Claude Nougaro

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »880″]




Biographie de Claude Nougaro


Toulouse, ville rose et ville phare dans l’univers « nougarien », voit naître son enfant chanteur le 9 septembre 1929, près du boulevard d’Arcole.

Son père Pierre est baryton à l’Opéra du Capitole, et sa mère Liette, professeur, est également pianiste. C’est donc naturellement dans un monde musical que grandira le petit Claude.

Le taureau aux semelles de swing

De la musique classique que lui apprennent ses parents (Rossini, Verdi, …) à la chanson française des années trente et quarante (Piaf, Trenet, Chevalier, …) en passant par le jazz qu’il écoute sur la TSF de ses grands-parents (Glenn Miller, Louis Armstrong, Bessie Smith, …), Claude Nougaro fait son apprentissage dès ses premières années.

Sa scolarité est plus que médiocre et se solde par un échec au baccalauréat. Doué cependant pour l’écriture, il s’essaie au journalisme dès 1947 en écrivant des petits articles pour divers journaux français ou même étrangers.

Après avoir effectué son service militaire à Rabat, il rejoint ses parents à Paris en 1950 et prolonge son sens de l’écriture dans la poésie. Ses premiers textes lui valent des rencontres essentielles: Brassens, Mouloudji, Marcel Amont, Philippe Clay, et surtout Jacques Audiberti, le poète d’Antibes qui devient son ami et son père spirituel.

Il écrit même des chansons pour Odette Laure, Amont et Clay, mais ce n’est qu’à partir de 1955 qu’il se met à chanter lui-même. Il débute au Lapin Agile à Paris et y crée quelques-uns de ses premiers succès. En 1959, Nougaro enregistre son premier 33 T (avec le titre Y avait une ville) et part en tournée en première partie de Dalida.

Une petite fille

Il faut attendre 1962 pour que Nougaro rencontre le succès avec Une petite fille. C’est aussi l’année d’un succès sentimental, puisque après avoir épousé Sylvie, sa compagne, il devient père d’une « petite fille » Cécile, pour laquelle il écrira une de ses plus belles chansons: Cécile en 1963.

Le petit chanteur toulousain décolle mais doit s’immobiliser pendant plusieurs mois suite à un accident de voiture. A peine rétabli, il monte sur la scène de l’Olympia.

En 1964, il découvre le Brésil qui devient sa seconde patrie et qui lui inspirera de nombreux succès (Bidonville, Brésilien, …). Les tubes de Nougaro s’enchaînent au rythme de ses rencontres: A bout de souffle (avec Maurice Vander, qu’il rencontre en 1965 et qui ne le quittera plus), Chanson pour le maçon (avec Audiberti qui meurt en 1965), Petit Taureau, Sing sing song, Toulouse, Paris mai, Quatre boules de cuir, …

On le voit sur les plus grandes scènes: l’Olympia, Bobino, le Palais des Sports, le New Morning, le Théâtre de la Ville, etc. Les années passent et Claude Nougaro établit son talent et reçoit de nombreuses récompenses.

En 1984, c’est la rencontre avec Hélène, sa troisième femme (qu’il épousera en avril 94) et sa muse. Elle lui inspire de nombreux titres et Nougaro enregistre albums sur albums. Mais malgré cela, Barclay, sa maison de disque, décide de ne pas renouveler son contrat. Claude vit mal cette rupture.

Nougayork

Il fuit la France pour les États-Unis, et à New York, il écrit et enregistre Nougayork qu’il crée dans un style nouveau: rythme, rock et funk, pour un « petit taureau » plus habitué au piano. Ce changement de registre lui apporte un succès inattendu auprès du jeune public. On voit ainsi dans ses concerts un public éclectique de 7 à 77 ans…

Ce renouveau américain confère à Nougaro un statut définitif de « grand » de la chanson française. Victoire de la Musique, Zénith, Olympia, tournées, albums, rien n’arrête le chanteur toulousain qui se révèle être également un peintre et un dessinateur de talent.

Des ennuis de santé l’éloignent momentanément de la scène et des studios jusqu’en 1997 où sort L’enfant phare. Puis la vie musicale reprend: tournées et enregistrements.

Alors qu’il avait mis de côté le travail pour soigner une longue maladie, Nougaro s’éteint à 74 ans, le 4 mars 2004. Son dernier opus Embarquement immédiat et le succès rencontré par celui-ci lors des derniers concerts, avaient définitivement assis le chanteur au sommet de la chanson française.

Toujours à contre-courant, l’éternel troubadour laisse une ville orpheline et un pays sous le choc. Plein de verve et d’humour, sa poésie et son art sont une éternelle explosion de mots et d’amour.

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Claude Nougaro


Albums

2004 La Note bleue
2000 Embarquement immédiat
1997 L’enfant phare
1993 Chansongs
1989 Zénith made in Nougaro
1988 Pacifique
1987 Nougayork
1985 Bleu blanc blues
1983 Ami chemin
1981 Claude Nougaro au New Morning
1981 Chansons nettes
1980 Assez !
1978 Tu verras
1977 Olympia 1977
1976 Femmes et famines
1974 Récréation
1973 Locomotive d’Or
1971 Soeur âme
1969 Une soirée avec Claude Nougaro
1967 Petit Taureau
1966 Claude Nougaro
1964 Claude Nougaro
1962 Claude Nougaro
1958 Claude Nougaro

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.