Les clips de Hubert Felix Thiefaine : Scandale mélancolique








Scandale mélancolique
Hubert-Félix Thiéfaine
Album CD – 2005 – Sony BMG Music Entertainment France

Artiste à part, véritable poète décalé, Hubert-Félix Thiéfaine vient d’une autre planète. Exigeant envers lui-même, il ne s’autorise jamais un projet mou, un disque fade. Impliqué sans concession dans le processus de création de l’artiste, Thiéfaine s’offre entièrement, c’est-à-dire brutalement et sans faux-fuyants.

Son univers, pas toujours évident à appréhender ou à intégrer, recèle une myriade de métaphores et de sons gais et glauques à la fois. Un désert pour ses détracteurs mais une forêt luxuriante pour ses inconditionnels. Son style engagé est indéfinissable mais, paradoxalement, reconnaissable entre tous.

Avec Scandale Mélancolique, Thiéfaine accouche enfin d’un successeur à Défloration 13 (2001), album avant-gardiste, élégamment balancé entre électronique et trip hop mais qui, par sa difficulté d’accès, ne connut qu’un succès mitigé.

Après une tournée acoustique en 2004, Thiéfaine, cinquante-sept ans au compteur, revient cette fois avec treize chansons d’une pop rock audacieuse, appuyée par des textes dont lui seul possède le secret. Derrière des accords souvent légers et entraînants, il maintient le cap en travaillant sa voix en profondeur. L’équilibre est donc fragile entre ombre et lumière, entre le ténébreux Thiéfaine acide et mordant et le Thiéfaine, coeur lourd et regard un chouïa moins catégorique sur la société actuelle.

Plus ouvert, notamment par le biais de collaborations discrètes ou plus apparentes mais toujours fructueuses (la ligne de banjo de M sur Libido Moriendi, le duo avec Cali sur Les Gynécées, l’apparition d’Elista sur Télégramme 2003, hommage appuyé à Bertrand Cantat), Scandale Mélancolique paraît plus accessible. Entre renoncement et apaisement, Thiéfaine s’applique comme dans Scandale Mélancolique, varie les ambiances et donne la leçon à la variété française.

Loin de la crainte qu’il inspire toujours un peu, Hubert-Félix finit par se lâcher et ne rappelle plus personne à l’ordre, laissant à chacun le soin de choisir sa route. La sienne ne sera jamais une longue ligne droite ni un long fleuve tranquille. Mais sa sincérité loufoque et ce goût pour la prose rejoignent finalement Bashung au panthéon de la chanson. Bel album et la promesse que le crépuscule du géant vaudra le détour.

zicactu.com

Liste des titres

:

Libido Moriendi
Scandale mélancolique
Gynécées
Confession d’un never been
Le jeu de la folie
Last Exit to Paradise
L’étranger dans la glace
Les jardins sauvages
Télégramme 2003
Loin des temples en marbre de lune
La nuit de la Samain
When Maurice Meets Alice
That Angry Man On The Pier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *