Clips & BiographieDiscographie

Les clips


Biographie de Xzibit

xzibitXzibit, de son vrai nom Alvin Joiner, est né en 1973 à Détroit, dans le Michigan (États-Unis). Enfant, il traîne déjà dans les rues après l’école. A l’âge de 8 ans, il perd sa mère. Un an plus tard, son père l’emmène avec lui au Nouveau-Mexique et se remarie. Peu de temps après, nouveau déménagement, cette fois en Californie, à Los Angeles. A 10 ans, le petit Alvin Joiner qui n’avait même pas de radio, écrit ses premières rimes pour passer le temps.

Roi de l’underground

Le jeune homme intègre le collectif rap underground Likwit Crew composé des Alkaholics, de King Tee, de Defari, ainsi que de bon nombre d’emcees inconnus du grand public. Il signe chez Loud Records et sort son premier album At The Speed of Life en octobre 1996. Un style bien à lui, une puissance vocale sur beats lourds, des hits comme Paparazzi dans lequel il dénigre les rappeurs qui ne font ça que pour l’argent et les femmes, et Foundation, une chanson dédiée à son fils. Un album produit par E-Swift et Muggs, purement underground, qui marque le début d’une nouvelle vague de rappeurs West Coast.

40 dayz & 40 nightz

40 Dayz and 40 Nightz, son deuxième album, sort en 1998 toujours dans le même style que son précédent opus, avec cependant une pointe d’innovation ressentie à travers les beats utilisés. Le single très réussi What You See Is What You Get ne fera pas autant d’étincelles que Paparazzi, même s’il crée du buzz autour de la carrière du rappeur. Un très bon album, pas suffisamment connu. Methodman est venu poser en featuring, tout comme le Golden State sur 3 Card Molly et le Likwit Crew sur le puissant Let It Rain.

Sa carrière prend encore plus d’ampleur quand il enregistre en 1999 la chanson Bitch Please avec Snoop Dogg et Nate Dogg. Il commence sa collaboration avec Dr Dre, producteur de ce hit, une collaboration logique puisque Xzibit fut soutenu en secret par le roi des producteurs depuis son deuxième album.

L’apogée de sa carrière

Fin 1999, il participe au mythique The Chronic 2001 de Dr. Dre, et côtoie des rappeurs tels que Kurupt et Eminem. Puis il apparaît sur le puissant Bitch Please II avec Eminem, Nate Dogg, Dr. Dre et Snoop Dogg.

Son troisième album, Restless, paraît fin 2000 avec Dr. Dre à la production. Un des plus grands albums West Coast avec bien sûr des featurings de ses nouveaux amis Eminem, Dr. Dre, Nate Dogg… mais aussi d’autres artistes comme DJ Quik. Lancé grâce à Front 2 Back, The Restless atteint des sommets avec des tubes comme X et Get Your Walk On. Tous les morceaux de ce monstrueux Restless cartonnent. Xzibit devient une superstar du rap collaborant avec un grand nombre d’acolytes à travers les États-Unis.

En 2001 sort un DVD, The Restless Xposed, un documentaire sur la tournée des stades réalisée par Xzibit. On peut l’apercevoir au Canada, aux États-Unis, à Paris, et bien évidemment, comme tout rappeur qui se respecte, à Amsterdam, ville bien connue pour ses diverses herbes en vente libre. Au programme: interviews en coulisses, clips, délires entre rappeurs, making of, et bien sûr des extraits sur scène, le tout sortant sous Open Bar X, son propre label. La consécration d’un artiste qui a mérité d’avoir son nom parmi les pointures du rap mondial.

En 2002, il revient avec un quatrième album intitulé Man vs Machine en référence à la guerre contre le terrorisme entreprise par un certain président américain. Lancé par les singles Multiply et Symphony in X Major, ce quatrième opus est rapidement certifié album de platine, avec un style très différent par rapport à ses trois précédents disques. Moins apprécié que le terrible Restless, cet album contient quand même des petites bombes comme My Name avec un Eminem en forme et un Nate Dogg toujours présent pour assurer les refrains. Le style y est plus farouche, les musiques plus sombres et dures, plus bruyantes. Il se réaffirme à nouveau comme un des leaders de la génération 1996-2000, la période commençant après le meurtre de 2pac.

Les ennuis

En 2003, Xzibit se fait agresser par un gang mexicain alors qu’il sort d’un restaurant avec sa femme. Après lui avoir reproché de trop parler de gangs dans ses chansons, ses agresseurs lui assènent un coup de bouteille cassée sur la bouche. Xzibit s’en tire avec une cinquantaine de points de suture et une vilaine cicatrice.

En 2004 circulent de nombreuses rumeurs à propos d’une éventuelle signature auprès d’Aftermath, l’écurie du puissant Dr. Dre. Il n’en sera rien. Il lance son nouveau groupe, Strong Arm Steady, composé de Phil The Agony, Krondron et Mitchy Slick. Un DVD documentaire sur ce groupe paraît, accompagné de chansons inédites. Xzibit se dispute ensuite avec ses amis les Liks (anciennement Tha Alkaholiks) et s’éloigne d’eux et du Likwit Crew, tout en continuant à soutenir son ami Raskass comme il le fait depuis toujours.

Weapons of Mass Destruction

En décembre 2004 sort Weapons of Mass Destruction, en référence à la guerre en Irak. Bizarrement, il ne contient aucune production de Dr. Dre ni aucune apparition d’Eminem ou de Nate Dogg. Snoop Dogg lui ayant fait des reproches, manque également à l’appel.

L’album lancé sur les ondes américaines grâce à Muthaf*cka (renommé “Mutha mutha” par la censure) est en réalité médiatisé grâce au single Hey Now produit par Timbaland. On retrouve le nouveau groupe de Xzibit à plusieurs reprises sur l’album, comme sur l’excellent Klack, ainsi que Busta Rhymes sur Though Guy. De très bons titres qui imposent Xzibit comme l’un des plus grands rappeurs américains de ces dernières années. En terme de ventes cependant, le succès est très mitigé en comparaison à ses deux précédents opus: Weapons of Mass Destruction dépasse de peu le statut de disque d’or.

Après plusieurs saisons passées à animer l’émission Pimp My Ride dans laquelle une équipe de mécaniciens surdoués et bien inspirés retapent des poubelles pour en faire des carrosses, Xzibit s’essaie à nouveau au rap. C’est en octobre 2006 qu’il nous revient avec Full Circle, court album signé chez Open Bar X et Koch Records. Ce nouvel essai, ne bénéficiant d’aucune promotion en France et dans plusieurs autres pays européens, est plutôt mal accueilli par les auditeurs de musique rap. Concentrate en est le premier single extrait et tombe bien vite dans l’oubli. Il faut dire qu’il est partagé entre sa carrière d’acteur et sa carrière musicale :
il a joué entre autre dans XXX 2: The Next Level .
The X-Files: I Want to Believe.
The Bad Lieutenant: Port of Call New Orleans.
En 2016 il interprète Leslie Shyne Johnson dans la saison 2 de la série Empire en tant que guest, puis deviendra un personnage régulier dans la saison 3.
Attendons son retour dans la musique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *