Patrick Bruel

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »168″]

Biographie de Patrick Bruel

patrick-bruelC’est à Tlemcen, en Algérie, près d’Oran, que Patrick Benguigui naît le 14 mai 1959. Sa mère Augusta, professeur de français, est divorcée de son mari. Patrick grandira sans père, et cette absence le marquera à vie.

En 1962, les Benguigui rejoignent la France et s’installent en banlieue parisienne, à Argenteuil dans le Val d’Oise. Puis ils déménagent à Paris dans le 13e arrondissement.

Deux demi-frères naîtront: David (qui vivra plus tard aux côtés d’Emmanuelle Béart) et Fabrice Moreau.

Le football et la musique

Le petit Patrick est un enfant sportif. Il adore le football et rêve de devenir footballeur professionnel. Encore aujourd’hui, il ne manque pas un match de gala avec le Variétés Club de France ou en spectateur avec ses amis.

Outre le football, l’adolescence de Patrick est occupée par la musique, avec une double passion pour la chanson française (Brel, Brassens, …) et le rock anglo-saxon (Eric Clapton, Jimi Hendrix, Jeff Beck, …).

Premières armes

En 1978, après avoir obtenu son bac, Patrick préfère laisser tomber les études et devient G.O. au Club Med (une autre grande « école » où sont passées des stars d’aujourd’hui, de Thierry Lhermitte à Lagaff…).

Il y fait ses premiers « concerts » pour animer des soirées avec sa guitare. En même temps, par le hasard d’une petite annonce dans un grand quotidien, il se fait engager sur le tournage du film Le coup de Sirocco d’Alexandre Arcady.

Grâce à cette première expérience, le jeune Benguigui (qui change au passage son nom pour Bruel) met un pied dans le cinéma et la musique.

De New York à Paris

Mais les propositions ne pleuvent pas. Patrick fait sa valise pour les États-Unis dont il rêvait depuis son enfance, et se retrouve à New York pendant une année, une année riche d’expériences et de rencontres.

Il fait les bars et les boîtes de la ville, découvre les styles musicaux et artistiques en vogue, et fait la rencontre de celui qui sera son inséparable ami, confident, et collaborateur: Gérard Presgurvic. Ils rentrent ensuite en France.

Patrick, fort de son expérience avec Arcady, parvient à obtenir quelques petits rôles au cinéma et au théâtre.

Cinéma et chanson

Il n’abandonne pas pour autant la musique et, en 1981, il sort un premier 45 T Vide, qui passe totalement inaperçu.

Il faut attendre 1983, alors que Bruel vient de tourner une nouvelle fois avec Arcady dans « Le Grand Carnaval », pour que la sortie de Marre de cette nana-là fasse exploser la carrière musicale de Patrick. En effet, le 45 T est un grand succès. Patrick se voit proposer de nombreux films, et tout en tournant, il enregistre un second succès en 1985, Comment ça va pour vous ?.

Le début de la Bruelmania

Encouragé par ces deux succès, Bruel sort son premier album en 1986, Deux Faces, écrit en collaboration avec son ami Presgurvic.

Fort de cet opus et du succès de ses premiers tubes, Patrick est engagé à l’Olympia en 1987, et un album live sort l’année suivante.

Sa carrière de comédien n’en est pas ralentie, bien au contraire, puisqu’il parvient à prouver son talent dans des films tels que « La maison assassinée » de Lautner ou « Force majeure » de Jolivet.

Alors regarde, sorti en 1989, fait de lui une star phénomène. De Décalé à Place des grands hommes, en passant par J’te l’dis quand même, ce disque est bourré de tubes qui font de Bruel une star.

Sur scène, les milliers de spectateurs sont en transe, les jeunes filles s’évanouissent et le public est séduit par son jeu de scène et sa simplicité.

La reconnaissance

Patrick est un phénomène culturel, même si le monde professionnel de la chanson peine à le récompenser et à reconnaître son soudain talent. Il faut attendre 1992, paradoxalement, pour que Bruel reçoive son premier prix « officiel », la Victoire de la Musique du meilleur interprète masculin.

S’en suivent d’interminables tournées dans toute la France, et la sortie d’un album éponyme Bruel en 1994. On le fête aux Francofolies de La Rochelle par une « fête à Bruel » (Ferré avait eu droit à cet honneur au même festival !).

Si on le voit beaucoup dans les médias, Bruel sait aussi se montrer intelligent et concerné par l’actualité mondiale. Ainsi est-il invité par Anne Sinclair à un 7 sur 7 exceptionnel, le 24 novembre 1991, duquel il sortira grandi.

Une carrière prolixe mais une vie sentimentale…

Films, albums, écriture pour d’autres artistes (dont Hallyday), productions, promotions, restos du coeur, … la vie artistique de Patrick est riche mais sa vie sentimentale, source d’inspiration de ses chansons, malheureuse.

Il se confie à Laurent Boyer dans son émission fétiche Fréquenstars en 1999, et parle de sa solitude, de sa difficulté à trouver l’âme soeur. A 40 ans, Patrick est l’une des stars françaises les plus talentueuses et les plus… seules.

En 1999, il remonte sur une scène de théâtre, pour une pièce co-écrite par son demi-frère David.

Avec Juste avant en 1999, un album plus riche et plus sensible qu’à l’accoutumé, Patrick Bruel revient au devant de la scène et prouve qu’il n’est pas un chanteur pour adolescentes, mais un véritable artiste polyvalent, sensible et intelligent.

Une tournée extraordinaire suit la sortie de ce disque, jusqu’au Zénith de Paris.

Toujours en mouvement, en collaboration avec des artistes aussi célèbres que Johnny Hallyday, Aznavour, Obispo, Mick Lanaro (producteur des disques de Nougaro notamment), Bruel s’enrichit sans cesse pour le plus grand bonheur de tous.

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Patrick Bruel

Albums
2018 : Ce soir on sort…
2015 Très souvent, je pense à vous
2012 Lequel de nous
2007 Bruel Live – Des souvenirs ensemble
2006 Des souvenirs devant
2004 Puzzle
2002 Entre deux
1999 Juste avant
1995 On s’était dit…
1995 Plaza de los hereos
1994 Bruel
1991 Si ce soir…
1989 Alors regarde
1987 À tout à l’heure
1986 De faces

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.