Motorhead Kiss of Death
Kiss of Death

Motörhead

Album CD – 2006 – SPV

C’est au rythme d’un album tous les deux ans que les papys du hard rock nous reviennent. La formule bisannuelle ne nous ayant pas toujours gratifiés du meilleur ces derniers temps (We Are Motörhead et Inferno sont loin d’être de petits bijoux), je m’attendais au pire.

Je n’aurais pas dû m’inquiéter car, très loin de révolutionner leur genre (on ne le souhaite pas de toute façon), la bande à Lemmy semble un peu plus inspirée pour ce “baiser de mort” qu’elle ne le fût parfois dans le passé.

Ils nous livrent un album résolument rock and roll, des refrains entraînants, des riffs pêchus, lourds et aux forts penchants heavy (oui, je sais, Motörhead ne fait pas du metal !). La voix de Lemmy est toujours bien grasse et rude -merci au whisky et à la clope-, les parties soli/rythmique de Campbell toujours aussi puissantes et un Dee à la batterie toujours aussi percutant.

Du Motörhead, toujours du Motörhead. C’est tellement vrai que la seconde partie de l’album, après le très dispensable God Was Never On Your Side, lorgne carrément vers les belles années du groupe. Un petit come-back en sorte. Quelques titres valent vraiment leur pesant de cacahuètes, notamment Sucker qui ouvre le bal.

Rapide, puissant, énervé, Motörhead, dont la moyenne d’âge doit atteindre 60 ans, veut nous en mettre plein la vue. Et ça fonctionne. Devil I Know et son riff terrible à la guitare (qui me fait un peu penser à Iron Maiden), le très lourd Under The Gun ainsi que Living In The Past, le très fun Christine ou encore Kingdom Of The Worm censé terrifier tout le monde.

La seule ombre au tableau peut-être est ce God Was Never On Your Side, où Lemmy se prend pour un crooner. Honnêtement, on s’en serait volontiers passé. L’édition limitée comporte un 13e titre, Whiplash bien pêchu, dans la veine du reste et pour cause, il s’agit d’une reprise de Metallica, une habitude chez Motörhead.

Derrière la console, on retrouve Cameron Webb -déjà présent pour Inferno, le précédent Motörhead-, ainsi que deux invités: C.C. DeVille de Poison sur le morceau God Was Never On Your Side et Mike Inez de Black Label Society sur Under Your Gun.

Après plus de 30 ans de carrière, voici un groupe qui joue toujours aussi vite, aussi fort et surtout, aussi bien. Ca fait rudement plaisir de voir ça. Certains groupes de jeunots feraient bien d’en prendre de la graine !

zicactu.com

Liste des titres

:

Sucker
One Night Stand
Devil I Know
Trigger
Under The Gun
God Was Never On Your Side
Living In The Past
Christine
Sword Of Glory
Be My Baby
Kingdom Of The Worm
Going Down
Whiplash (sur l’édition limitée)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *