Clips & BiographieDiscographie

Les clips





Biographie de Brigitte Fontaine

Brigitte FontaineCette fille d’instituteurs naît à Morlaix le 24 juin 1939. Très jeune déjà, elle fait preuve d’un talent certain pour la comédie. Elle joue dans des troupes de théâtre amateur, se passionne pour la lecture et le jeu sur scène.

Lorsqu’elle est repérée à douze ans par un producteur, ses parents refusent de la laisser s’engager si jeune dans une voie artistique à l’avenir incertain. Il lui faut attendre ses vingt ans, en 1960, pour que Brigitte quitte sa Bretagne natale pour Paris. Elle y prend des cours de comédie dans l’espoir de percer dans le métier.

… mais vouée à la chanson

Finalement, de fil en aiguille, elle s’essaie à la chanson, et c’est dans ce domaine artistique qu’elle poursuit son chemin décalé. Assurant des premières parties sur scène, en reprenant Vian, on la remarque très vite pour son style déjanté, à la limite de la raison.

En 1964 a lieu une rencontre essentielle dans la vie de Brigitte, celle de Jacques Higelin, qu’elle considère encore aujourd’hui comme un frère. Ils font connaissance à l’occasion d’un spectacle intitulé “Maman j’ai peur”, qu’ils jouent avec un certain Rufus.

Cette pièce étrange, faite en grande partie d’improvisations, rencontre un grand succès, si bien qu’après avoir “envahi” le Théâtre des Champs-Élysées, ils partent tous les trois en tournée dans toute la France. La complicité du couple Fontaine/Higelin va aboutir à un premier disque en 1965, 12 chansons d’avant le déluge.

Premier album solo

Un premier disque suivi d’un album solo en 1968 intitulé Brigitte Fontaine est folle ! (sic!).

Le tournant de sa vie et de sa carrière se produit avec la rencontre d’Areski Belkacem. Il est un ami de régiment d’Higelin, d’origine kabyle. Areski et Brigitte ne se quitteront plus. Ils formeront un couple soudé, à la vie comme à la scène.

Tous les albums de Brigitte portent sa trace. Premier fruit de cette collaboration, l’album Comme à la radio, qui sort en 1969 et grâce auquel elle reçoit le Grand Prix de l’Académie Charles Cros. Le titre phare, Comme à la radio, obtient un certain succès. Brigitte le reprendra en 1995 dans son album Genre humain.

Malchance

Même si ce disque n’est pas un gigantesque succès, il procure à son auteur une certaine renommée. Mais des circonstances malheureuses vont empêcher le bon déroulement de sa carrière.

Déjà cataloguée parmi les chanteuses disjonctées, sa signature en 1971 du manifeste des 343 femmes en faveur de l’avortement (interdit en France jusqu’en 1975) et son engagement dans les luttes sociales aux côtés des plus défavorisés ont tendance à l’écarter du succès.

Elle dérange et l’image qu’elle laisse d’elle n’est pas assez commerciale aux yeux des producteurs.

De plus, en 1972, l’usure a raison du trio Fontaine-Areski-Higelin, et, cédant sous les fortes personnalités des trois compères, leur collaboration artistique prend fin. Higelin démarre alors la carrière solo qu’on lui connaît. Pour Brigitte et Areski, le travail continue, mais un peu à l’écart des médias.

Production dans l’ombre ou à l’étranger

Durant les années 70, le couple Fontaine-Areski va beaucoup écrire. Se succèdent livres, disques et pièces de théâtre, à un rythme forcené, mais dans l’ombre. Du moins en France, car lors d’un voyage, le couple se rend compte de leur succès international, notamment au Japon, où leurs disques sont dans tous les bacs.

Mais en France, c’est la traversée du désert. Nous sommes au début des années 80. Brigitte travaille avec acharnement. En 1985, son album French Corazon est refusé partout. Il ne doit sa sortie qu’à une journaliste d’origine japonaise qui lui permet de l’enregistrer en 1988. Fontaine tourne beaucoup au Japon, où elle fait une véritable carrière.

Renaissance

Petit à petit, Brigitte et Areski parviennent à reconquérir la France, d’abord grâce au titre Le nougat en 1989, puis grâce à quelques concerts parisiens qui attirent à nouveau l’attention des critiques et du public.

En 1990, pendant la guerre du Golfe, et alors que l’on entend fréquemment les derniers titres de la chanteuse, une censure s’exerce involontairement sur elle: en effet, ses dernières compositions ont des consonances arabisantes, et nous vivons alors une époque difficile. Brigitte subit encore, bien malgré elle, l’oubli et le silence.

Par l’intermédiaire de l’Opération Blow-up, spectacle théâtral et musical, elle ne laissera pas le succès filer une seconde fois: accompagné d’Higelin, d’Areski, de Georges Moustaki et d’Arthur H, elle envahit les scènes parisiennes et c’est un énorme succès.

La sortie de Genre humain en 1995, album produit par Etienne Daho, confirme le renouveau de la chanteuse dérangeante. De l’Olympia à Bourges, en passant par les Francofolies de La Rochelle, Brigitte Fontaine prend enfin sa revanche sur la critique et un public parfois ingrat, qui l’ont trop rapidement oubliée dans les années 80.

Depuis, album après album, télé après télé (ses entrevues sont des morceaux de choix!), spectacle après spectacle (on l’a vue notamment avec Raphaël Mezrahi, comique imposteur et faux journaliste, puis plus récemment, en 2001, dans le film de Romain Goupil “A mort la mort”), livre après livre, LA Fontaine montre avec audace et humour que l’on peut être décalée, sulfureuse et talentueuse.

Elle le prouve encore avec Kékéland, son album sorti en août 2001 sur lequel figurent des artistes aussi variés que Noir désir, Matthieu Chedid, Sonic Youth ou Les Valentins.

zicactu.com

Сommentaires (11)

  1. Omer a dit:

    J’ai vu Areski et Brigitte en 76 et je ne l’oublierai jamais. J’ai tous les disques de cette époque et pour moi ce sont avec Higelin les meilleurs. Elle restera une “grande dame” de la chanson française et ses poèmes ne vieilliront jamais vu qu’elle n’est pas plus déjantée que Villon ou Couté.

  2. Carrara a dit:

    Géniale Brigitte Fontaine, entendue ce soir à Montpellier ! quel talent, quelle poésie, je suis touchée par ce mélange de colère et de poésie, de gravité et de vérités. Et un accompagnement musical de grande qualité

  3. daniel2500 a dit:

    j’ai le meme age que cette grand mere de 72 ans elle a besoin d’argent je suis nee a paris et je n’ai jamais entendu parler d’elle je ne connais aucune de ses chansons elle est comme tous ces vieux chanteurs aznavour et compagnie qui veulent mourir sur scene comme henri salvador c’est une honte place aux jeunes

    1. serge a dit:

      bonjour, on ne peut connaitre tout le monde, mais si Brigitte Fontaine continue c’est simplement par passion, elle a créé une vingtaine d’album, écrit une vingtaine de livre, des pièces de théâtre, des titres pour zizi jeanmaire, julienne greco,jacques higelin, etienne daho, M,vanessa paradis,etc.. donc vous avez surement ecouté une de ces chansons sans le savoir

      serge zicactu.fr

    2. Son but n’est pas de mourir sur scène… c’est de continuer ce qu’elle veut faire.. Brigitte fontaine.. c’est la vie, les états d’âme, la sensualité… et oui, elle nous bouleverse par sa sincérité, son humanité et son talent!

    3. ines a dit:

      elle c’est le “genre humain” vous c’est le “genre aigri” !! ce n’est pas parce que vous ne connaissez pas qu’elle n’existe pas..les jeunes ont toute leur place et bien plus facilement que les anciens..alors ne crachez pas sur ces “icônes” qui tiennent à travers le temps la route de la scène que ni vous ni moi n’avons jamais atteinte puisque nous sommes de sombres anonymes parmi la masse des gens ordinaires.

    4. Lyliane Engelmajer a dit:

      ce qui est une honte est ce texte de vous (Daniel)que je viens de lire.
      Lyliane

  4. Goetz a dit:

    Brigitte Fontaine plus qu’une artiste, ou non, justement, une artiste, mais dans le sens fort et vrai du terme. The Queen of Kekeland nous place face à l’abîme de l’existence et le vertige de cette rencontre nous bouleverse jusqu’à l’ivresse. Tendre surréalisme, poétesse de génie, par une harmonie de rires et de délices, tu dévoiles l’absurdité du tout et le paradoxe même de notre être…

  5. Oscar a dit:

    Je le répète et ne le dirai jamais assez: elle est extraordinairement géniale, tous les rockers, les rappeurs, les artistes de tout poil les plus inventifs peuvent se rhabiller: elle les surpasse tous de très très haut. Merci Brigitte pour tout ce que tu nous donnes, tu es ma passion.

  6. michèle a dit:

    Hello ma poétesse, je t’ai découverte à l’âge de 12 ans dans “cet enfant que je t’avais fait”: j’adorais déjà. Cette légèreté, cet humour, ce lyrisme et cette voix doucement sublime continuent de m’enchanter. Aujourd’hui, je veux partager ce doux délire avec l’homme que j’aime.

  7. vince a dit:

    Ma chère Brigitte, une symphonie de folie douce murement réfléchie, la magie opère à chaque apparition. Vous êtes la nouvelle Grande Dame de la chanson française, Barbara et vous à jamais dans mon coeur et dans mes oreilles… Et l’amour que je vous porte n’est pas du pipeau!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *