Once More With Feeling : Singles 1996-2004Once More With Feeling : Singles 1996-2004

Placebo

Compilation – 2004 – Elevator Music

Après huit années d’existence, Placebo signe Once More With Feeling, un premier best of retraçant l’essentiel de leur carrière, courte mais sans faille.

Dehors, la chute des feuilles laisse apparaître les cimes de grands pins verts annonciateurs du froid et des fêtes de fin d’année. A cette époque, les premiers flocons sont accompagnés par une avalanche de rééditions et de best of. Parmi ceux-ci, certains tiennent, restent, garantissent fièrement la pérennité de l’artiste. D’autres, par contre, se résument à un ramassis de chansons, gadoue sonore balancée au pied du sapin, comme la neige en somme.

A ce titre, les 19 chansons composant la compilation des singles de Placebo constituent un cadeau idéal, éternel. Inutile de présenter le groupe de Brian Molko. Même l’Inuit vivant paisiblement sur sa banquise a probablement entendu de lointains échos du trio…

Néanmoins, s’il reste l’un ou l’autre inculte en ce bas monde, conseillons lui vivement de se procurer Once More With Feeling, recueil substantiel renfermant les tubes en puissance perpétrés par Placebo entre 1996 et 2004. Mais pour le fan, le collectionneur ou le simple amateur, le plus intéressant reste encore de s’approprier I Do et Twenty Years, deux inédits imparables dont Placebo connaît visiblement la recette.

A bien écouter, la compilation de Placebo se livre en triptyque, trois parties presque perceptibles dès la première écoute. Dans un premier temps, ce sont les singles du premier album éponyme de Placebo qui y passent, suivis de près par les hits du désormais classique Whithout You I’m Nothing. Au hasard, nous citerons Nancy Boy, Pure Morning ou encore You Don’t Care About Us. A chaque fois, on retrouve ces répétitions d’accords incisifs, le ton sombre, désespéré et angoissé de Brian Molko. Et surtout, cette hargne, cette envie de toucher l’adolescent qui sommeille en chacun de nous.

Dans la deuxième partie du triptyque, Placebo est déjà parvenu à ses fins et s’autorise des échappées expérimentales dans les contrées de la pop industrielle avec Black Market Music. Bien que moins accessibles, des chansons comme Taste In Men ou Special K achèvent de convaincre un public tombé en pâmoison devant l’excitante ambiguïté du groupe, son charisme et sa séduisante acuité mélodique.

Nous sommes en 2003, Placebo livre Sleeping With Ghosts, troisième et dernier volet artistique du trio, désormais glorifié à la moindre incartade. Une fois encore, Placebo est au rendez-vous avec des singles implacables et impeccablement produits. The Bitter End ou Special Needs demeurent les meilleurs témoins de l’envergure mondiale de Placebo. En moins d’une décennie, Placebo nous a raconté l’histoire d’un groupe passé radicalement de l’underground au haut de l’affiche. Une belle histoire de sexe, de drogue, de rock ‘n’ roll qui au final se révèle indispensable.

zicactu.com

Liste des titres

:

36 Degrees
Teenage Angst
Nancy Boy
Bruise Pristine
Pure Morning
You Don’t Care About Us
Every You Every Me
Without You I’m Nothing (feat. David Bowie)
Taste in Men
Slave to the Wage
Special K
Black-Eyed
The Bitter End
This Picture
Special Needs
English Summer Rain
Protège-moi
I Do
20 Years

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *