Arthur HSi le jeune Arthur H est aujourd’hui un artiste reconnu, original et indépendant, ses débuts furent “menacés” par une lourde hérédité: il est l’un des fils de Jacques Higelin… et de Nicole Courtois.

Difficile en effet, quand on porte un tel nom, de se faire une place à part. Pari réussi pour Arthur, qui, à l’instar d’un Matthieu Chedid (-M-), est parvenu à forger un style bien à lui, si bien qu’on oublie facilement qu’il a un père célèbre dissimulé derrière la lettre de son nom…

Jeunesse bohême

Rêveur et vagabond, Arthur Higelin, enfant solitaire, abandonne les études à 16 ans pour voyager. D’abord les Antilles, puis les États-Unis où il étudie la musique à Boston. Mais déjà, il sait qu’il sera chanteur et musicien.

Il monte quelques groupes à Paris, sans succès, mais parvient petit à petit, à force de travail et d’influences, à développer un style bien à part, entre jazz et chanson française, poésie et expérimentation.

Premiers succès

C’est dans les cabarets parisiens, avec ses complices Brad Scott et Paul Jothy, qu’Arthur H se fait connaître.

Fin 1988, on commence à parler de ce chanteur étrange, et l’année suivante, il décroche une tournée africaine de laquelle il rapporte de nouvelles sonorités. Le puzzle Arthur H s’assemble peu à peu, un univers bigarré et multicolore.

Après une parenthèse cinématographique -il tourne Maman de Romain Goupil-, il enregistre son premier album éponyme qui sort en septembre 1989. Malgré un style nouveau et pas encore rodé, le disque obtient un certain succès. Il lui vaut notamment une première partie de Barbara aux Francofolies de La Rochelle.

Voyages voyages…

Avec seulement un album, Arthur H et ses amis parviennent à jouer toute l’année. De l’Afrique au Japon, en passant par le prestigieux Olympia en avril 1991, leur succès se forge sur scène davantage que dans les studios.

Après un deuxième album en 1992, Arthur H s’installe en Belgique pour un spectacle original: il investit le Magic Mirror’s, un chapiteau sous lequel il crée un spectacle drôle, original, riche en sons et en images.

L’album live qui en est extrait est à l’image de ce spectacle, et l’on entend avec joie l’artiste dialoguer avec son public avant de reprendre avec lui les titres phares de son répertoire (Cool Jazz, Eleonore et Leonard, …), mais aussi des chansons telles que C’est extra de Léo Ferré.

Avant de retourner au Japon et au Canada, il reçoit le trophée de la révélation masculine aux Victoires de la Musique. Une reconnaissance du métier, à seulement 27 ans !

Un film de famille

En 1994, Ken Higelin, son petit frère, réalise un film basé sur sa tournée. Arthur H décide ensuite de prendre un peu de recul après 5 années de concerts et voyages.

En 1995, sa bassiste et compagne Alexandra Mikhalkova met au monde une petite fille. Ils auront, plus tard, un second enfant.

Mais dès 1996, l’artiste repart en studio et sur scène. Il enchaîne tournées en France et à nouveau en Afrique, puis en Amérique du Nord et Centrale.

A Los Angeles, le 24 avril 1998, il fait une surprise incroyable à son public en épousant Alexandra sur scène à l’issue du spectacle !

Toujours original et décalé, Arthur H prouve, avec son dernier album Pour Madame X, enregistré en 2000 près de Marmande, dans un château rénové, qu’il sait se renouveler tout en restant fidèle à son style déjanté et varié.

Un homme à part, un nom à part, sans précédent dans le paysage musical français de ce XXe siècle.

zicactu.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *