Catégories
Sorties CD

La belle étoile

La belle étoilebabylon-circus-la-belle-etoile

Babylon Circus

Album CD 2009 Sony BMG

Liste des titres

  01 –  Des Fois  
  02 – Marions Nous Au Soleil – feat. Karina Zeviani  
  03 –  L’Envol  
  04 –  Sur la Tête  
  05 –  La Cigarette  
  06 –  Perdu  
  07 –  Valsamourette  
  08 –  Nina  
  09 –  Le Fils Caché du Pape  
  10 –  Sista  
  11 –  Une Minute  
  12 –  Ici

voir la biographie du groupe Babylon Circus

Catégories
Rock

Biographie de Babylon Circus

babylon-circus-mid

L’aventure a commencé du côté de Lyon en 1995. Et même deux ou trois ans plus tôt si on considère que David et Manu jouent ensemble depuis leurs 13 ans. Ces deux-là,ce sont les piliers de Babylon Circus, les deux porte-paroles, les deux chanteurs ; à ce détail près que le second fut longtemps batteur, puis il en a eu marre de se planquer derrière les fûts, et il est devenu “le fidèle ailier gauche” de David.

Aujourd’hui, dans leur cave de la Porte de Clignancourt, là où ont été mis au point les onzes titres du nouvel album, ils sont entourés de sept énergumènes au moins aussi fous de musique : Georges à la guitare, Olive aux claviers, Dadé à la batterie, Basile à la basse Rimbaud à l’accordéon et au saxophone, Laurent à la trompette et Clément au trombone. Bonjour la machine. Dans le temps, y avait des clowns (à la Bérurier Noir plutôt qu’Achille Zavatta). D’où le Circus du Babylon. Certains sont venus, d’autres sont partis. Hey : une compagnie d’une dizaine de loustics, c’est forcément à géométrie variable ! Surtout que le groupe totalise 900 concerts au compteur, dans plus de 30 pays…

Parmi ces 30 pays, l’Irlande. Un festival à Dublin. Le lendemain, le groupe décide de faire une manche dans la rue, au coeur du quartier de la bière. Un quart d’heure plus tard la rue est bloquée. Arrivée des flics, dispersion. Des fans offrent à boire pour se consoler du concert interrompu. Retour des flics. Au pays de la Guinness, on ne boit pas à ciel ouvert, mister. Engueulade en approximative angliche. Résultat, garde à vue d’un jour pour David, le seul assez ballot pour se faire pécho à la course-poursuite(ben oui, au lieu de courir devant les keufs, il leur courait derrière ; il a suffi que l’un d’eux se retourne et hop, ficelé, le gaillard). Tabassage, garde à vue, caution, procès,tout un cirque.

Parmi ces 30 pays, la Russie. Moscou, terre de contraste. Peuple fier. Et ivrogne. Pas terrible, l’idée de se murger à la mauvaise vodka, vidangée au roteux de Georgie,quand on n’a pas dormi depuis 48 heures, avec deux concerts et un voyage épuisant dans les pattes.

Le tout un vendredi 13.

Et pourquoi fallait-il que le paquet de clopes soit resté dans la loge, un étage plus bas, avec un stupide et traître escalier entre les deux ? Ce jour-là, quand on l’a retrouvé, le crâne explosé, en bas des marches, on l’a cru mort. Emmené aux urgences, le pronostic n’était pas fameux.

David : “J’ai perdu douze jours de ma vie. Double traumatisme crânien. Pouvais plus parler français pendant un moment. Ressentais plus rien, m’étais transformé en Mister Hyde. D’interminables semaines de tourisme hospitalier. En clair, j’ai failli y rester. Avec à la clé une grosse, grosse, grosse dépression. Et des séquelles en voie de résorption.”

Pour soigner son spleen, Babylon Circus tente la méthode forte. Trois mois seulement après l’accident, le groupe se produit à New York, Central Park. Tout le monde est blême. Le chanteur se traîne. Apathique, renfermé, aphasique. Et puis sur scène, clic, le déclic.

David : “Le groupe m’a porté. Sans lui, j’aurais sombré. On a donné une vingtaine de concerts pendant l’été 2007. Puis on s’est mis à bosser sur le nouvel album. Et nous voilà.”

Déjà le quatrième album en dix ans, mine de rien. Après la période 100% indé, on se souvient que le groupe fut couvé par Yelen, filiale de Sony qui nourrissait au grain des pedigrees sauvages comme Tryo, Java et La Rue Ketanou.

Nouvelle vie

On connaissait Babylon Circus rock alternatif, façon “Dances Of Resistance” (2004), on le retrouve tout-terrain, sans avoir perdu un milliwatt de son énergie dévorante. Dans le temps, la bande à David se réclamait volontiers de l’école Clash / Mano / Marley. Aujourd’hui les autres influences avérées, genre Higelin, Renaud et Téléphone, sont activement revendiquées.

Et ça s’entend. Ajoutez à cela les événements dramatiques susmentionnés et vous obtenez des chansons qui puisent leur inspiration non plus dans le journal, mais dans la vie quotidienne, dans les sentiments et même, eh oui, tout arrive, dans les histoires d’amour. Ou d’amitiés. Ou les deux. Comme Marions-nous, qui met en scène, le temps d’épousailles fantasmées, un couple à la Bonnie & Clyde.

David : “Je dirais plutôt à la Buster Keaton meets Las Vegas Parano, mais c’est toi qui vois. En tout cas j’ai trouvé formidable la rencontre et la synergie avec Eugenio Recuenco, qui est avant tout un photographe de mode, à l’univers à la fois sophistiqué et bien barré. C’est lui qui a réalisé le clip de Marions-nous, où je dialogue avec Karina Zeviani, mannequin et chanteuse d’origine brésilienne, qui en plus de son groupe chante avec Thievery Corporation et Nouvelle Vague.”

Pour “Marions-nous” et “Nina”, David a tenté l’aventure de la co-écriture (avec le musicologue, violoniste, prof de musique et compositeur Jérémy Dirat).

Pour “L’Envol”, Babylon Circus a redécoré une chanson refilée par Erwan, du quatuor parisien Java. Et puis il y a “Le Fils caché du pape”, chanson offerte par Mickaël Furnon de Mickey 3D.

David : “Mickaël m’a aidé pour la prise de voix. Il ne fallait surtout pas surjouer le texte. Le balancer de la façon la plus neutre possible, pour multiplier son efficacité.

Dans la vraie vie, plutôt que fils du Saint-Père, je corresponds au Daddy Was A Bankrobber du Clash. Mon vrai paternel, je sais pas trop, je l’ai vu deux ou trois fois dans ma vie, entre deux séjours en prison. C’est à mon tonton que je dois tout. Et à son groupe Les Barbarins Fourchus. C’est lui qui m’a montré les plans de base, à la guitare, lui qui m’a fait jouer dans la rue et passer la casquette pour la première fois, à la Grande Braderie de Lille, j’avais 14 ans. Au collège quand on me demandait ce que je voulais faire plus tard, je mettais “chanteur de rock”. Les profs et mes condisciples se moquaient de moi. Ils avaient tort !”

Des Barbarins Fourchus, Babylon Circus reprend “La Cigarette”. Celle d’après l’amour, comme Charles Dumont, mais en plus joyeux. Ils en donnent une version à la Gogol Bordello, pilier de bar, zinc cuivré et monte-en-sauce. Babylon Circus revient de loin. David a flirté avec la mort. De tellement près qu’il lui a mis un doigt, avant de la rembarrer, genre va-te-faire-voir-ailleurs. Il a vu le monde à l’envers. Le ciel lui est tombé sur la tête, depuis il lui sert de casquette. Et Babylon Circus repart pour un tour, un never ending tour qui va écumer le pays de bout en bout, que dis-je ? le monde de bout en bout !

Zicactu.com