Dog In The Sand
Frank Black
Album CD – 2001 – Cooking Vinyl

Vous vous souvenez sans doute des débuts solo de Frank Black avec, pour deuxième opus, le très éclectique Teenager of the Year. Sur cet album, l’artiste passait très vite du classic rock au reggae, pour revenir tout aussi vite au son Pixies après un petit crochet par le groove… Avec Dog in the Sand au contraire, l'”ado de l’année” pourrait bien devenir le “papy de la décennie”, tant il a mûri à la fois sur le plan musical et dans sa manière de voir le (petit) monde qui l’entoure.

Il semble en effet que Charles Thompson -c’est son vrai nom- ait enfin trouvé sa voie. Ainsi, lorsqu’on l’entend parler de ses années Pixies: “Pour moi ce n’était que mon premier groupe. Presque une blague” (in Rock & Folk, 342, février 1996), on se demande si cet étrange rockeur n’était pas finalement depuis toujours à la recherche de ses “Catholics”. Ceux-ci sont au nombre de quatre mais on retrouve, parmi les huit participants à l’album, l’ex-Pixies Joey Santiago à la guitare sur deux des douze plages que comporte Dog in the Sand.

Les “Catholics” de Frank Black (même si certains étaient déjà présents dès ses débuts solo) ont certainement appuyé et soutenu sa démarche d’apprenti chercheur et éternel insatisfait se remettant toujours en question. J’en veux pour preuve l’enregistrement sur deux pistes seulement de ses trois derniers albums, tous avec les “Catholics”…

En clair et sur le plan purement musical, ce que l’on a pu qualifier de “hurlements déjantés” a maintenant fait place à une voix franchement mélodieuse et entière: St. Francis Disaster est une vraie ballade presque country, et l’étonnante plage titre -qui démarre comme un tube des Beatles- nous emmène finalement sur les sables tranquilles de Californie où Frank Black a désormais trouvé son bonheur: “… Si ton coeur est triste, donne un os à ton chien, regarde-le dans le sable, c’est ton nouveau foyer…”.

Pour ce qui est de l’instrumentation, Eric Drew Feldman fait des merveilles avec son véritable piano (If It Takes All Night). Véritable est aussi le talent de F. Black lorsqu’il se lance dans I’ve Seen Your Picture, un exercice de style à situer entre Mick Jagger et Lou Reed, à mi-chemin entre le tube pop-rock mélodique et la chanson blues encrassée.

Des textes hachés mais plus fouillés, un son “cheap” mais rudement efficace, une nonchalance évidente ainsi qu’une bonne part de dérision: voilà les ingrédients principaux de ce sympathique Dog In The Sand.

Bien sûr, si vous préfériez les sons plus agressifs des Pixies -j’ai moi-même beaucoup de mal à m’en détacher-, vous n’auriez jamais du lire ce qui précède, comme vous n’auriez jamais du non plus vous intéresser à la carrière solo de Monsieur Black. Ce vieux coyote du son nineties s’en fout pas mal de ce qu’on en pense, et c’est sans doute grâce (ou à cause ?) de cela que sa musique reste à la fois légère et très rock ‘n’ roll.

On lui pardonne donc certains écarts de son proche passé pour regarder avec lui vers l’avenir. Un avenir fait de plus de guitares, plus de “songwriting”… et fatalement moins de synthés !

zicactu.com

Liste des titres

:

Blast Off
I’ve Seen Your Picture
St. Francis Dam Disaster
Robert Onion
Stupid Me
Bullet
The Swimmer
Hermaphroditos
I’ll Be Blue
Llano Del Rio
If It Takes All Night
Dog In The Sand

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *