Clips & BiographieDiscographie

Les clips de Beck






Biographie de Beck

BeckDe son vrai nom Beck Hansen, Beck est né le 8 juillet 1970 à Los Angeles. Issu d’une famille de musiciens, il a découvert la gloire au milieu des années 90 avec le single Loser qui a transformé son statut pour en faire logiquement un “winner”…

Entre rock, folk et hip hop, Beck se place alors à contre-courant du mouvement grunge qui sévit sur toute la planète. Ce titre, paru en 1994, fait partie de l’album Mellow Gold, aussi bien encensé par la presse que par le public.

Bien que distribué par un important label américain (DGC Records), Beck veut offrir à ses fans ce qu’il a composé durant ses premières années de carrière, celles de la galère. C’est ainsi que sortent Stereopathetic Soulmanure chez Flipside Records et One Foot In The Grave chez K Records. Là aussi, c’est un sacré mélange des genres puisque la country s’invite par moments dans ce véritable kaléidoscope musical.

Odelay

En 1996, c’est donc le quatrième opus de Beck, Odelay, nominé aux Grammy Awards dans la catégorie “album de l’année”. Il est suivi, deux ans plus tard, d’un album de remix, non officiel et non cautionné par l’artiste. Celui-ci, composé de treize titres remixés, n’est disponible que sur internet. Une initiative de fans que Beck apprécie modérément et qui entraîne un procès qu’il gagne aisément.

En 1998, Mutations propose davantage de sonorités country et blues tout en gardant l’atmosphère globale des albums précédents. Celui-ci était initialement prévu pour sortir sur un label indépendant mais est finalement signé sur DGC Records.

Beck continue sa grande exploration en 2000 dans Midnite Vultures, sorte d’hommage à la musique noire américaine, avec force de soul, de funk et de disco. Il est produit par Nigel Goodrich (Travis, Radiohead) qui lui a été recommandé par Tom Yorke de Radiohead avec qui Beck a joué sur scène l’année précédente.

Sea Change

Ce touche-à-tout de génie publie Sea Change en 2002. Les influences s’élargissent encore pour aller de Serge Gainsbourg à Neil Young et l’ensemble s’avère un peu plus intimiste qu’auparavant.

Beck, remixeur de génie pour David Bowie en 2000, signe un titre sur la musique du film Eternal Sunshine of The Spotless Mind en 2004. Il s’agit d’une reprise des Korgis, Everybody’s Got To Learn Sometimes, réadaptée la même année par Zucchero.

Il retourne ensuite en studio pour l’enregistrement de son huitième album. Il y convie les Dust Brothers, Mike Simpson et John King, qui étaient déjà présents sur Odelay et Midnite Vultures.

zicactu.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *