X-Y_cover_s200
X&Y
Coldplay
Album CD – 2005 – Parlophone

À moins d’être totalement coupé du monde médiatique, impossible d’être passé à côté de la sortie du troisième album studio de Coldplay, X&Y. Grâce à Parachutes (2000) et surtout A Rush Of Blood To The Head (2002), le groupe anglais s’est érigé rapidement en nouveau meneur de la musique pop rock mélancolique et mercantile à grande échelle. Car les deux premiers recueils représentent pas moins de vingt millions d’exemplaires vendus…

Adulé par les uns, haï par les autres qui lui reprochent de brasser trop large, le phénomène Coldplay ne laisse personne indifférent. Alors, Coldplay définitivement consacré relève de U2 avec X&Y ?

Accouchées dans la douleur après une sortie retardée et dix-huit mois d’un enregistrement parsemé de doutes, les treize chansons qui peuplent le disque assurent en tout cas la continuité avec les opus précédents, dans un registre un peu plus étoffé.

Écouter Coldplay, c’est pénétrer un espace musical éthéré et aseptisé où plane une tristesse jamais démentie. C’est assister à un perpétuel soulèvement contenu. C’est l’opposition entre une musique limpide et des paroles à fleur de peau révélant fissures et faiblesses. Ce sont des mélodies entêtantes qui, soutenues par la voix aiguë de Chris Martin, s’insinuent ipso facto. Une sorte de Pink Floyd, en plus accessible.

Entre ballades aériennes (What If, les lancinants Fix You et X&Y, A Message) et morceaux plus solides (l’excellent White Shadows, The Hardest Part) leur coeur balance. Le monolithe ne s’effrite pourtant jamais mais cette force offre parfois, par un déplaisant retour de manivelle, une impression de mise en pilotage automatique sur certains titres.

Enfin, Coldplay n’oublie pas de saluer ses influences. Hommage à Kraftwerk sur Talk, en passant par U2 (frappant sur la basse de Low) et Radiohead (le tourmenté Twisted Logic) avant de se retirer sur la pointe des pieds via la plage cachée acoustique Til Kingdom Come, résonnant comme une complainte de Bruce Springsteen.

Quant aux petites compositions intimistes et artisanales, dévorées par l’implacable ambition du quatuor, elles se transforment ostensiblement en hymnes fédérateurs (Square One, Speed Of Sound) produits pour la jeune génération et la multitude d’auditeurs consommateurs. Laissons-leur toutefois cette faculté d’écrire de belles chansons, dans le sens noble du terme. Le contrat est rempli, sans génie mais avec application.

zicactu.com

Liste des titres

:
Square One
What If ?
White Shadows
Fix You
Talk
X&Y
Speed Of Sound
A Message
Low
The Hardest Part
Swallowed In The Sea
Twisted Logic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *