Clips & BiographieDiscographie

Les clips


Biographie de Hubert Felix Thiefaine


Chanteur et poète, inventeur de mots, créateur de sons, Hubert-Félix Thiéfaine véhicule l’image du troubadour moderne. Il sillonne le paysage musical francophone loin des médias et traîne avec lui une réputation d’esthète et de guerrier provocateur.

Depuis vingt-cinq ans, sa prose habille intelligemment un rock original, entre loufoquerie et romantisme noir. De Comme un chien dans un cimetière à Défloration 13, Thiéfaine rentre peu à peu dans la légende.

Sombre Jura

Avant-dernier d’une famille de six enfants, Hubert-Félix voit le jour à Dole au coeur du Jura, le 21 juillet 1948. Sombre Jura de l’après-guerre au sein duquel le chanteur passe une enfance triste et difficile.

Déjà mélancolique, rêveur et solitaire, son faible engouement pour le travail et la discipline scolaire le mène droit au séminaire, en pension (en prison ?!). Mis à l’écart, il forge là sa personnalité hors du commun et s’enivre d’écriture et de musique.

Ses premiers mots ont les sonorités décalées de ses futures oeuvres. A dix-sept ans, il forme ses premiers groupes, inspirés par Dylan ou Léo Ferré, et prend à vingt ans la poudre d’escampette, le bac en poche. Direction Besançon, la faculté de Droit. Premières évasions…

Besançon-Paris

Convaincu de sa nécessité de fuir la vie modèle (études-travail-vie rangée), H-F emprunte les chemins de traverse. Ses quelques expériences musicales avec son ami Tony Carbonare ne lui suffisent plus, parce qu’elles sont sans lendemain, comme des amours inachevées.

Après un service militaire avorté (il est exempté), guitare sur le dos, il quitte le Doubs pour Paris en 1971, certain qu’il a une carte à jouer. Deux années durant, il alterne les stages bidon, les petits métiers faciles, profitant de son temps libre pour écrire un roman et un spectacle musical.

Ce dernier s’intitule Comme un chien dans un cimetière et verra finalement le jour en 1973 dans les petits clubs et les cabarets de la région parisienne. Mais si le public commence à apprécier le jeune chanteur, ses textes déconcertants et son allure provinciale ne convainquent aucun éditeur. Bredouille et malade, Hubert quitte Paris en 1976 pour son Jura natal.

Machin

C’est finalement là que se fera le déclic, dans un salvateur retour aux sources. Il rencontre le groupe Machin, composé de quatre hurluberlus et dans lequel joue son ami Tony. Il les rejoint quelques temps sur scène. Machin correspond tout à fait à l’état d’esprit de Thiéfaine, cultivant déguisement, insolence et humour noir.

Une attitude de scène que gardera longtemps le chanteur, n’hésitant pas à se costumer comme sur la pochette de son troisième album De l’amour, de l’art ou du cochon ?

Pour l’heure, Hubert signe son premier contrat chez Sterne et sort en 1978 son premier album aux ventes confidentielles: Tout corps vivant sur le secteur étant appelé à s’émouvoir… En deux ans et trois albums, Thiéfaine obtient un succès d’estime. Radios et journaux spécialisés le sollicitent et ses premiers concerts attirent un public curieux de voir s’étendre le phénomène.

L’envol du poète

Puis tout va très vite. Son album Dernières balises obtient un disque d’or et lance la machine Thiéfaine. Sa poésie et sa musique décalées créent la surprise dans le milieu du rock. Intellectualisé (et marginalisé) par certains médias, il rentre dans la catégorie particulière des chanteurs à texte, empêchant ainsi son oeuvre de sombrer sous une popularité éphémère.

Assurément, son art s’inscrit dans le solide, le durable, le beau. De l’Olympia à Bobino, la foule venue lui rendre hommage le confirme. Désormais rien n’arrête sa carrière. Le chanteur aux allures de poète maudit devient prolifique et enchaîne les albums: Alambic sortie sud, Meteo für Nada, ou encore Eros über alles sont autant de chefs-d’oeuvre incontestés.

De nombreux “tubes” marquent les esprits de ces vingt dernières années de leur signature si particulière: La fille du coupeur de joints, Loreleï Sebasto Cha, Sweet Amanite Phalloïde Queen ou encore Les dingues et les paumés, Groupie 89 turbo6, Zone chaude môme, La vierge au Dodge 51.

Scènes privées

Pourtant timide et introverti, Hubert-Félix trouve son bonheur sur scène, à la rencontre de son public. Les tournées le mènent dans toute la France et durent parfois plus d’un an. Les plus grandes salles de spectacle l’accueillent à guichets fermés (le Zénith, l’Olympia, …) et ses apparitions dans les festivals sont autant de moments privilégiés (Bourges, Nyon, …).

Reconnu et rarement décrié, il inspire le respect et les journalistes se penchent sur la vie de cet homme attachant et trouble: une biographie de Pascale Bigot paraît dans les années 80 aux prestigieuses éditions Seghers et le magazine Chorus, bible de la chanson francophone, lui consacre de nombreux articles.

Ayant trouvé le juste équilibre entre vie publique et vie privée (il a deux enfants, Hugo et Lucas, nés en 1986 et 1993), Thiéfaine construit discrètement et durablement une oeuvre solide et attachante. Parce que chacun de ses albums a un véritable sens artistique et nécessite un travail d’écoute et d’appropriation, cet artisan des mots est devenu un auteur fascinant et inclassable.

Son treizième album, Défloration 13, paru en 2001, est accueilli comme un nouveau chef-d’oeuvre, sans défaut et sans âge. A la manière d’un Murat qui refuserait toute concession aux contraintes du système, Thiéfaine s’enorgueillit d’appartenir au cercle restreint des grands artistes de la francophonie.

Son oeuvre singulière et colorée traverse les années sans prendre une ride tant son ironie et sa quête inespérée du langage en font un modèle du genre.

zicactu.com

Сommentaires (17)

  1. thierry a dit:

    souviens toi d un apres concert au festival des giboulees
    le bordeaux etait tres bon l ami

  2. Argency a dit:

    cher Monsieur Thiéfaine, vous avez fait du bien beau travail. bientôt vous comprendrez pourquoi. ah bravo pour votre “suppléments de mensonge”, je l’ai acheté hier et c’est un véritable bijou, comme d’hab

  3. BORNEL a dit:

    Habitante de l’ETOILE jura, ce joli village parlera à FHT, c’est avec grand plaisir que je détient deux places pour son concert à la Commanderie à DOLE le 5 MAI 2012. Dommage que les places ne soient pas numérotée, c’est la première fois que je le verrai en concert, et je souhaite pouvoir en profiter au mieux. .

  4. annick a dit:

    juste encore un truc, j’ai eu le bonheur de rencontrer ferre que j’adorai, tu es celui qui se rapproche le plus de ce qu’il faisait, à mon sens

  5. annick a dit:

    je suis à tous les concerts que tu fais dans le nord de la france depuis que j’ai 17 ans, je continue à aujourd’hui, tun’as pas pris une ride tu es toujours aussi génial
    merci et surtout continue….

  6. thierry a dit:

    merci à hubert de m’avoir accompagné toutes ces années. ma jeunesse folle a été bercée par tes chansons.

  7. Marion a dit:

    Voilà j’ai 16 ans, et depuis toute petite j’ai grandie, avec les chansons d’Hubert Félix Thiéfaine, et maintenant c’est à mon tour d’être accro a ses chansons comme l’est encore mon père aujourd’hui.

  8. Borniol a dit:

    on doit se parler, il me faut un indice pour pouvoir vous décoder même si à mon avis vous ne le voulez pas. affectueusement un fan

  9. sandrine a dit:

    hubert je te fais de gros bisous et merci à eric qui grace à lui je peux te voir après tes concerts merci pour tes dédicaces des posters cd et livre merci hubert et eric une afficianos

    1. jef a dit:

      as-tu lis la bio de son frère?

  10. hirochima a dit:

    Je trouve que ce que vous faites est genial, j’adore, depuis l’âge de 17ans que je vous écoute et j’en ai 43ans, et c’est toujours aussi beau. A quand le prochain concert dans le nord (à Lille) avec votre ami Paul; merci encore et je suis impatient de vous voir à nouveau

  11. manolo a dit:

    superbe zik parole detonnante, depuis plus de 15 ans je t’écoute et j’espère que ça va durer. à quand le prochain album… bonne inspiration pour la suite tant attendue, un vrai kiff ke t’écouter.. à bientôt. manolo 52

  12. ttjack a dit:

    Je bénis ceux qui m’ont fait connaître ce Poête. Un album de HFT pour s’échapper de tout, rien de mieux! Merci à lui, on en veut encore très longtemps!

  13. J. Page a dit:

    Ca n’est peut-être pas du HFT pur sucre avec Paul P, mais bon moi j’aime bien et franchement c’est nettement mieux avec Paul P que Cali dans “Scandale…” Vu la tournée solo à Montfavet (Avignon) des tripes, une voix et une présence à couper le souffle, et aussi un fichu caractère…

  14. orpheenonante8 a dit:

    a quand hubert le prochain album tu ne va pas t arreter a scandale melancolique quand meme, que va t on ecouter nous tes fans assidus on va se taper un quemant de thiefaine car le dernier avec paul personne ce n est pas terrible ce n’est pas toi on sent que ce n est pas du pur thf gros gros bisous a mon etoile corinne

  15. titus a dit:

    rappel toi un soir à Dijon…

  16. narcisse81 a dit:

    respect a toi hubert ne t arrete pas ne nous prive pas de tes oeuvres je suis sur que tous tes fans penseront comme moi ne t arrete pas a scandale melancolique avec un tel talent car apres toi il n y a plus personne alors pitie continue on t aime je t aime corinne et continu a rester loin des medias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *