Cali La vie ne suffit pas
La vie ne suffit pas
Cali
DVD – 2006 – Labels

Je m’étais dit malgré ma profonde sympathie pour le personnage, qu’il serait temps de l’épingler ce salaud, ce fumier qui me pique toutes les filles canons grâce, ou à cause, de son désespoir qui les fait chialer et rire tout à la fois. C’était enfin mon tour de sortir un album sur l’anéantissement: “mon amour m’a quitté et c’est de ta faute”, je tenais déjà le premier titre. En plus, comme le succès attise les braises de la rancoeur, je n’aurais pas été le seul à faire une chronique: “Cali tu nous as déçu” ou “Cali c’était mieux avant”.

J’y arrive pas. Je vous jure pourtant, j’avais fomenté un sacré coup de couteau dans le dos de Bruno. Mais impossible. Tout ce que cet artiste touche vaut de l’or. Son DVD live n’échappe pas à la règle. Ou plutôt devrais-je dire son “film musical”.

Je m’attendais à une suite de titres agrémentés de quelques tubes en mode scénique et Cali nous fait le plaisir de nous embarquer dans son bus kaki pour le suivre dans ses pérégrinations. Alors que dire de ce DVD réalisé par Gaëtan Chataigner: une entrée en matière par une “symphonie inachevée” qui se poursuit par des chansons toujours alimentées par des images poétiques, par des introductions où Cali fait son cabot en acteur pas raté. La nature, l’air et la route omniprésents rappellent le feu sacré qui alimente “Last Day” de Gus Van Sant.

Entre surréalisme et délire, il n’y a qu’un pas à franchir et ces deux compagnons, l’un derrière la caméra et l’autre le nez collé au micro, y arrivent très bien. Fumier ! (pardon ça m’échappe mais c’est pas de ma faute je vous dis). Un orchestre symphonique vient protéger et enrober doucement, de ses cordes et cuivres, les compositions du maître. Des ballons volent, il y a du rouge comme le sang, du blanc comme les nuages et tout s’imbrique subtilement comme sur des roulettes. Comment vais-je faire pour être méchant si tout est beau dans le paysage du Perpignanais ?

Les 14 titres de ce DVD étant complémentaires du CD live, il est impossible d’acheter l’un sans avoir l’autre. À noter ce fameux Exil qu’il n’a toujours pas enregistré et gravé sur CD. C’est surprenant, touchant. Merde, c’est aussi utilisé pour porter chance non ?

zicactu.com

Liste des titres

:
Documentaire: Portrait illustré d’un best of live
La symphonie inachevée
Qui se soucie de moi
Menteur
Je m’en vais
L’exil
Pauvre garçon
Dolorosa
Différent
Pablito
Roberta
Je sais
L’amour parfait
Elle m’a dit
C’est quand le bonheur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *