Phil Collins

[cherry_row type= »full-width » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll » parallax_speed= »1.5″ parallax_invert= »no » min_height= »300″ speed= »1.5″ invert= »no »]

[cherry_col size_md= »12″ size_xs= »none » size_sm= »none » size_lg= »none » offset_xs= »none » offset_sm= »none » offset_md= »none » offset_lg= »none » pull_xs= »none » pull_sm= »none » pull_md= »none » pull_lg= »none » push_xs= »none » push_sm= »none » push_md= »none » push_lg= »none » collapse= »no » bg_type= »none » bg_position= »center » bg_repeat= »no-repeat » bg_attachment= »scroll »]

[cherry_tabs style= »simple-4″ active= »1″ vertical= »no »]

[cherry_tab title= »Clips & Biographie »]

Les clips


[fwduvp preset_id= »13″ playlist_id= »131″]

Biographie de Phil Collins


Phil Collins a vu le jour le 30 janvier 1951, à Londres, dans le quartier de Chiswick. Après des débuts timides en tant qu’acteur (Artful Dodger), il rejoint Genesis, formation à la pointe du rock progressif, en 1970.

Il y officie comme batteur et côtoie un certain Peter Gabriel qu’il remplacera comme chanteur quatre ans plus tard. Le succès est immense et les disques d’or se succèdent. Pour ne citer qu’eux, les albums And Then There Were Three en 1978, Duke trois ans plus tard, Mama en 1984 et Invisible Touch en 1986 sont des must du genre.

In The Air Tonight

Phil Collins commence à s’émanciper en 1981 avec Face Value. Un premier disque en solo qui connaît un triomphe absolu, notamment grâce au somptueux In The Air Tonight.

Pendant toute cette décennie, le chanteur va alterner entre disques en groupe et en solitaire. De nombreux autres tubes jalonnent son parcours: You Can’t Hurry Love, Easy Lover (en duo avec Philip Bailey de Earth, Wind & Fire), Another Day In Paradise… Une quinzaine de ses titres atteignent ainsi le top 20 américain !

En 1991, il quitte Genesis sur un ultime succès: l’album We Can’t Dance. Les années 90 n’altèrent en rien sa popularité et les tournées mondiales s’enchaînent à un rythme effréné.

Tarzan

Notre homme qui avoue un vrai penchant pour les musiques de films (Buster, Miami Vice) est aussi attiré par les dessins animés. Il signe donc la bande originale de Tarzan en 1998 (You’ll Be In My Heart).

La fin du millénaire marque une légère chute de ses ventes mais les salles de concerts sont toujours pleines à craquer… Phil aime bien aussi retrouver un peu d’intimité avec son orchestre de jazz (« Big Band »).

Après les albums Both Sides et Dance Into The Light, un best of simplement baptisé Hits lui permet de changer de siècle. Mais pas de style…

Can’t Stop Loving You

Testify, en 2002, est l’un de ses plus gros succès à ce jour. Il le doit particulièrement à Can’t Stop Loving You, reprise de Leo Sayer (1976) et premier single qui en est extrait. L’année suivante, il signe le thème de la nouvelle production Disney « Frère des Ours » (On My Way).

Là encore, Collins prend la route et fait le tour du monde. Mais il présente cette tournée comme celle de ses premiers adieux ! « The 1st Final Farewell Tour » passe par la France en 2004 et est immortalisée sur un DVD qui paraît en fin d’année.

Victime de sérieux problèmes de santé, dus à un début de surdité, il lui en est en effet recommandé de s’économiser et donc de moins tourner. Phil Collins décide alors d’écrire une comédie musicale autour de « Tarzan » et de s’occuper de son plus jeune fils, Nicholas.

zicactu.com

[/cherry_tab]

[cherry_tab title= »Discographie »]

Discographie de Phil Collins


Albums
2010 Going Back
2004 love songs
2002 testify
1999 A Hot Night In Paris
1998 Hits
1996 Dance Into The Light
1993 Both Sides
1990 Serious Hits… Live !
1989 But Seriously
1985 No Jacket Required
1982 Hello, I Must Be Going !
1981 Face Value

[/cherry_tab]

[/cherry_tabs]

[/cherry_col]

[/cherry_row]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.