Jean-Louis Aubert

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


Biographie de Jean Louis Aubert

jl-aubert

La vie et la carrière de Jean-Louis Aubert sont indissociables du groupe Téléphone. Sans Aubert, Téléphone ne serait pas Téléphone, et sans Téléphone, Aubert ne serait pas Aubert. Essayons ici de parler uniquement de l’homme et de sa carrière solo.

De Nantua aux États-Unis…

Jean-Louis Aubert naît dans l’Ain, à Nantua, le 12 avril 1955. Fils d’un sous-préfet, son enfance est aisée, quasi-bourgeoise. Une enfance dorée à la limite de l’ennuyeux. A quatre ans, direction Senlis, dans l’Oise. Lorsqu’il a dix ans, la famille Aubert déménage à Paris.

Ce changement d’horizon émancipe le jeune Jean-Louis, qui devient caractériel et rebelle. Il est un adolescent révolté contre le système et lassé de son enfance tranquille. Les études ne l’intéressent pas, et s’il obtient son bac, c’est avec beaucoup de chance. Il fréquente alors le lycée Carnot de Neuilly où étudie aussi un certain Louis Bertignac.

La musique est, pour Jean-Louis, un lieu idéal d’évasion, tant psychologique que physique, puisque à 17 ans, il part pour les États-Unis avec sa guitare, où il survit plusieurs mois en faisant la manche, reprenant les tubes des Stones. Une expérience « enrichissante » pour ce jeune homme bien.

Retour à Paris et premiers « boeufs »…

De retour à Paris, il ne quitte pas la musique de vue et commence à animer les boums et les soirées du beau Paris (il vit dans le 16e arrondissement). Avec deux amis, dont un certain Richard Kolinka, ils forment un premier groupe Sémolina, et parviennent même à enregistrer un 45 Tours (Et j’y vais déjà / Plastic rocker), mais l’aventure tourne court.

Pour remplacer un groupe absent lors d’un concert où s’est engagé Kolinka, Aubert fait appel en urgence à deux amis, Louis Bertignac et Corinne Marienneau. Les quatre jeunes gens se retrouvent ensemble sur scène, et c’est ce soir-là de novembre 1976 que naît le groupe mythique Téléphone…

Le règne Téléphone…

Inutile de parler ici de l’aventure Téléphone. Durant dix années, ce jeune groupe va exploser les scènes de France et de Navarre avec un rock nouveau, énergique et intelligent.

Des premiers titres (Métro c’est trop, Anna, …) aux derniers (Le jour s’est levé, …), la plupart écrits par Aubert, Téléphone devient LE groupe de rock français des années 70-80, jusqu’à leur séparation en 1986.

Carrière solo

Commencent alors les aventures solitaires des ex-membres du groupe. Aubert et Kolinka sortent un premier 45 T Juste une illusion sous le nom d’Aubert’n’Ko en 1986, puis un album en 1987 Plâtre et ciment, rapidement suivi d’une série de concerts dans toute la France.

Bénéficiant de la notoriété de Téléphone et de leur toute récente séparation, Aubert obtient un certain succès avec une musique plus funk, plus travaillée, avec de nouvelles instrumentations et percussions.

Le style Aubert naît avec ce premier album. Sentimentalement, la vie de Jean-Louis prend aussi un nouveau départ avec la naissance de son fils Arthur. Mais c’est deux ans plus tard, avec la sortie de Bleu, blanc, vert, que sa carrière prend réellement son envol.

Cet album est en effet plus personnel, plus intime, riche en sonorités et en styles, et de plus en plus éloigné de ce que faisait Téléphone. Petit à petit, Jean-Louis Aubert se détache de son étiquette pour devenir un chanteur indépendant à part entière.

L’épanouissement artistique…

Le travail d’Aubert continue de se peaufiner avec les années et les collaborations, comme avec Paul Personne ou Barbara pour laquelle il écrit deux titres en 1996, et qui chantera avec lui sur son album Stockholm en 1997.

De concerts en concerts, du Cirque d’Hiver à l’Olympia, en passant par le Stade de France (en première partie des Stones !), Jean-Louis Aubert est parvenu, avec les années à s’affirmer en tant qu’artiste solo, et à se débarrasser de son étiquette Téléphone.

Ideal Standard

En 2005, l’artiste nous propose son Ideal Standard où l’on retrouve un Jean-Louis fidèle à lui-même, parfois maladroit et naïf, mais toujours authentique.

S’il en est encore parmi vous qui ne connaissent pas le gaillard, on ne saurait trop conseiller d’aborder son univers musical avec le DVD Ideal Tour contenant les enregistrements de pas moins de 3 concerts ainsi que les moments intimes (pas trop quand même) de la tournée 2006.

Jean-Louis Aubert est aujourd’hui une valeur sûre de la chanson française, avec une carrière riche de 25 années de créations et une image d’antistar naturelle, généreuse et sympathique. Un homme avant tout, avec un grand H.

zicactu.com
[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Jean Louis Aubert

Albums
2019 Refuge
2014 Les parages du vide
2012 Live = Vivant
2010 Roc Eclair
2005 Idéal Standard
2001 Comme un accord
1997 Stockholm
1992 H
1989 Bleu Blanc Vert
1987 Platres et ciment

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.