Catégorie : Dire Straits

Dire Straits : Dire Straits

Les clips de Dire Straits : Dire Straits


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »809″]






Dire Straits
Dire Straits
Album CD- 1978

Liste des titres

Lions
Wild West End
Sultans Of Swing
In The Gallery
Southbound Again
Six Blade Knife
Down To The Waterline
Water Of Love
Setting Me Up

Dire Straits : Communique


Communique

Dire Straits
Album CD- 1979

Liste des titres

Follow Me Home
Portobello Belle
Single Handed Sailor
Angel Of Mercy
Lady Writer
Communique
Once Upon A Time In The West
News
Where Do You Think You’re Going

Dire Straits : Love Over Gold


Love Over Gold

Dire Straits
Album CD- 1982

Liste des titres:

It Never Rains
Love Over Gold
Industrial Disease
Telegraph Road
Private Investigations

Dire Straits : Making Movies


Making Movies

Dire Straits
Album CD- 1983

Liste des titres

Les Boys
Solid Rock
Hand In Hand
Skateaway
Expresso Love
Tunnel Of Love
Romeo And Juliet

Dire Straits : Brothers in arms

Les clips de Dire Straits : Brothers in arms


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »806″]






Brothers in arms
Dire Straits
Album CD- 1985

Liste des titres

Money for nothing
So far away
Walk Of Life
Your latest trick
Why worry
Ride accross the river
The man’s too strong
One world
Brothers in arms

Dire Straits : On Every Street

Les clips de Dire Straits : On Every Street


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »807″]






On Every Street
Dire Straits
Album CD- 1991

Liste des titres

How Long
Planet Of New Orleans
My Parties
Ticket To Heaven
Iron Hand
Heavy Fuel
You And Your Friend
The Bug
Fade To Black
When It Comes To You
Calling Elvis
On Every Street

Dire Straits : On The Night

Les clips de Dire Straits : On The Night


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »808″]






On The Night
Dire Straits
Album CD- 2001

Liste des titres

Money For Nothing
Brothers In Arms
You And Your Friend
On Every Street
Your Latest Trick
Private Investigations
Romeo And Juliet
Heavy Fuel
Calling Elvis
Walk Of Life

Dire Straits

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »121″]



Biographie de Dire Straits


Groupe phare des années 80, Dire Straits s’est formé à Londres en 1976 sous l’égide des frères Knopfler, Mark (guitariste et chanteur) et David. Rejoints par John Illsley (bassiste) et Pick Withers (batteur), ils commencent par louer un petit studio dans la capitale anglaise et y travaillent leurs propres compositions. Ils se font tout d’abord appeler Cafe Racers mais devant le peu d’enthousiasme que provoquent leurs prestations, ils décident de se rebaptiser Dire Straits, littéralement « la dèche ».

Ils n’ont pas un sou en poche mais une farouche détermination pousse Mark Knopfler et ses camarades à poursuivre leurs efforts. Ils enregistrent ainsi la maquette d’un titre appelé à devenir culte, Sultans Of Swing. Celui-ci attire l’attention d’un manager qui leur fait immédiatement signer un contrat d’exclusivité. Quelques mois plus tard, en 1978, arrive le premier album, Dire Straits.

Communiqué

L’album ne connaît pas un succès retentissant mais les Anglais se retrouvent néanmoins à sillonner le vieux continent en ouverture de la tournée des Talking Heads !

Il faut en fait attendre l’année 1979 et l’album suivant, Communiqué, pour que Dire Straits s’installe pour de bon dans les « charts ». Trois millions d’exemplaires sont ainsi vendus. Ce disque, réalisé aux Bahamas, fait une entrée assez remarquée au Billboard américain.

C’est pendant l’enregistrement du troisième album que David Knopfler quitte le groupe. Le guitariste Hal Lindes arrive, ainsi qu’Alan Clark. Certains membres du E. Street Band (groupe de Bruce Springsteen) participent aussi à l’aventure de ce Making Movies (1981). Un opus dans lequel Mark Knopfler laisse déjà entrevoir son goût pour les musiques de films. Il s’y met d’ailleurs peu de temps après pour les besoins de l’excellent Local Hero, sa véritable première oeuvre en solo.

Love Over Gold

Mais il ne quitte pas Dire Straits pour autant puisqu’il réunit tout son monde en 1982, pour mettre en boîte Love Over Gold, peut être le chef-d’oeuvre du groupe ! L’album comporte seulement cinq titres dont la durée est de sept minutes minimum, Telegraph Road approchant le quart d’heure !

Mark Knopfler est quant à lui très actif et attiré par le blues et la country. Il enregistre ainsi avec des artistes tels que Bob Dylan ou Van Morrison.

En 1983, nouveau mouvement au sein de Dire Straits avec le départ de Pick Withers, remplacé par Terry Williams. S’ensuit un mini album, Twisting By The Pool, puis une tournée gigantesque qui passe par l’Australie et, pour la première fois, par le Japon. En juillet, des concerts à l’Hammersmith Odeon de Londres sont captés et figurent dans l’album live Alchemy, sorti en 1984.

Brothers in Arms

L’année suivante marque la naissance du CD et Dire Straits est le premier groupe rock à utiliser ce procédé. En prime, Brothers in Arms, est un triomphe mondial (près de dix millions de ventes !), notamment grâce au titre Money For Nothing, qui brocarde pourtant la chaîne musicale MTV et dénonce l’émergence du vidéoclip. Sting fait les choeurs de ce tube inoubliable. Et Dire Straits de reprendre une nouvelle fois la route pour un marathon de deux cent cinquante concerts à travers vingt-trois pays !

Le 13 juillet 1985, Dire Straits se produit lors du concert « Live Aid » de Wembley, organisé par Bob Geldof au profit des victimes de la famine en Ethiopie. Le show est retransmis sur toute la planète et on compte jusqu’à un milliard de téléspectateurs…

Mark Knopfler, fatigué par tous ces shows extravagants et par la machine infernale qu’est devenue son groupe, décide alors de couper les ponts. Il se consacre à différents projets en solo, produit Tina Turner (Private Dancer) puis monte les Notting Hillbillies à la fin des années 80. Mais l’histoire de Dire Straits ne peut s’arrêter si brutalement !

On Every Street

Dire Straits renaît en 1991 pour On Every Street qui comprend l’excellent Calling Elvis. Une nouvelle tournée (celle de trop ?) est programmée et immortalisée dans le live On The Night, enregistré à Paris Bercy et sorti en 1993. Cette fois-ci, le point final est mis et les fauchés devenus multimillionnaires se quittent pour de bon.

Mark Knopfler sort l’album solo Golden Heart en 1996, puis signe Wag The Dog, la bande originale du film Des hommes d’influence. Il plonge ensuite avec gourmandise dans le nouveau millénaire.

Désormais inscrit dans une lignée nettement plus blues et intimiste, il publie deux nouveaux opus: Sailing To Philadelphia en 2000 et The Ragpicker’s Dream en 2002. Dernier album en date, Shangri-La, en 2004. Reconversion réussie alors que son frère, David, roule aussi en solo mais avec nettement moins de réussite…

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Dire Straits


Albums

2001 On The Night
1991 On Every Street
1985 Brothers in arms
1983 Making Movies
1982 Love Over Gold
1979 Communique
1978 Dire Straits




[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]