Clips & BiographieDiscographie

Les clips





Biographie de Alain Bashung

alain-bashung1

Chanteur introverti au look punk-romantique, Alain Bashung a suivi son bonhomme de chemin en marge du show-biz. Pendant plus de 35 ans, cet écorché vif a promené son visage d’ange, du grand écran à la scène. Parfois mal compris, souvent (à tort) enterré, jamais égalé, il est resté libre de ses choix. Il y a le style Bashung et il y a les autres…

C’est le 1er décembre 1947 à Paris que naît Alain Claude Baschung (avec un “c” en plus), d’un père boulanger et d’une mère ouvrière. A un an, il est envoyé près de Strasbourg, à Wingersheim, chez ses grands-parents. Il y restera onze ans. Difficile, en effet, pour ses parents assez pauvres, de l’élever à Paris dans des conditions satisfaisantes. Aussi son enfance franco-allemande a-t-elle un goût de solitude et de mélancolie.

Premières notes…

A cinq ans, il découvre la musique grâce à l’harmonica, puis le chant à l’église, en enfant de choeur (et de coeur ?). A l’école, Alain est un enfant sérieux et studieux. Il aime aussi les sports, et excelle au basket et en cyclisme.

Mais Gainsbourg et Brassens dans un premier temps, puis les rois du Rock ensuite (Gene Vincent, Buddy Holly, Elvis, …) vont le ramener vers son destin: la musique. Il crée un premier groupe, ‘Les Dunces’, et tourne avec eux de la côte ouest aux Alpes, et ce malgré les réticences de la famille. Nous sommes en 1964.

Des études forcées

Encouragé par son entourage, Alain obtient un BTS de comptabilité et de gestion au lycée de Boulogne, près de Paris, et rentre chez Rhône-Poulenc… pour en sortir très vite, avide de musique. Il exprime son mal-être dans la drogue. Il cherche à se trouver, cherche, à en crever, au travers de la musique et des substances illicites.

Son groupe joue dans quelques cabarets parisiens et Alain s’installe alors dans la capitale. Il écrit beaucoup et finit par sortir en 1966 son premier 45 tours Pourquoi rêvez-vous des États-Unis ? avant de récidiver en 1967 avec T’as qu’à dire Yeah !.

Quelques coups d’essai…

… qui ne sont pas des coups de maîtres démoralisent vite le chanteur en herbe. Mais en 1968, Chère petite chose atteint la 28e place du hit-parade de Salut les Copains, et Bashung (le “c” de son nom a disparu entre-temps) commence à y croire. Jusqu’à faire sa première télévision en avril 1969 dans le célèbre Discorama de Denise Glaser.

Une rencontre capitale: Dick Rivers

Celle de Bergman a lieu en 1970, et comme pour le couple Julien Clerc/Roda-Gil, cette rencontre marque le début d’une longue amitié et d’une riche complicité musicale.

En 1972, Alain participe à l’aventure “La Révolution Française”, opéra-rock patriotique dans lequel il interprète Robespierre. Un passage éclair par l’armée à Angoulême (juste quelques semaines) puis une rencontre (et une collaboration musicale) avec Dick Rivers ne le font cependant pas décoller.

Il passe par un mariage raté et une série de concerts guère plus brillants. S’il sort quelques 45 tours, c’est uniquement sous des pseudos (David Bergen, Monkey Buziness, …).

Revenons à Bergman. En 1977, Alain et lui travaillent ensemble au premier Bashung: Roulette russe. Un titre comme Bijou, bijou est remarquable.

Mais le succès viendra grâce au tube de 1980: Gaby Oh Gaby. Ce titre se vend à plus d’un million d’exemplaires ! Vertige de l’amour, sur l’album Pizza, confirme ce nouveau talent original que certains s’amusaient déjà à enterrer. Cependant, Alain préfère se tenir éloigné des requins du spectacle. Grâce à une tournée puis à ses premières expériences cinématographiques, il se préserve de la médiatisation.

L’ascension

Malgré une première brouille avec son ami Boris, Alain continue son parcours musical. Tout d’abord par l’Olympia en 1981, puis par une collaboration inattendue avec Gainsbourg l’année suivante: Play blessures.

Sa vie privée suit la même ascension: sa compagne Chantal lui donne un fils, Arthur Victor, le 6 avril 1983. Exit le Bashung solitaire, déprimé et drogué. Il est désormais serein.

Pour casser ainsi son image d’antisocial et parce que cela colle à sa philosophie de la vie, il participe en 1985 au disque SOS Racisme, à l’initiative d’Harlem Desir. Bashung s’ouvre encore aux autres en écrivant deux titres pour Jean Guidoni sur son album Tous des putains.

L’ami retrouvé

Lorsqu’il reprend le chemin des studios, en Angleterre, en 1986, il renoue par la même occasion avec Bergman. Leur séparation a renforcé leur lien et ils accouchent ensemble d’un superbe Passé le Rio Grande qui recevra la même année une Victoire de la Musique.

En février 1987, il triomphe au Rex dans un spectacle de deux heures extrêmement bien rodé. Peu à peu, Bashung se dévoile, accepte les télés, les magazines, comme Elle en 1989 dans lequel il pose avec sa compagne.

En imposant son talent, il se libère de son mal-être. Cette libération de l’image passe de plus en plus par le cinéma et la télévision. Il tourne très régulièrement entre deux concerts.

Changement de métier

Il tourne donc, même trop, ce qui l’oblige à s’éloigner de la musique. Il faut attendre fin 1991 pour la sortie de son nouvel album Osez Joséphine. Celui-ci fait l’unanimité. Bashung est un grand artiste, dans tout ce qu’il touche.

Fin 1992, il offre même à ses fans un coffret de neuf CD, un premier bilan de sa carrière auquel s’ajoute de nombreux bonus (BOF, live, versions inédites,…) Deux Victoires de la Musique en 1993 lui sont attribuées.

Depuis, d’années en années, d’albums en albums, de films en films (une dizaine à son actif), Alain Bashung impose son image de rocker “country new-age”, comme il aime à se définir: Chatterton (1994), Fantaisie Militaire (1998) écrit en partie avec Rodolphe Burger de Kat Onoma, Climax (2000). Bref, une carrière exceptionnelle qui prend encore plus de valeur avec l’âge: trois Victoires de la Musique en 1999 et une autre en 2000.

Après un mariage avec sa nouvelle compagne Chloé Mons le 30 juin 2001 et la naissance d’un bébé quelques mois auparavant, Bashung, jeune homme en perpétuel état de création aborde le nouveau millénaire plus fringant que jamais. Un “Bijou bijou” qui ne s’altère pas avec le temps.

11 Victoires de la Musique

Le 25 mars 2008, il sort son album Bleu pétrole, porté par le premier single Résidents de la République. Un album réalisé par Mark Plati et pour lequel l’artiste s’est adjoint la collaboration à l’écriture d’auteurs tels que Gérard Manset, Arman Méliès et Joseph d’Anvers.

Grâce à cet opus et la tournée qui s’ensuit, Alain Bashung décroche 3 nouvelles Victoires de la Musique en mars 2009: interprète masculin de l’année, album de chanson pour Bleu Pétrole et meilleur spectacle de l’année. Ce qui en fait alors l’artiste le plus titré aux Victoires.

Très affaibli par la maladie, il est cependant présent lors de la cérémonie où il reçoit l’ovation du public. L’artiste s’éteint quelques jours plus tard, le 14 mars 2009 à l’âge de 61 ans, des suites d’un cancer du poumon à l’hôpital St Joseph de Paris.

Сommentaires (30)

  1. Anna Okrzesik a dit:

    C’est aujourd’hui que j’ai connu Alain Bashung…….. J’ai vécu des moments sublimes à l’écouter…… à le regarder….Je ne sais pas quoi dire……. Il était francais, et je vous aime, les Français, beaucoup!

  2. groseille a dit:

    que dire de plus que ce qui a deja ete dit il etait le meilleur rocker francais il estdans notre memoire a jamais que les autres soi-disant chanteur de rock nous semble fadasse a cote le meilleur est partit trop vite on est orphelin .quels beaux concerts il va faire la-haut ils vont tous chanter avec lui ca ne peut etre autrement au revoir alain on se retrouvera et on t’ecouteras encore et encore.

  3. jean claude a dit:

    un des meilleurs interprètes, il n’est pas parti pour moi puisque il est en moi

  4. newkarma a dit:

    C’était un compagnon de route tout comme Ferré, Brassens, Brel etc. Unique, attendrissant, une bouche comme un bonbon c’est Jane Birkin qui le dit et j’ai trouvé cela very charming. C’est un poète et nous ne pouvons nous en passer!!! J’espère que l’on se retrouvera la haut et qu’il y aura un grand boeuf avec Gainsbourg, Balavoine, Michel Berger et j’en passe lorsque j’arriverai ce serait une bonne surprise!!! mais sans lunettes noires ok

  5. Fifi a dit:

    Je te suis depuis tes débuts, tu me manques. Je t’écouterai toujours. Adieu Alain, tu es un grand monsieur, digne jusqu’à la fin.

  6. dominique a dit:

    vertige de l’amour est ma musique préférée j’aimais cet homme ! ce grand homme ! qui faisait rêver ! qui me faisait rêver! avec lui, j’avais le courage de faire mon ménage. je le repassais en boucle toujours et encore et maintenant il n’est plus !! Au revoir Alain que les Anges là-haut te protègent.

  7. guy a dit:

    ton départ me bouleverse “aujourd’hui nos regards sont suspendus” mon bonheur aurait été de te connaitre, te côtoyer, cela arrivera peut-être “le jour où la terre s’entrouvrira” en attendant je t’écouterai. simplement merci immense Alain tu es en moi.

  8. rex7090 a dit:

    je t’aime, je t’aimais et je t’aimerai pour toujours. Isabelle Belgique

  9. colette a dit:

    grand monsieur discret immense artiste faites la fête tout la haut et je pense que vous allez faire un boeuf avec gainsbourg, ferré, brel etc.

  10. solveig a dit:

    Ainsi l’écrivait Beaudelaire “pour dire les plus grandes phrases, il n’y a pas besoin de mots” néanmoins, quel peine ce départ, comme pour Ferré et Nougaro, j’ai mal. A toi Alain, je regarderai les étoiles en pensant à toi. Tu as rejoins des grands… Solveig.

  11. jose a dit:

    respect à ce grand monsieur sa voix son style on n’avait pas besoin d’aimer sa musique il nous interpelle, beaucoup d’émotions; et bien entendu une pensée pour sa famille

  12. véronik a dit:

    un bel hommage hier soir sur france2 taratata avec nagui spécial alain bashung quel grand artiste quand on l’écoute chanter on est comme transporté dans un rêve c’est magique il était extraordinaire quelle classe une voix à tomber un look bien a lui merci mr bashung pour tout ce que vous nous avez apporté dans la musique

  13. marie a dit:

    alain tu es encore dans notre coeur tu es un mec super. condoléances à ta femme maintenant tu es avec les anges bisous on t’aime

  14. Daniel a dit:

    Nous ne sommes que des mortels nous, l’oublions souvent et je veux dire toute mon émotion intérieure pour ce chanteur venu à Saint Brieuc à Art Rock, il y a quatre ans de-cela, je me souviens de ce type qui m’a donné de sa sève et de son aura et m’a donné plus que tout le monde politique peut croire !… A bientôt aussi Alain! Daniel…

  15. catherine a dit:

    un grand coup de poignard… on a perdu les plus grands… merci pour ces chansons et musiques toujours au bout des lèvres… merci monsieur Bashung pour le concert de Soissons dans l’Aisne… dans les années 80… Un grand merci pour votre parcours et générosité.

  16. christophe27 a dit:

    que c’est triste, un grand homme est parti, repose en paix, car nous t’aimons et nous t’aimerons toujours

  17. Martin Brigitte a dit:

    Alain Bashung merci à lui d’avoir fait une tournée l’été dernier, vu au Jazz de Nice. Quelle bravoure d’être venu, c’est un être humain très humain. Une voix d’ailleurs avec une musique d’ailleurs, une voix méditerranéenne bleue azur, un bleu océan comme la Manche pour sa musique anglo-saxonne, un breton bien de chez nous.

  18. mayam2m a dit:

    Alain Bashung est un grand Monsieur, un grand poète, les textes et la musique je ne me lasse pas à écouter sans modération merci Alain

  19. alain a dit:

    rien a dire. vraiment un mec super, il est gentil et vrai, ce qui est assez rare chez un artiste… j’aime beaucoup.

  20. veronik a dit:

    quel plaisir de vous avoir vu aux victoires de la musique samedi soir et avoir emporté 4 césar vous le méritez mr bashung car vous êtes un grand une vrai merveille de vous écoutez chanter depuis plus de 20 ans je vous aime je vous adore vive alain bashung pour toujours

  21. matohu a dit:

    Un grand, un très grand de la chanson française… à ne pas manquer lorsqu’il passera près de chez vous… faite fi des 100 km qui vous sépare d’un de ces concerts juste un mot… magnifique

  22. boss1917 a dit:

    Artiste exceptionnel, que d’émotion en entendant ses textes, ses musiques, sa voix… Courage Alain bats-toi et ne nous laisse pas tomber…

  23. linda a dit:

    Concert à l’ab le 3 décembre; je n’en suis toujours pas sortie; l’émotion la plus forte que j’ai jamais ressentie lors d’un concert.

  24. Poulet a dit:

    Superbe concert ce 05/12/2008 à Bruxelles. Je suis de tout coeur avec toi dans ton combat contre la maladie. poulet

  25. Onivap a dit:

    le 04-12-08 J’ai encore dans la tête le concert de Baschung vu et entendu hier soir à l’AB à Bruxelles, quelle présence, quel musicien, en moins d’une seconde on est captivé par le chanteur, la voix qui vous prend “aux tripes” les textes sublimes que du bonheur!!! merci à ce grand artiste

  26. JohnM a dit:

    Alain c’est toi le meilleur de nos vivants (avev B. Fontaine)!! Merci pour l'”Hèlvète Undergound”… rules

  27. François a dit:

    Bouleversant… fan de dylan, j’ai découvert l’univers d’Alain Bashung par la reprise de “she belongs to me”, mais suis vite entré dans ce fascinant bonheur. Chatterton, fantaisie militaire: Intensité extraordinaire, qui me ramène à la tournée de Dylan avec the band en 66. J’ai vu Bashung à Sarlat il y a 7 ans, puis, à l’Olympia en juin, avant de le revoir à Monpazier cet été: Chair de poule… incommentable. Tu vois ce qu’on voit…

  28. mariecl a dit:

    fabuleux le concert d’hier soir à Grenoble ! quel talent! quelle voix! magnifique cet album “bleu pétrole”, à donner des frissons merci Alain pour ce moment inoubliable

  29. cat a dit:

    J’ai eu le bonheur d’assister à son concert le 02 août 08 à Monpazier: stupéfiant! inégalable ! informés de sa maladie, les spectateurs ont énormément applaudi mais sans demander de rappel, par respect. Ce concert fut un moment magique. Les photos prises ont constitué un album intégrant la critique du journal local, ainsi que des extraits de chanson, ce n’est que du bonheur. Les textes sont d’une richesse, d’une recherche, rares. A réécouter sans se lasser, en découvrant encore quelque chose, comme dans chaque album et toujours de l’émotion au rdv. Un Grand Merci à ce véritable artiste.

    1. Seegers a dit:

      Je tombe par hasard sur votre message sur le RAMDAN, et j’étais , moi aussi, à cette soirée magique à MONPAZIER. Pourriez vous me dire ou trouver l’album en question(reprenant des passages du concert)?
      merci
      François

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *