Clips & BiographieDiscographie

Les clips


Biographie de Nas

NasNas, Nasir Jones de son vrai nom, est né le 14 septembre 1973 à Long Island, ville située sur la baie sud-ouest du Queens, à New York. Il est le fils du célèbre jazzman Olu Dara et d’Ann Jones. Etant jeune, Nasir s’entraînait à jouer du saxophone, mais il dut s’arrêter suite à une légère déformation des lèvres causée par l’instrument.

L’homme à la plume

Nas fait sa première apparition en 1991 sur Live at the Barbeque. Il participe également à la bande originale du film Zebrahead. Il y acquiert le respect de l’underground new yorkais. Témoignant du mode de vie du Queensbridge, Nasty Nas enregistre un premier album du nom de Illmatic entre fin 1992 et 1993. L’album fut distribué un an plus tard, en 1994. Réunissant des tubes tels que Halftime, des productions de DJ Premier, ce premier coup de maître du jeune emcee à la plume très développée devint un classique du hip hop américain.

Nas vs Tupac

Nas se dispute ensuite avec l’emblème du rap, Tupac Shakur, qui l’accuse d’imiter son style d’écriture. S’il est vrai que les deux emcees ont chacun une plume très raffinée, il existe cependant des différences notables: Tupac faisait du gangsta rap alors que Nas a toujours refusé d’être considéré comme un gangsta-rappeur. Tupac déclara plus tard lors d’un entretien qu’ils se rencontrèrent avec leur bande respective dans un square à New York et qu’il ridiculisa Nas avec de simples mots.

C’était écrit

En 1996, un deuxième album nommé It Was Written voit le jour. Le titre ne fait pas seulement référence aux textes religieux de la Bible et du Coran, dont Nas s’inspire, mais aussi au fait que son destin était de s’imposer comme un des meilleurs écrivains dans le monde du rap. Il s’agit là d’un album mémorable, se rapprochant des grands classiques.

Nas s’en prend notamment à Tupac sur le morceau The Message. En réaction, Makaveli (nouveau nom de scène de Tupac, pris quelques mois avant son assassinat) lancera quelques piques à Nas, notamment sur Against All Odds, reprenant la mélodie de la chanson originale de Phil Collins. Après l’assassinat de Makaveli, Nas déclara: “Tupac était mon emcee préféré”, ce qui provoqua une vague de controverses.

Grâce à cet album, les auditeurs découvrent la formation originale The Firm présente sur le titre Affirmative Action. C’est aussi l’occasion pour Nas de modifier son pseudonyme en Nas Escobar…

The Firm, baby…

En 1997, sous la production de Dr Dre, en grande partie, mais aussi des Trackmasters, le groupe The Firm composé de Nas lui-même, AZ, Foxy Brown, Nature (qui remplace Cormega alors emprisonné), sort un album lancé par le single Phone Tap. Dr. Dre, producteur très en vogue à cette époque, participe activement à l’album en posant ses couplets sur plusieurs titres.

Les multiples discordes de Foxy avec les autres membres (AZ restera toujours l’ami de Nas) combinées au peu de succès de cet album entraînent la dissolution du groupe. À noter que Cormega balancera quelques piques à Nas à sa sortie de prison et que les deux rappeurs se livreront bataille à travers des morceaux interposés.

Nasir de Nostre-Dame

Après un remix de Affirmative action avec le groupe NTM, plus connu en tant que “Chacun sa mafia, chacun sa mifa”, Nas revient en 1999 avec deux albums successifs: tout d’abord I Am… dont la pochette représente Nasir avec une tête de pharaon, ensuite NAStradamus représentant le rappeur coiffé d’une capuche, l’air sombre. Ces pochettes démontrent une nouvelle fois l’inspiration que Nas puise dans les religions et les divinités diverses.

Les deux albums proposent des sonorités plus pop, avec pour conséquence un mécontentement des puristes du rap, plus particulièrement pour le second, même si commercialement ces disques-ci ne connurent pas de baisse. On retiendra surtout les singles Nas Is Like et Hate Me Now, ce dernier réalisé en collaboration avec Diddy.

Ill Will, le Queens

Ill Will Records, le label de Nas distribué par Columbia Records, est créé à l’automne 2000. Ill Will est le pseudonyme d’un ami décédé de Nasir. Le rappeur de Long Island monte alors son projet d’album intitulé QB Finest. Il réunit notamment quelques-uns des meilleurs rappeurs du Queens, plus précisément du secteur Queensbridge. On retrouve sur cette galette Havoc et Prodigy (les deux compères du Mobb Deep), Nature, Big Noyd, Jungle et Wiz (les deux membres de Bravehearts, groupe managé par Nas). Est également présent Cormega qui se réconcilie temporairement avec Nas, avant que les hostilités ne reprennent.

A cette époque, Nas collabore aussi sur deux titres du rappeur alors inconnu 50 Cent, qui fait une rapide ascension dans l’underground new-yorkais.

Un nouvel affront

En décembre 2001, Nasty Nas fait un retour aux sources avec un cinquième album en solo du nom de Stillmatic. L’ombre d’Illmatic plane au-dessus de cet album: il marque un retour aux sources et fait de Nas un grand nom du hip hop. Le single One Mic et la bombe Got Urself a Gun (hommage à Biggie et Tupac) lui assurent un succès commercial. Autre conséquence: le beef entre Jay-Z et Nas s’amplifie, ce dernier réplique sur Ether après que Jay ait mené l’offensive sur Takeover.

Fils de Dieu ?

Nas remet le paquet l’année suivante avec God’s Son, un album original reflétant bien sa personnalité, et dans lequel il s’impose aux yeux de beaucoup de fans face au Blueprint 2 de Jay-Z. Nas est récompensé pour le single I Can, véritable hymne à l’espoir et la volonté de réussir. Il y démontre à tous, une nouvelle fois, son talent pour l’écriture. Le titre Made You Look est, quant à lui, popularisé via les ondes de la télévision.

L’année 2002 est très chargée pour Nas puisqu’il sort également un EP, From Stillmatic to Illmatic, contenant six titres phares remixés, puis The Lost Tapes, regroupant des inédits datant des sessions d’enregistrement d’Illmatic.

En 2004 paraît une réédition d’Illmatic avec des remixes et des vidéos, à l’occasion des dix années d’anniversaire de l’album.

Après deux ans d’absence et un silence conséquent, Nas livre fin 2004 Street’s Disciple, un double album surprenant, inattendu par son format. Alors que Jay-Z a créé une grosse vague d’intérêt de la part des amateurs de rap à travers le monde avec son formidable Black Album sorti fin 2003, Nas, lui, a préféré prendre du recul et préparer ce Street’s Disciple introduit par Thief’s Theme avec brio. L’album suscite moins d’intérêt en terme de ventes comparé à celui de Jay-Z, mais il remporte un gros succès dans le coeur des amateurs de rap. Le style est fidèle à Nas. Une majorité de fans classe d’ailleurs Street’s Disciple comme le troisième meilleur double album de l’histoire du rap, après All Eyez On Me de Tupac (1er) et Life After Death de Biggie (2e). La même année, Nas révèle son nouveau protégé, le rappeur Quan.

Le hip hop est-il mort ?

Après un mariage avec la chanteuse Kelis, en 2005, Nas se réconcilie sur scène avec son éternel rival Jay-Z, alors président de Def Jam Recordings. Le projet God’s Gift voit le jour.

Travaillant toujours dans un registre très personnel, Nas s’attire les foudres de certains rappeurs suite au titre de son dernier album, Hip Hop is Dead. C’est un fait que le rap a pris une énorme tournure commerciale, stagnant souvent dans un seul et même registre facile. L’esprit du hip hop n’est plus là, mais le hip hop est-il mort pour autant ?

Will.i.am des Black Eyed Peas produit plusieurs morceaux de cet album, Jay-Z vient faire un duo sur Black Republican ainsi que The Game qui a vu Nas venir poser sur son album sorti peu avant. L’arrivée de Nas chez Def Jam aura-t-elle des conséquences sur sa carrière future ? La question reste entière.

zicactu.com

Сommentaires (2)

  1. sir negryon a dit:

    nas à su se donné une notoriété sur la rap américain. dont il pour moi il reste le seul vrais emcee. du xx1 ciercle.

  2. shack a dit:

    Nas est et restera le meilleur rappeur du monde de tous les siècles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *