The Dandy Warhols : Odditorium or Warlords of Mars

Odditorium-Or-Warlords-Of-Mars
Odditorium or Warlords of Mars

The Dandy Warhols

Album CD – 2005 – Capitol

Sur un ton singeant les commentateurs américains des sixties, une voix nous accueille et annonce sans fard la contribution des Dandy Warhols à la musique rock: « You’re listening to a piece of history ». Introduction prétentieuse ? Probablement. Jugement exagéré ? Sûrement. Partagée entre continuité et innovations, la bande à Courtney Taylor-Taylor semble avoir cherché la difficulté sur Odditorium Or Warlords Of Mars.

Car d’entrée de jeu les objectifs apparaissent confus. Catalogué revival rock seventies, le quatuor hésite entre morceaux lancinants au délayage brouillon (comme sur le stérile Love Is The New Feel Awful, cuivres à l’appui ou l’interminable plage de clôture A Loan Tonight) et petites ballades électriques sympas dans un style qui leur est propre.

Entre style retrouvé et vaines élucubrations dans une atmosphère lugubre, Zia McCabe pastiche Prince sur Easy et son beat déguisé rock, avant un déferlement de trompettes assez jouissif.

Mais le plaisir est de courte durée. Chanson clichée par excellence, All The Money Or The Simple Life Honey renforce les doutes avant que l’enjoué et bien nommé The New Country, comme du Calexico énervé, ne sauve momentanément la face d’un groupe presque méconnaissable.

Méconnaissables, les Dandy Warhols ? Pas si sûr. Car les trois plages suivantes, bouillonnantes d’énergie, rassurent. Même sans étonnement, l’envoûtant Holding Me Up, l’intense Everybody’s Totally Insane et un Smoke It bien frappé rappellent les glorieuses heures de la meilleure production des Dandys, Thirteen Tales From Urban Bohemia. Sans oublier un Down Like Disco en roue libre mais pas désagréable.

Mais après avoir relevé la tête, le disque repique du nez pour une fin quasi anecdotique (There’s Only This Time et A Loan Tonight reprenant la basse du Numb de U2). Le groupe se fourvoie en abordant des pistes a priori intéressantes mais se transformant rapidement en essais creux, répétitifs et surtout d’une durée démesurée.

Quant aux chansons de facture plus classique, si elles ne déçoivent pas, elles ne surprennent pas non plus. Sorte de projet mégalo qui contentera surtout leurs auteurs mais pourrait décontenancer plus d’un fan, Odditorium Or Warlords Of Mars lâche l’auditeur sur une curieuse impression de mélanges inconsistants. Un album inégal et globalement décevant.

Liste des titres

:

Colder Than The Coldest Winter Was Cold
Love Is The New Feel Awful
Easy
All The Money Or The Simple Life Honey
The New Country
Holding Me Up
Did You Make A Song With Otis
Everyone Is Totally Insane
Smoke It !
Down Like Disco
There Is Only This Time
A Loan Tonight

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.