The ServantThe Servant

The Servant

Album CD – 2004 – Recall Publishing

Forts de deux mini-albums passés plus ou moins inaperçus il y a trois ans, The Servant revient à la charge avec ce premier véritable album, placé sous le signe d’une électro-pop résolument anglaise. Et cette fois, il y a de fortes chances que le public lui réserve un accueil favorable, tant la production est soignée et les refrains facilement mémorables. D’ailleurs, on commence déjà à en dire beaucoup de bien outre-Manche.

Côté références, les quatre musiciens sont, paraît-il, influencés par Prince et les Smiths. Difficile tout de même de reconnaître de vrais liens, à part peut-être sur l’un ou l’autre passage. On pense plutôt aux Stone Roses pour la voix douce et légèrement sirupeuse, et à Depeche Mode, période Exciter, pour la musique, mélange d’électronique et de pop tranquille, aux accents souvent sombres. Toutefois, même si les sons sont familiers, The Servant a bien digéré ses influences, et les restitue dans une forme personnelle et bien maîtrisée.

Les chansons sont courtes et efficaces. L’album démarre très bien avec Cells, un titre qui nous plonge directement dans l’ambiance torturée du groupe. The Servant s’essaie aussi à quelques ballades, parfois réussies, parfois moins, comme le premier single, Orchestra, qui est efficace mais sans être représentatif du reste: il est nettement plus pop (donc plus commercial) que les vrais morceaux de bravoure de l’album. C’est plutôt sur les titres moins sucrés, plus expérimentaux, comme Jesus Says, qu’on a envie d’applaudir.

Si la musique est plus ou moins “gentille” selon les cas, les paroles, elles, parlent exclusivement de thèmes graves, comme la drogue ou la religion. Le nom du groupe laissait d’ailleurs deviner les thèmes religieux, même s’il est en réalité inspiré d’un film avec Dirk Bogarde, où un serviteur s’accaparait progressivement le pouvoir de son maître. L’ambiance sinistre du film se marie assez bien avec l’univers de Dan Black, leader-chanteur de The Servant.

Au final, c’est un premier album très réussi, qui pêche occasionnellement par un désir trop apparent de plaire aux radios FM. Ce n’est heureusement le cas que de quelques chansons, aussi, ce sera vite pardonné, et on placera The Servant dans la catégorie des groupes à suivre.

Nicolas Peperstraete

Liste des titres

:

Cells
Beautiful Thing
Liquefy
Body
Devil
Orchestra
I Can Walk in your Mind
Not Scared, Terrified
Jesus Says
Get Down
Glowing Logos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *