocation première: dénoncer au lieu de se plaindre. On en avait marre des sujets bateaux exploités jusqu’à ce qu’ils ne ramènent plus un franc. Disiz a choisi l’honnêteté et l’expression de constatations toutes personnelles. On en avait marre aussi des chaînes en or et de la valorisation inconsidérée des règlements au coup de poing. Marre encore de la politesse excessive de certains rappeurs.

Disiz ne pèse pas ses mots et fait mouche à chaque fois. On y trouve plus de finesse et de profondeur que dans le Suprême et IAM réunis. JoeyStarr et Akhenaton font presque pâle figure dans leur « featuring » avec Disiz.

Musicalement, c’est plus que correct et le travail de JMDee est presque exemplaire. On trouve de tout dans Le Poisson Rouge: Fuck Disiz montre l’autodérision et l’humilité dont est capable le rappeur. Cette humilité, on la retrouve de façon plus sérieuse dans Dieu seul sait quand le glas sonne, discours avec sa conscience qui lui dit « c’est pas grâce à toi, des plus forts sont pas connus ».

La chanson titre parle de l’absurdité de l’escalade de la violence. Par un étalage de faits des plus froids, elle suscite inévitablement la réflexion. C’est un portrait de société, de l’acabit d’un « petit frère ».

Ghetto Sitcom fait beaucoup rire par l’universalité des comportements dépeints. Voilà une chanson d’amour toute originale. L’associé du diable a un son excellent et le discours responsable fait plaisir à entendre: « j’fais du rap pour ceux qui ont un brin de conscience », « j’suis désolé si j’te parle pas de shit ».

C’est ça la France donne super bien avec la musique de bal musette. Notons quand même que l’idée du Français béret-saucisson-idées courtes a déjà été souvent exploitée.

Un peu partout, on trouve des références à d’autres groupes (par exemple à Cypress Hill dans J’pète les plombs) qui donnent aux titres un côté moins solennel, moins « je me prend au sérieux ».

On était tous las de ce retour au même schéma qui prenait le rap d’assaut. Le Poisson Rouge semble être la nouvelle place forte du rap français. Un album à écouter en boucle. On ne s’en lassera pas. Si Lyrics de gamin parle du fossé entre deux générations de MC’s, Disiz nous prouve par cet album que la nouvelle est prête.

zicactu.com

Liste des titres

:

Intro
Le challenger
Un scratch, un beat, un rap
J’pète les plombs
C’est ça la France
Dieu seul sait quand le glas sonne
J’irai cracher sur vos tombes
Ghetto sitcom
Fuck Disiz
Klash pas quand même
Plus l’temps
L’associé du Diable
L’avocat des anges
Lyrics de gamin
Gnibi
La philosophie du hall
Le poisson rouge
Les rumeurs
Le 6ième sens
Outro

Les histoires extraordinaires d’un jeune de banlieue

Les histoires extraordinaires d'un jeune de banlieueLes histoires extraordinaires d’un jeune de banlieue

Disiz La Peste

Album CD – 2005 – Barclay

Liste des titres

:

Intro (Robin des halls)
Une histoire extraordinaire
Inspecteur Disiz (Street Fabulous remix)
Fuck you (part. 1)
Jeune de banlieue
Lyly
Mélissa
Bo gosse
La fille facile
Miss désillusion
Interlude MC Pikachou (ping pong et King Kong)
Fuck you (part. 2)
Juste kiffer (feat. Humphrey)
Outro (les mille et une nuits)
Inspecteur Disiz
Métis(se) (remix feat. Yannick Noah)
Dans tes rêves (radar mix)

Zazie : Rodéo Tour


Rodéo Tour

Zazie

Album CD – 2006 – Mercury

Liste des titres

:

J’aime, j’aime pas
Toc toc toc
Tout le monde
La dolce vita
Homme Sweet Homme
Rodéo
Excuse-moi
Lola majeure
Oui
Slow
Cyber
Rue de la Paix
Un point c’est toi
J’arrive
Adam et Yves
Larsen

Jeu de société

Jeu de sociétéJeu de société

Disiz La Peste

Album CD – 2003 – Barclay

Liste des titres

:

Force ou faiblesse
Déjà vu
Jeu de société
C’est toujours ça la France
Oh le ouf !
Evry Slang
Trop d’chichis
Le réveil
Nébuleuse
MC Pikachou
Système D
91 Unda
A nos actes manqués
Cours d’histoire
Insécurité sociale
J’suis gueze !
Viens on discute
Le bien c’est ma cible

Marginale musique

Marginale musiqueMarginale musique

Fonky Family

Album CD – 2006 – Epic

Liste des titres

:

Les affaires reprennent
C’est plus comme avant
La guerre
Le quartier
Comme on débarque
C’est ça ou rien
C’est tout ce qu’on a
1984, fallait que je le dise
Marginale musique
Le plus grand des voyous
On s’invite
Dans les yeux
Ils le savent
Chez nous
Cherche pas

Jacques Brel : Quand on n’a que l’amour

Quand-On-a-Que-Amour
Jacques Brel – Quand on n’a que l’amour
Jacques Brel
CD + DVD – 2005 – Barclay

Chroniquer Jacques Brel, c’est s’attaquer à l’Everest: on sait quand on commence, on ne sait pas quand on atteindra le sommet. La carrière de Brel est tellement énorme et vivante à l’heure actuelle qu’il faudrait des pages et des pages pour l’aborder.

La vie de l’homme et du créateur est dense, chargé d’émotions et d’histoires. Tout un chacun connaît au moins une chanson du Grand Jacques. Son répertoire fait partie de la culture populaire au même titre que Tintin ou les tableaux de Magritte.

Ce double CD nous propose un large éventail de la création « brelienne »: 37 morceaux sur les centaines de chansons écrites. On retrouve les « tubes » qui ont fait la réputation de l’auteur: Madeleine, Amsterdam, Ne me quitte pas, Mathilde, Vesoul, Le plat pays et bien d’autres. A réécouter ces titres, l’émotion reste intacte. Brel était un immense chanteur, compositeur et interprète. Ce double CD est une invitation au souvenir et à la découverte d’une oeuvre décidément intemporelle.

Le supplément figurant sur le DVD présente deux entretiens de la Télévision Suisse Romande (en 1965 et 1966). Deux journalistes interrogent Brel au sortir d’un de ses innombrables concerts. C’est amusant de le voir quémander une cigarette au début du premier entretien, encore tout suant de sa prestation. Les interviews se veulent psychologiques, essayant de cerner le créateur mais Brel s’en sort toujours par une pirouette. Il relativise son succès: « Je ne suis pas poète, je fais des chansons » mais parfois laisse poindre un coup de coeur: « Je ne pourrais pas vivre sans écrire ». Ce qui manque à ces deux bonus, c’est une courte présentation, une introduction pour resituer le contexte. Les éléments sont jetés au spectateur. Une amorce aurait rendu tout cela plus chaleureux.

Suivent cinq prestations live de Brel (dont une répétition) de Madeleine, Ne me quitte pas, Amsterdam, Jef et Le plat pays. On redécouvre la pile électrique « brelienne » sur scène, un homme qui se donnait littéralement à son public en un véritable acte d’amour. Un DVD qui aurait été plus sympathique sans cette froideur de présentation.

zicactu.com

Liste des titres

:
CD1 :
Quand on n’a que l’amour
Grand Jacques (c’est trop facile)
La valse à mille temps
Ne me quitte pas
Les Flamandes
Le plat pays
Isabelle
Je ne sais pas
L’ivrogne
Les biches
Rosa
Les bourgeois
Madeleine
Bruxelles
Les bigotes
Les bonbons
Les bonbons 67
Jef

CD2 :
Mathilde
Les vieux
Au suivant
Fernand
La chanson de Jacky
Ces gens-là
Mon enfance
La chanson des vieux amants
Vesoul
J’arrive
Les coeurs tendres
L’enfance
Le moribond
Le dernier repas
La quête
Amsterdam
Orly
La ville s’endormait
Les Marquises

DVD :

Télévision Suisse Romande 20 mars 1965
Télévision Suisse Romande 2 avril 1966
Madeleine
Ne me quitte pas
Amsterdam
Jef
Le plat pays

Arctic Monkeys : Whatever People Say I Am, That’s What I’m Not







Whatever-people-say-I-am-that-what-m
Whatever People Say I Am, That’s What I’m Not
Arctic Monkeys
Album CD – 2006 – Domino

Arctic Monkeys, c’est un peu comme un phénomène de foire. Voilà une petite année qu’on entend plus que leur nom sur la bouche des rockers « in » (et souvent jeunes). Tout le monde vous le dira: les singes de l’Arctique sont géniaux; que vous ayez écouté ou pas, vous le savez, c’est « vachement bien ». Même moi je me suis fait avoir, je disais que ça l’était alors que je n’avais jamais écouté qu’un ou deux morceaux…

Petit flash-back: Arctic Monkeys est formé à Sheffield en 2003 par un quatuor de p’tits gars pas bien vieux: 19-20 ans de moyenne. Le groupe se taille une réputation grâce à Internet, bien avant la sortie de cet album. Il faut dire qu’en un peu plus d’un an, ils nous ont livré 5 EP !

Le jour de sa sortie en Angleterre, Whatever People Say I Am, That’s What I’m Not (retenez bien le nom de l’opus, car je ne vous l’écrirai qu’une fois !) s’est vendu à plus de cent mille exemplaires.

Ce CD fait plus figure de compilation d’EP que de véritable album. On ne peux vraiment pas parler de révolution ou de nouveauté. Et pourtant, ces singes polaires déclenchent des émeutes outre-Manche… Allez savoir pourquoi ! Les critiques se déchirent entre les pires chroniques ou les plus beaux encensements.

Alors, qu’en est-il ? Ben, c’est assez simple, on peux résumer cet album en une phrase: ça joue relativement vite (bon c’est pas du grindcore non plus), ça crie, ça tape, ça fait beaucoup de bruit et c’est sympa à écouter. Cela mérite-t-il pour autant un tel battage médiatique ? Sincèrement, je reste sur ma faim… J’attendais avec impatience un petit bijou et je me retrouve avec un CD qui tournera probablement de temps en temps, mais sans plus.

Pourtant, ça commence fort avec deux morceaux bien rock The View From The Afternoon et I Bet You Look Good On The Dancefloor avant de se calmer et même devenir carrément soporifique avec Riot Van.

Quelques plans musicaux sympas (Red Light Indicates Doors Are Secured et You Probably Couldn’t See For The Lights But You Were Looking Straight At Me) mis à part, il n’y a pas de grande ingéniosité musicale là-dessous… Les morceaux sont courts -contrairement à leurs titres-, dépassent péniblement les trois minutes et se ressemblent tous plus ou moins. En outre, la voix du chanteur devient irritante à la longue.

C’est donc du rock « british » comme les Anglais savent (si bien) le faire, mais sans plus. On nous avait annoncé le Saint-Graal et c’est tout au plus un opus sympa que l’on découvre.

zicactu.com

Liste des titres

:
The View From The Afternoon
I Bet You Look Good On The Dancef
Fake Tales Of San Francisco
Dancing Shoes
You Probably Could’nt See The Lights But You Were Staring Straight
Still Take You Home
Riot Van
Red Light Indicates Doors Are Secured
Mardy Bum
Perhaps Vampires Is A Bit Strong But…
When The Sun Goes Down
From The Ritz To The Rubble
A Certain Romance

Alain Bashung : Climax








Alain Bashung
CD + DVD – 2005 – Barclay

Artiste affranchi à la carrière solide, Alain Bashung ne s’est jamais moqué de ses fans. Preuve supplémentaire s’il en est, la compilation Climax, objet survolant la prolifique discographie de l’artiste.

Recueil riche de deux disques et agrémenté d’un film (Bashung Express, réalisé par Anaïs Prozaïc), cette collection subjective des meilleurs morceaux de Bashung démarre en douceur avec les grands classiques du chanteur: La nuit je mens, Ma petite entreprise, Osez Joséphine, Gaby Oh Gaby, Volutes, …

Mais passée cette étape inévitable et jouissive, Climax prend le risque de brouiller joliment les pistes. Et Bashung d’oser encore davantage.

Il transforme en effet certaines de ses compositions à grand renfort de musiciens aussi talentueux qu’éclectiques: de M à Noir désir en passant par Rodolphe Burger, Rachid Taha et Marc Ribot. Toutes ces revisites laissent entrevoir une autre facette du talent versatile de Bashung et offrent des versions aussi inattendues que rafraîchissantes.

Mais que dire alors des reprises envisagées et réalisées sur cette compilation ? On connaissait déjà l’autre version du grand succès de Christophe (Les mots bleus), mais ici Bashung s’attaque également avec brio au Hey Joe de Jimi Hendrix et au Nights In White Satin des Moody Blues.

Éditions souvent bâclées et insipides, les compilations n’ont pas toujours bonne réputation. Mais Climax est une exception qui enchantera les amoureux de musique. La qualité est au rendez-vous et on en redemande. Soigné de bout en bout, Climax se voit également complété de morceaux capturés en live.

Fidèle à lui-même, Bashung continue à surprendre même le plus inconditionnel de ses admirateurs. Chapeau bas.

Liste des titres

:

CD1 :
La nuit je mens
Volutes
Madame rêve
Malaxe
Les mots bleus
J’écume (live)
A Ostende
Vertige de l’amour (live)
Osez Joséphine
Toujours sur la ligne blanche (live)
C’est comment qu’on freine
Bijou, bijou
Happe
Samuel Hall
Lavabo
A perte de vue
Ode à la vie
Bombez !
Gaby oh Gaby

CD2 :
What’s in a Bird
Ca cache quekchose
Ma petite entreprise
Les petits enfants
Les grands voyageurs
L’apiculteur (live)
Aucun express
Climax 4 (instrumental)
Un âne plane
Le tango funèbre
Nights in White Satin
J’passe pour une caravane (live)
Imbécile
Volontaire
Rebel (live)
Hey Joe
Reviens vas t’en
S.O.S. Amor
Pas question que j’perde le feeling

DVD Bashung Express (film réalisé par Anaïs Prozaïc) :