MC Solaar

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »370″]

Biographie de MC Solaar

mc-solaarMC Solaar est sans conteste le plus célèbre des rappeurs français. Un titre de gloire auquel il faut ajouter le caractère sympathique du personnage, ce qui n’est pas toujours le cas du milieu hip hop, habituellement versé dans la provocation.

Né Claude M’Barali le 5 mars 1969 à Dakar, le jeune Mc Solaar n’aura pas vraiment le temps de profiter du soleil sénégalais, ses parents débarquant dans la banlieue parisienne alors qu’il n’a pas encore un an.

Adolescent, il étudie les langues à la FAC de Jussieu après avoir passé son bac. Fin des années 80, le jeune homme de Villeneuve-Saint-Georges assiste à la vague rap qui balaie les États-Unis. Attiré par ce mode d’expression typiquement black, il n’en demeure pas moins critique vis-à-vis du rap américain, trop englué dans les stéréotypes prônant la violence. Soucieux de se démarquer du rap d’outre-Atlantique, MC Solaar développe son propre style de musique, associant des textes aux connotations pacifistes et des sons empruntés au jazz.

Qui Sème le Vent Récolte le Tempo

Il fait ses premières armes dans l’émission de Dee Nasty sur Radio Nova. Lors d’un concert à Marly-le-Roi, il fait la connaissance de Jimmi Jay, avec lequel il envoie une cassette démo à Polydor. Séduit par les mots percutants et le flow du rappeur, la firme de disques lui propose un contrat.

Son premier album, Qui Sème le Vent Récolte le Tempo, s’écoule à plus de 400.000 exemplaires dans l’Hexagone. C’est le premier album de rap français certifié disque de platine. Il y aborde des thèmes comme la fraternité (Bouge de là) ou le matérialisme (Victime de la mode) et enchaîne les jeux de mots et figures de style qui deviendront sa marque de fabrique. Le tout emmené sur un groove fluide signé par son pote, Jimmy Jay.

Il s’ensuit une tournée triomphale un peu partout en Europe, en Afrique et même au Japon. Tournée au cours de laquelle il obtient une reconnaissance mondiale. Résultat: il participe à de nombreux projets dont notamment un duo avec Guru: Le Bien, le Mal. Très vite, Laarso apparaît comme le chef de file d’une nouvelle génération d’artistes. D’aucuns le comparent même à Gainsbourg.

Prose combat

En 1994, MC Solaar se fend d’un nouvel opus: Prose combat. Un album plus abouti et plus réfléchi où le poète du rap jongle à nouveau avec les mots et les formules qui font mouche sur des rythmiques au ralenti. On y retrouve les tubes Nouveau western (construit sur un « sample » de Gainsbourg), Obsolète et La concubine de l’hémoglobine, autant de dénonciations des plaies du monde moderne. En 1995, il compose un titre pour le film La Haine.

Après une petite pause salutaire, un troisième album, plutôt orienté funk, paraît en 1997: Paradisiaque. Solaar collabore dorénavant avec Boom Bass et Zdar. C’est l’album de Gangster Moderne. Un titre pas vraiment consensuel sur le fond mais pas non plus agressif dans la forme. Néanmoins, on note un rapprochement avec le « gangsta-rap » américain.

Dans la foulée de Paradisiaque, sort un album éponyme. C’est un semi-échec. Il est vrai que le ton a quelque peu changé et que la scène rap a elle aussi évolué. Claude y fait désormais figure d’ancien.

Cinquième as

Après un live enregistré sur son nouveau label, Laarso nous revient en 2001 avec le Cinquième as. Il reste fidèle à sa ligne de conduite et donc assez éloigné des standards hip hop du moment. On peut y goûter ce mélange de thématiques sérieuses et de rap ludique, sans prise de tête. À noter tout de même le titre Solaar pleure qui en surprendra plus d’un par son côté mystique.

Le grand mérite du très discret MC Solaar est d’avoir sorti le rap hors des ghettos pour en faire un courant musical à part entière qui ne repose pas uniquement sur la technique et les samples mais aussi sur des textes travaillés et des musiques mélodieuses.

Zicactu

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de MC Solaar

2017 : Géopoétique
2007 : Chapitre 7
2003 : Mach 6
2001 : Cinquième As
1999 : Le tour de la question
1998 : MC Solaar
1997 : Paradisiaque
1994 : Prose Combat
1991 : Qui sème le vent récolte le tempo

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.