DalidaC’est dans le quartier de Choubrah du Caire, en Égypte, que naît Yolanda, fille d’immigrés italiens du début du siècle, second enfant de la famille Gigliotti, après son aîné Orlando, et avant son cadet Bruno.

Pietro, le père de famille, est violoniste à l’Opéra pendant que Giuseppina, la mère, s’occupe des enfants. Yolanda manifeste un goût pour l’art. On l’apprécie dans les représentations théâtrales du collège, mais c’est surtout son physique qui attire, et ce malgré de graves problèmes d’yeux qui l’obligent à porter longtemps des lunettes qu’elle finira par jeter par la fenêtre…

Une jeunesse ordinaire

Enfant de bourgeois aisés, Yolanda vit une enfance sans histoire, fréquentant une école catholique et grandissant comme toute adolescente, entourée de ses amis et de sa famille.

Alors qu’elle se destine à une carrière de secrétaire, l’attirance qu’elle suscite chez les hommes change sa conception de l’avenir. En 1951, alors qu’elle a à peine dix huit ans, elle se présente à un concours de beauté en maillot de bain, et provoque le courroux de toute sa famille.

Mais elle a compris le pouvoir de son charme, et lorsqu’elle commence à travailler dans une maison de couture, elle devient naturellement mannequin. Elle a la beauté mystérieuse des actrices américaines de l’époque, et son corps élancé lui permet en 1954 de décrocher, à la surprise générale de sa famille, le prix de Miss Égypte !

De l’anonymat au cinéma, et du cinéma à la chanson…

Dans la foulée, Yolanda, devenue Dalida, tourne pour le cinéma. D’abord pour le cinéma égyptien, ensuite pour le cinéma français, après qu’un réalisateur français, Marc de Gastyne, l’ait repérée. C’est à cette occasion qu’elle quitte, le 25 décembre 1954, l’Égypte et sa famille pour Paris.

En fait de cinéma, elle prend des cours de chant, pour survivre, et commence à chanter dans des cabarets, présentée comme la révélation française de l’année. Un concours de circonstances va faire d’elle une star. La rencontre de trois hommes va bouleverser sa vie.

Tout d’abord Bruno Coquatrix. Il est le nouveau propriétaire d’un établissement nommé l’Olympia. En quelques années, il fera de cet ancien cinéma le haut lieu du music-hall en France, et fera passer sur cette scène les plus grands artistes internationaux: de Jacques Brel aux Beatles, en passant par Johnny Hallyday, Brassens, Adamo, Sardou, etc. Il anime une émission sur Europe 1: Numéros un de demain, et est alors à la recherche de nouveaux talents.

Puis Lucien Morisse, directeur artistique d’Europe 1, et naturellement à l’écoute de tout ce qui se fait de nouveau. Il est aussi à la recherche de jeunes talents. Il sera l’amant de Dalida, malgré son mariage et l’opinion publique.

Et enfin, un certain Eddie Barclay, producteur de disques, lui aussi à la recherche de nouveaux talents. Il produira par la suite des gens comme Brel ou Aznavour. Un homme d’affaires, mais aussi un homme de coeur et un gentleman.

Dalida interprète sur Europe 1 Etrangère au paradis et se fait aussitôt remarquer. Barclay lui propose l’enregistrement d’un premier disque, Madonna, puis d’un second, Bambino.

Grace à Morisse, le titre entraînant et jovial passe toute la journée sur l’antenne d’Europe 1 et devient immédiatement un tube. Nous sommes en 1956, et Dalida devient très rapidement une star: l’Olympia l’accueille, le public se presse pour la voir.

En un an, elle obtient un disque d’or pour Bambino (300.000 exemplaires vendus), première récompense d’un très longue série.

Elle a aujourd’hui vendu plus de 120 millions de disques à travers le monde et été célébrée des dizaines de fois: disques d’or, de platine, de diamant, Oscar de la chanson, Oscar mondial du disque, médaille de la Présidence de la République reçue des mains de de Gaulle lui-même,… Une place porte son nom à Paris, et une monnaie a été frappée à son effigie à sa mort.

La gloire

Le succès de Dalida se propage dans toute l’Europe et même au-delà. Elle part en tournée en Italie, pays de ses origines, et dans de nombreux autres pays, dont l’Égypte, où elle est accueillie comme une reine.

En France, elle remplit les plus grandes salles et ses disques s’arrachent. Côté coeur, après avoir enfin divorcé, Lucien Morisse épouse Dalida le 8 avril 1961. Tout semble aller pour le mieux pour la jeune femme de 28 ans. Mais le mariage cache mal une relation usée par les années et le métier.

Profitant de ses tournées à l’étranger et de ses nombreuses rencontres, Dalida s’éloigne peu à peu de son mari. Elle reprend sa liberté.

C’est en 1962, après le succès de Petit Gonzales, qu’elle s’achète une maison à Paris, sur les hauteurs de Montmartre, une maison qu’elle aimera et habitera jusqu’à sa mort. Cette maison lui offre aussi la liberté totale puisque au même moment, elle divorce de Morisse. Les succès discographiques s’enchaînent, mais Dalida est seule et rêve de l’homme idéal.

Et la solitude…

Pour combler sa solitude, elle fait venir en 1966 sa famille à Paris. Sa cousine Rosy devient sa secrétaire, et surtout son jeune frère Bruno devient son bras droit (il prend à l’occasion le prénom de leur grand frère Orlando !).

En 1966 toujours, elle croit rompre cette solitude en rencontrant un jeune débutant Luigi Tenco. Ils se rencontrent à plusieurs reprises, tout d’abord dans un but professionnel (ils doivent concourir ensemble au Festival de San Remo), puis dans un but personnel. Ils tombent follement amoureux l’un de l’autre, jusqu’à prévoir leur mariage dans les mois à venir. Mais le malheur viendra les séparer.

Le soir de la finale du festival, Luigi, saoul et hors de lui insulte le jury (ni lui ni Dalida n’ont gagné) et finit, dans un état violent de déprime, par se suicider dans sa chambre d’hôtel. Dalida est effondrée par ce drame.

Commence pour elle une longue série d’évènements malheureux qui petit à petit ruineront sa santé psychologique et sa joie de vivre. Elle tente une première fois de se suicider la même année, heureusement sans réussite.

Une nouvelle Dalida

Cet épisode dramatique va changer sa vie et son personnage. Elle n’est plus la jeune chanteuse de Bambino, mais une femme plus mûre, férue de littérature et de philosophie, une artiste reconnue et adulée.

Pour survivre à ses malheurs, elle entreprend une analyse et une étude de sa personnalité. Elle cherche à se comprendre et à se situer dans sa vie riche en évènements. Elle décide de ne se consacrer qu’à une chanson plus poétique et artistique, et de laisser tomber les tubes faciles et joyeux.

Ce nouveau répertoire plus intimiste ne réduit pas pour autant sa popularité. En septembre 1970, Lucien Morisse, son ex-mari, se suicide. Dalida voit peu à peu le monde s’effondrer autour d’elle. Les années 70 s’annoncent cependant plus sereinement.

Elle rencontre Richard Chanfray, dit le Comte de St-Germain, et sa carrière se stabilise, enchaînant encore des succès immenses dont Paroles Paroles avec Delon, même si le rythme est moins soutenu.

La vie continue, avec ses hauts et ses bas…

Malgré tout et, grâce à la sérénité qu’elle retrouve avec son nouveau compagnon, sa carrière reprend de plus belle. A nouveau les succès s’enchaînent: Il venait d’avoir dix huit ans (1973, écrit par Pascal Sevran), Gigi l’amoroso (1974), J’attendrai (1975), ainsi que les concerts et les tournées internationales.

Elle passe aussi dans de nombreuses émissions télévisées qui assoient sa popularité. Dalida ne subit pas les modes et les années, en sachant s’adapter à chaque époque. Ainsi, en 1978, en pleine époque disco, elle sort un album disco Génération 78.

Elle s’exporte aussi aux États-Unis où son succès est immense. Elle garde de ce séjour une mise en scène très music-hall qu’elle utilisera dès 1980 sur scène au Palais des Sports de Paris. Un spectacle grandiose.

Mais un drame encore va ternir son bonheur: elle se sépare du Comte St-Germain, homme devenu violent et dangereux. Encore une fois, l’amour lui échappe. Et ses prochaines amours ne seront pas plus abouties. Parallèlement, son amitié affichée pour le nouveau président François Mitterrand nuit à sa carrière. Ce sont autant de raisons pour Dalida de s’isoler et de s’éloigner. Elle part pour une longue tournée d’un an.

Retour en France

Son retour prouve qu’elle reste malgré tout une star immense. Personne ne l’oublie et ses albums sont des records de ventes. Mais en cette année 1983, Richard Chanfray se suicide. L’édifice fragile s’effondre définitivement. Dalida est à bout, malgré l’acharnement avec lequel elle se jette dans le travail.

Elle tourne au cinéma “Le Sixième jour” de Youssef Chahine et remporte un énorme succès, mais rien ne ramène la joie en son coeur. Tous les hommes qu’elle a aimés ont disparu tragiquement.

C’en est trop pour cette femme fragile et tendre. Elle décide de mettre fin à ses jours et est retrouvée morte le 3 mai 1987 dans sa maison parisienne. Le public garde d’elle l’image d’une femme fragile et forte à la fois, au talent multiple et immense. Une star que la mort a figée dans le temps et dans l’histoire.

zicactu.com

Сommentaires (13)

  1. j’adore dalida!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ma famille n’aime pas mais moi je n’écoute que sa!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. stefane a dit:

    dali tu es pour moi bien plus qu’une mere ou qu’ne star tu es mon unique et eternelle veritable amie je taime depuis toujour ici bas tes soldat sont toujour la pour perpetuer ton souvenir

  3. arlette a dit:

    dalida je t’adore. Tu nous à quitté beaucoup trop tôt. Mais l’héritage que tu nous a laissé restera éternellement. Repose en paix

  4. stéphane a dit:

    Dali tu es et resteras dans nos coeurs tout comme les pharaons tu es éternelle pareille aux pyramides, ton souvenir défie le temps, avec le temps tout ne s’oublie pas, merci Mr Olando pour tout. A quand un nouveau remix de Dali..

  5. camille a dit:

    un jour, une amie m’a donné un cd de dalida j’ai tout de suite aimé. et depuis j’ai acheté 5 autres je l’écoute souvent depuis 8 ans je l’adore

  6. jihen a dit:

    Dés mon enfance, j’adore Dali, elle était la parfaite chanteuse, elle choisissait bien les paroles, les chansons qui ont une histoire dont les paroles sont très proches de nous et sa voix qui nous touche dés qu’on l’entend. dans ces spectacles et ses concerts, elle est la reine, elle restera toujours vivante dans nos coeurs. je l’aime et je l’aimerai pour toujours.

  7. Dorine a dit:

    salut a tout ce qui envoie des messages pour dalida sur ce site. J’ai 11 ans et je suis une fan inconditionelle de dalida. Nous sommes le samedi 4 janvier 2009 et j’ai 4 CD de dali et je n’arrête pas de l’écouter. Aujourd’hui j’ai vu le film je le trouve très réussi car sabrina ferilli interprète bien dalida et c’est dommage que dali ne soit pas encore en vie mais de toute facon nous allons tous mourir un jour ou l’autre. J’ai compté quel age elle aurait eu en 2009, elle aurait 76 ans. Croyez-vous que dalida chanterait toujours si elle ne s’était pas suicidée? Bises à tous, je vous aime

  8. sarah a dit:

    merci, dalida pour tout ce que tu as pu nous offrir, tu es unique, personne ne te remplacera. je te garde dans ma mémoire à jamais. repose en paix princesse égyptienne. je t’aime.

  9. saphault a dit:

    dalida reste à jamais gravée dans ma mémoire je parle de la femme de la grande artiste que de peine elle nous a fait beaucoup sont orphelins

  10. dalida 1933-1987 a dit:

    Dalida je ne t’ai pas connu je suis né en 1994 mais tu es mon idole je suis fous de toi je vais mettre fin à mes jours moi aussi je peux plus supporter de vivre sans toi je souffre trop de ta mort je t’adore dalida plus que tout je laisserai tomber ma famille pour toi

  11. david62231 a dit:

    je t’aime dali tu étais une reine une beauté divine pour moi tu es toujour là il est difficile de comprendre ta disparition pourquoi pourquoi toi tu avais tout sauf une chose l’amour mais que tu as donné dans notre coeur. je t’aime repose en paix ma belle.

  12. Jean a dit:

    Elle restera unique, depuis sa disparition personne ne l’a remplacée, beaucoup ont essayé de l’imiter, dans son élégance, son allure (les Dion, Milva, Fabian) Elles se sont toutes cassées les dents. Dalida restera avec Piaf l’une des deux chanteuses les plus populaires du XXème siècle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *