AlmaAlma

I Muvrini

Album CD – 2005 – Capitol

En recevant le CD de Zicactu, je me suis dit “Tiens, je ne connais que de nom, je vais enfin pouvoir écouter ce dont il s’agit”.

I Muvrini est pourtant un groupe très connu. On ne compte plus les publicités sur les chaînes TV privées présentant “le groupe corse de l’année”. Je dois être réfractaire à ce genre d’argument puisque je ne connaissais pas le son I Muvrini avant d’insérer le CD dans ma platine…

Pour être franc, je ne suis pas bilingue français/corse, je n’ai donc rien compris aux paroles des chansons proposées. Le corse ressemble beaucoup à l’italien avec une prédilection pour la voyelle “a”. Un petit détour par le livret du CD me permet de lire la traduction des paroles.

Pour être court, disons qu’I Muvrini est animé par un esprit zen-baba-écolo-gentil. Les paroles sont proches d’une poésie à la limite de l’abstrait. J’aime le concret personnellement, je ne suis donc pas en terrain connu voire conquis.

Par contre, niveau chant, je reconnais que le chanteur Jean-François Bernadini a une voix profonde. Parfois même trop. A force de jouer sur le registre de la plainte lancinante, cela devient lassant et parfois même risible.

La musique est certainement le point le plus faible de l’album. I Muvrini pourrait se permettre de faire des albums épurés à l’extrême, une voix et une guitare. Mais ce n’est pas le cas ici. La voix est noyée sous diverses couches sirupeuses de guitares, de cordes, de choeurs, d’arrangements improbables. Pire que les arrangements de Céline Dion et c’est tout dire.

De plus, sur certains morceaux, une collaboration avec l’Afrique a été tentée. Le résultat avoisine un Philippe Lavil en forme ou un Wes en méforme (souvenez-vous du titre de l’été “Alane”)… Bref, une grosse déception. Des mélodies difficilement identifiables qui font de l’album Alma une longue piste sans âme. C’est triste puisqu’Alma en corse désigne justement… l’âme.

Le DVD:

Un documentaire de 12 minutes entre le discours promotionnel et le message humaniste simpliste voire simplet. De belles images d’Afrique du Sud. Où l’on découvre qu’I Muvrini a beaucoup pleuré en studio et se considère comme un groupe contestataire. Mon commentaire sur la question tient en un mot: Mouais.

Jean-François Peereman

Liste des titres

:


Omi è donne
Per amore
Turneranu qui
Alma
Quandu sentera
Fate
Vole
Era Une Volta
Vai
Li Da
Chi Sara
Le temps qu’il fera
Li Da (remix / bonus)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *