Clips & BiographieDiscographie

Les clips





Biographie de Elton John

Elton JohnReginald Kenneth Dwight, dit Elton John, naît le 25 mars 1947, à Pinner, en Angleterre. C’est avec sa grand-mère qu’il apprend le piano à l’âge de quatre ans, obtenant sept ans plus tard une bourse pour l’Académie Royale de musique à Londres.

Il s’oriente définitivement vers la musique en 1964 et intègre divers groupes, frappant à la porte de formations telles que King Crimsom et Gentle Giant. Devant leur refus de l’adouber, il vit de petits boulots comme coursier ou accompagnateur.

Bernie Taupin

Le destin veut qu’il rencontre le parolier Bernie Taupin par le biais d’une petite annonce du New Musical Express en 1966. Ce tandem va devenir l’un des plus fameux de l’histoire de la pop mondiale malgré des débuts un peu laborieux. Une harmonie parfaite entre une plume pleine de finesse et un surdoué de la composition.

Reginald Kenneth Dwight prend son nom de scène en associant les prénoms du saxophoniste Elton Dean et du chanteur Long John Baldry. C’est le single paru en fin d’année 1968, I’ve Been Loving You Too Long, qui marque ses vrais débuts discographiques.

Your Song

Son premier album, Empty Sky, sort en 1969, mais il faut attendre l’année suivante et la parution de la chanson Your Song pour que le succès arrive. Une chanson qui sera réadaptée plus tard par Billy Paul et Rod Stewart.

Elton s’entoure d’un groupe de musiciens de talent avec lesquels il connaît ses premiers concerts à guichets fermés. Il enchaîne par quatre tournées en deux ans (!) puis vient en France enregistrer l’excellent Honky Château (1972). Mis en boîte au château d’Hérouville, à côté de Pontoise, il contient notamment le morceau Rocket Man.

Candle In The Wind

En 1973, le rêve devient américain grâce à des titres comme Crocodile Rock puis à l’album Goodbye Yellow Brick Road, dont le titre fait référence au film Le magicien d’Oz.

Candle In The Wind, en hommage à Marilyn Monroe, qu’il reprendra en 1997 pour le décès de la Princesse de Galles (Lady Diana) en fait partie, tout comme Bernie And The Jets. Entre variété, rock et symphonie, Elton John est la star la plus convoitée du moment mais c’est avant tout un homme de scène. Son charisme, son excentricité, ses extravagances le rendent populaire.

Blue Moves

En 1974, il peaufine Caribou dans les montagnes du Colorado puis publie Captain Fantastic And The Brown Dirt Cowboy (1975). A cette époque, son succès est tel qu’il réalise à lui seul 2% du chiffre d’affaires mondial du disque !

L’année suivante, sort le double album Blue Moves, dernière collaboration avec le producteur Gus Dudgeon (décédé en juillet 2002), duquel sont tirés Sorry Seems To Be The Hardest World, Cage The Songbird -dédié à Édith Piaf- et Tonight réalisé avec l’orchestre symphonique de Londres.

Kiki Dee

Toujours en 1976, Elton Johnn s’offre un nouveau tube mondial en duo avec la chanteuse américaine Kiki Dee, Don’t Go Breaking My Heart.

Deux ans plus tard, il connaît sa première grosse vente en France grâce à A Single Man et au tube Song For Guy, dédié à son coursier victime d’un accident de la circulation. Il accepte aussi la proposition de Michel Berger de chanter en duo avec France Gall (Donner pour donner, en 1980). C’est pourtant une période un peu creuse dans sa carrière.

Blue Eyes

Mais le répit est de courte durée et Elton John revient au premier plan en 1982 avec Blue Eyes. L’année suivante, paraît Too Low For Zero avec un hit au nom prédestiné: I’m Still Standing!.

Suivent de nouveaux duos, avec Georges Michael ou Aretha Franklin, et une participation au disque caritatif We Are The World en 1985. Malgré ses excès de drogue, d’alcool et de nourriture, en dépit d’une vie sexuelle ambiguë, il demeure l’un des fers de lance de l’industrie du disque.

Elton John Aids Fondation

Un homme de coeur également puisque il s’implique énormément dans la cause du Sida, dès l’apparition de la maladie. En 1987, il enregistre That’s What Friends Are For, dont tous les fonds vont à la recherche, avec Gladys Knight, Dionne Warwick et Stevie Wonder.

En 1992, il fonde la “Elton John Aids Fondation”, qui recueille des dons pour venir en aide aux séropositifs. Il organise depuis cette date régulièrement des ventes de charités (objets personnels, voitures, costumes…). La première a rapporté dix millions de dollars !

Watford

Durant cette même période, il publie I Don’t Want Go On With You Like That puis produit un album de Olivia Newton John. Mais Elton a un autre talon d’Achille: l’alcool. Tombé dedans depuis près de quinze ans, il rend publique sa dépendance et la surmonte peu à peu à l’aide de cures de désintoxication. Sa carrière en pâtit néanmoins et ses bons disques se font rares. Jusqu’au milieu des années 90, on le voit surtout dans les tribunes du club de football de Watford dont il est président d’honneur.

Roi Lion

Ce fou du ballon rond signe toutefois un joli retour en 1994 avec la bande originale du dessin animé Le Roi Lion (Can You Feel The Love Tonight ?). Il se consacre ensuite à l’écriture d’une comédie musicale en 2000 (Aida, d’après l’oeuvre de Verdi) puis publie une compilation de ses plus grands succès sur scène: One Night Only, The Greatest Hits Live. En 2002, il revisite Your Song avec Alessandro Safina au profit de l’association Sport Relief.

Le groupe Blue

Pour fêter ses 40 ans de carrière, il publie un quarantième album Songs From The West Coast (2001), incluant notamment I Want Love, en hommage à George Harrison.

A l’automne, une triple compilation Greatest Hits est éditée. Dans la foulée, il se joint au groupe Blue pour une reprise de Sorry Seems To Be…, numéro 1 dans toute l’Europe. Une découverte pour les nouvelles générations.

En 2004, Elton John ajoute une ligne de plus à sa discographie avec Peachtree Road, du nom d’une rue d’Atlanta.

Sir Elton John

Elton John multiplie dorénavant les concerts de charité en formule piano solo, comme au Lido, à Paris, en février 2003 ou à l’Opéra Bastille en janvier 2005, au profit de la fondation de l’Enfance.

Homosexuel revendiqué, célèbre pour ses frasques en tout genre, collectionneur de luxueuses voitures, il a été le premier artiste occidental à se produire en Union Soviétique, a attiré quatre cent mille spectateurs lors d’un concert à Central Park et possède son étoile sur Hollywood Boulevard.

Deuxième plus gros vendeur de disques de tous les temps (plus de soixante millions d’unités !) parmi les chanteurs en solo, il compte avec les Beatles et les Rolling Stones parmi les plus célèbres sujets musicaux de sa gracieuse majesté. Il a été anobli par la reine d’Angleterre en 1998. Appelez le Sir… D’ailleurs, il a sa statue de cire au musée de Mme Tussaud, à Londres.

zicactu.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *