Clips & BiographieDiscographie

Les clips





Biographie de Jean Jacques Goldman

jj-goldmanAu fil des années, Jean-Jacques Goldman, cet éternel jeune homme discret, s’est imposé comme l’une des grandes valeurs de la chanson française.

Non seulement en tant qu’interprète (avec Taï Phong, le groupe de ses débuts, en solo ou encore avec ses comparses Michael Jones et Carole Fredericks), mais aussi en tant qu’auteur, en composant des dizaines de tubes. Johnny Hallyday, Céline Dion, Khaled, Marc Lavoine et Patricia Kaas, entre autres, ont interprété des succès de JJG.

Ce dernier, souvent caché sous un pseudo, continue à fuir les journalistes et les médias, restant fidèle à son histoire, à ses convictions, et à sa passion: la musique. Après avoir vendu des millions d’albums et su échapper à toutes les modes, Goldman, anti-star au coeur immense, est une figure incontournable de la chanson française.

Enfant d’immigrés

Comme un Gainsbourg ou un Aznavour, c’est à Paris, carrefour de l’Europe, que naît Jean-Jacques Goldman, le 11 octobre 1951, dans le dix-neuvième arrondissement.

S’il reste fidèle à la région parisienne tout au long de sa vie (il habite à Montrouge, la ville de son enfance, au sud de Paris), ses parents viennent de loin. Immigrés juifs polonais, Alter Goldman et Ruth Ambrunn ont fui la Pologne dans les années 30 pour la France. Leur participation à la Résistance leur vaut une naturalisation à la fin de la guerre.

Ils se marient en 1949 et s’installent définitivement à Paris puis à Montrouge avec leurs quatre enfants. De ses parents, militants communistes, JJ garde surtout le goût profond du partage, de la solidarité et de l’égalité, valeurs que l’on retrouve dans nombre de ses textes.

De ses origines lointaines, il garde le goût pour l’histoire et les grands évènements (Rouge, Si j’étais né…, Comme toi).

Premiers pas en musique

Enfant, il apprend le violon, la guitare, l’orgue, et exerce ses talents de chanteur dans la chorale de l’église de Montrouge, les Red Mountain Gospellers. Mais c’est grâce à son premier groupe, les Phalanster, qu’il découvre sa voie.

Nous sommes en 1968 et cette formation connaît un certain succès en tournant dans les bals et les boîtes de nuit. La consécration a lieu au célèbre Golf Drouot, salle de spectacle prisée dans laquelle débutèrent les Dutronc, Hallyday et Eddy Mitchell !

Mais il est encore trop tôt pour parler de gloire… Jean-Jacques continue ses études, obtient son baccalauréat en 1969, et quitte Paris pour Lille, où il prépare le diplôme de l’EDHEC, grande école commerciale, qu’il quittera en 1973, pour retourner à Paris.

En attendant, Jean-Jacques utilise ses moments de liberté pour travailler sa guitare et écrire ses premières chansons. L’été, il quitte le continent pour se lancer à l’assaut des Amériques, du Nord comme du Sud. Il “trace sa route”, aventurier solitaire, et apprend la vie.

Retour aux sources

Après un bref passage par l’armée de l’air et son service militaire de 1974 à 1975, Jean-Jacques retourne vivre à Paris, riche de ses années d’expérience et de travail musical.

Entre divers petits métiers et le magasin familial, il enrichit son répertoire. La même année, il découvre Ferré sur scène avec son groupe expérimental Zoo. Ce rock progressif sonne comme une révélation pour le jeune homme en pleine recherche créatrice.

Mais c’est en 1975 que “naît” la carrière musicale de Jean-Jacques, lorsque associé à deux amis d’origine vietnamienne, il crée le groupe Taï Phong (Grand vent en vietnamien). La même année sort leur premier album dont l’extrait Sister Jane est un grand succès.

Le groupe, auquel un certain Michael Jones est venu prêter main forte, durera jusqu’en 1979 et publiera trois albums (Windows en 1977 et Last Flight en 1979).

Carrière solo

Une fois le groupe séparé, Jean-Jacques se met au travail. Chez lui, il installe un mini studio et compose, encouragé par sa femme Catherine. Le succès est rapide. Dès 1981, Goldman propose Il suffira d’un signe à la maison de disques Epic.

Ce 45 tours est un tube, le premier d’une longue série. L’album intitulé sobrement Jean-Jacques Goldman sort la même année et fait découvrir au public un être discret, talentueux, à la voix particulière et aux textes convaincants.

Les tubes Quand la musique est bonne et Comme toi, issus de son deuxième album sorti en 1982, confirment le talent de Jean-Jacques dans l’écriture et la composition.

Récompensé par le Diamant d’Or de la Chanson française et propulsé au rang de star, le chanteur entame en 1984 une première tournée. La scène n’est pas le fort de cet homme timide et réservé, mais la communion avec son public est extraordinaire.

Pour vivre heureux, vivons cachés…

Fidèle à ce précepte, Jean-Jacques continue son travail acharné sans pour autant s’éloigner de sa famille (il a trois enfants, nés en 1976, 1980 et 1984), ni de sa philosophie de vie.

Le fruit de cette passion est Positif, un album sorti en 1984 qui s’arrache comme des petits pains, avec pour fers de lance: Envole-moi, Encore un matin ou Long Is The Road.

1985 marque un tournant dans sa carrière avec le succès phénoménal du titre Je te donne, extrait de Non homologué, et chanté en duo avec son ami et guitariste Michael Jones. En effet, ce succès donne à Goldman l’idée du trio Fredericks-Goldman-Jones.

Parallèlement, son engagement dans les oeuvres humanitaires prouve, s’il en est besoin, sa faculté à donner et à partager. On le voit notamment avec Les chanteurs pour l’Ethiopie, SOS Racisme ou Les Restos du coeur de son ami Coluche.

Ecrire pour les autres…

…est aussi l’une de ses nouvelles priorités. En commençant en 1986 par le magnifique album Gang pour Johnny Hallyday, album qui va rapprocher le grand Johnny d’un public de plus en plus jeune.

Suivront les Kaas, Céline Dion (deux albums), Marc Lavoine ou autre Khaled. Jean-Jacques deviendra, au fil des années, un véritable faiseur de tubes (écrits parfois sous un pseudo).

Mais pour l’instant, et ce après de nombreuses tournées dans le monde entier jusqu’en 1988 (de la France au Québec, en passant par l’Afrique ou New York) et une nouvelle participation aux Enfoirés en 1989, sa préoccupation est le trio qu’il compose avec ses deux amis Carole Fredericks et Michael Jones.

Leur premier album sobrement intitulé Fredericks-Goldman-Jones, sort en décembre 1990. Des centaines de milliers d’exemplaires vendus, suivi d’une tournée gigantesque à travers le monde, confirment la fidélité du public envers ce chanteur tant attachant, qu’il soit seul ou (bien) accompagné. Ainsi, son groupe et l’écriture pour les grandes pointures de la chanson française sont désormais ses deux priorités.

Rouge

Rouge, sorti en 1994, épouse parfaitement l’esprit Goldman: chanté avec le choeur de l’Armée Rouge, le titre phare est un hymne à l’amour, au respect de l’autre, et un clin d’oeil à l’histoire.

Jean-Jacques ne renie jamais ses appartenances politiques nettement à gauche, en hommage sans doute à ses parents communistes, et à son demi-frère Pierre, révolutionnaire assassiné en plein coeur de Paris en 1979.

L’album est encore un immense succès, tout comme les disques composés à cette époque pour Céline Dion (D’eux) ou Khaled (encore une Victoire de la Musique pour le titre Aïcha).

Il faut attendre 1997 pour que Goldman reprenne les habitudes d’un chanteur solo avec son album En passant. Sans surprise, il s’arrache à plus d’un million d’exemplaires et révèle un auteur mûr, plus mélancolique, sûr de son art et de sa voix.

Un monument de la chanson

Discrètement, le style Goldman s’est imposé dans la chanson française de ces années 80-90. A cinquante ans, si Jean-Jacques change de vie (il se remarie avec Nathalie, de 28 ans sa cadette, le 13 octobre 2001 à Marseille), rien n’ébranle la carrière de cet auteur sensible et tendre.

Il le prouve par son dernier album Chansons pour les pieds, véritable exercice de style musical (tout y est abordé, de la valse à la techno), sorti en novembre 2001, quatre ans après En passant.

S’il se fait moins prolixe, c’est pour mieux se préserver des médias et des télévisions. Ses apparitions sont minutées, les articles de presse le concernant sont contrôlés. Même si certains voient là une forme répréhensible de censure, d’autres s’accordent à respecter ce droit à la discrétion et au silence.

Monument de la chanson française, chacun de ses albums est un véritable succès. Homme discret et timide, il a su rester unique, malgré son statut de star. Une star à sa façon…

zicactu.com

Сommentaires (21)

  1. morvan a dit:

    envole moi m’a énormément touché

  2. morvan a dit:

    tout simplement je l adore

  3. Igoulmimene a dit:

    Bonjour , tu ne mentionnes pas l’album “entre gris clair et gris fonçé” qui est quand même incontournable

    1. serge a dit:

      Zicactu : bonjour il est dans la discographie 🙂

  4. pavlouchenko serge a dit:

    heureux tardif maic content que tu n’ais pas suivi la boxe comme papa voulait !!!!! bravo à toi tu es super et le square de l avenue de la republique me rappelle de tres bon moments !!!!!

  5. silvia saramago a dit:

    j avais 16 ans quand j ai écouté jean jacques goldman la premiere fois , ” puisque tu part” est ma chanson preferé… grandieux ce Monsieur.. . merci jean jacques goldman

  6. soso a dit:

    moi je suis fan depuis l’âge de 10 ans, j’ai bientôt 40 ans. dès qu’il passe à la télé trop rarement à mon gout je ne le loupe jamais. j’adore les resto du coeur car c’est la seul fois qu’on le voit à la télé. j’ai tous ses albums ses livres vivement qu’il revienne j j je t’aime

  7. nicole a dit:

    moi la première fois que j’ai écouté Jean-Jacques Goldman, j’étais toute petite, je l’ai vu en concert une seule fois il y a très longtemps car au mois de juin je vais sur mes 39 ans. C’était inoubliable reviens nous vite tu nous manques à tous, ton silence est beaucoup trop long !!! bises

  8. alexandra a dit:

    slt moi j’ai eut la chance de rencontrer mon jj goldman 2 fois le 07/12/02 à plan de cuques à marseille puis le 24/11/04 dans une manif à marseille deux fois le bonheur de lui avoir parlé on s’est regardé embrassé j’ai tjrs son autographe il porte bien son nom goldman qui veut dire en anglais homme en or !!! il est unik c le meilleur auteur interprète compositeur qui existe vous avez beau cherché il y a pas mieux que lui!!! logiquement il revient pour 2010 à ses 60 ans ! je suis hyper fan de lui depuis mes 6 ans j’en ai 26 aujourd’hui, il est toute ma vie! écoutez bien ses paroles ainsi que ses mélodies!! il nous fait tant rêver!!! moi je suis auteur interprète aussi j’ai des tas de points communs avec jj goldman et c sûr je veux me lancer dans la chanson!! comme jean jacques! je garderai tjrs espoir !! bisous les fans!

  9. mumu a dit:

    il est super je l’adore j’aurais beaucoup aimé emmener ma fille voir un concert. j’espère qu’il reviendra sur scène!!! Golmich!!!

  10. Vagabonde a dit:

    fan depuis tes débuts, merci pour toutes tes belles chansons et leurs musiques, j’ai assisté à 1 de tes concerts et c’était trop super ! en espérant te revoir très bientôt sur scène avec de nouvelles chansons. t’es un super mec !

  11. Crousti a dit:

    Son talent n’a d’égal que sa simplicité à toute épreuve. L’émotion qu’il parvient à nous offrir à travers chacun de ces textes; sait nous consoler de ne plus pouvoir la partager près de lui. Un dernier concert avant une retraite bien méritée nous comblerait tout-à-fait… Un grand merci à l’artiste, un chapeau bas à l’homme.

  12. lapoude a dit:

    C’est juste le meilleur auteur, chanteur et compositeur. Je suis né avec, et j’espère faire découvrir plus tard à mes enfants et mes petits enfants tout son répertoire. Merci pour tout ce que tu fais même si on te voit pas assez. béziers

  13. tyfane a dit:

    que dire? cet homme est un sacré personnage, ces chansons nous bercent tous les jours que dieu fait depuis notre enfance. j’ai eu le plaisir de voir plusieurs de ces prestations scénique: grandiose. c’est un homme d’une générosité, d’un charisme exemplaire. quoi qu’il puisse entreprendre tout se transforme en succès, en plaisir pour les oreilles. que ce soit ses textes sa musique qu’il écrit pour les autres, qu’il soit sur scène, il donne tout et pour tout cela merci Mr Goldman. il nous tarde de vous réentendre à nouveau pour pouvoir s’évader à l’écoute de vos textes et musique qui nous font oublier un peu le quotidien. un grand merci à toi pour tous ce que tu peut nous offrir. chapeau bas l’artiste. sache que tu nous manques à un point que tu n’imagines pas. “je voulais simplement te dire que ton visage et ton sourire resterons près de nous sur notre chemin… te dire que c’était pour de vrai tout ce qu’on n’a pu vivre et tout ce que tu nous a fait vivre que ce n’est pas pour de faux qu’il nous reste beaucoup de chose à vivre entre toi et nous” Stéphane de Brest un fan depuis très longtemps.

  14. christ a dit:

    c’est vrai goldman nous manque un peu, mais bon après toute ces années il a droit a un peu de répit bien qu’il soit enchanté d’être sur scène avec son public, il a derrière lui une vie comme tout le monde. mais il reviendra un jour peut-être vous voir dire un petit coucou en attendant on lui fait de grosses bises ciao

  15. vonvon du 95 a dit:

    je suis une fan depuis le début tu nous as fait rêver aimer et danser à quand la nouvelle tournée le temps et long et l’envie de te revoir sur scène nous manque à bientot vonvon

  16. sandrine a dit:

    Comment dire, il n’y a pas de mot. Je respire sa musique depuis ma plus tendre enfance; j’ai l’impression lorsque j’écoute ses chansons que je revis, que je connais cet homme comme si c’était un ancien camarade, je ressens lorsque je le vois quelquefois à la TV, son stress, j’adore son humour, c vrai que depuis 97, quelque chose de rare s’est produit… grace à sa musique envoûtante. Et j’ai enfin assisté à l’un de ses concerts en 2002. Pour moi JJ est une énygme, un trésor par ses musiques et ses paroles envoûtantes. J’aimerais un jour le rencontrer, cet homme si simple et si noble à la fois.

  17. alexandra a dit:

    Slt a tous moi j’ai rencontré cette homme en or mon goldman 2 fois un pur plaisir!!! C mon idole de petite fille c le meilleur auteur compositeur francais il a composé pour les plus grands!! Ya pas mieux les jaloux arretez de le critiquer vous lui arriverez jamais a la cheville! Ya pas mieux il porte pas ce nom de naissance pour rien goldman qui veux dire en anglais homme en or! Puis n’oublions pas aujourdhui son anniversaire! Il est né le 11/10/51! 57ans aujourdhui jean jacques on t’aime reviens vite! Moi mes deux rencontres avec lui le 07/12/02 a marseille plan de cuques puis le 24/11/04 a une manif a marseille donc deux bisous deux regards etc c le top allez les fans puis ne pas oubliez notre goldman est papa de 6 enfants !! Kiss Jean Jacques on taimeeeeeeeeeeeeeee

  18. yann a dit:

    Bon anniversaire Jean Jacques, si je puis me permettre le tutoiement. Fais nous rêver, encore et encore. Une icône qui laisse sa trace dans l’histoire et dans le coeur des gens. Les mots manquent pour définir le rêve qui nous transporte, une drogue douce sans doute, une addiction au plaisir de vous écouter, et de façon licite. THX yann

  19. rose a dit:

    j’ai connu jean jacques à l’île de la Réunion et depuis je suis l’une de ses plus grandes admiratrices merci à ce grand auteur compositeur ses textes sont merveilleux chargés d’immenses émotions il nous manque tellement très peu de personnes sont capables d’avoir une telle sensibilité… j’ai oublié de me présenter mon prénom est rose

Répondre à alexandra Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *